AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  02 - Serais-tu aussi chaste que la glace et aussi pure que la neige... | ft. Bobby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noh-Varr

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 06/09/2016

MessageSujet: 02 - Serais-tu aussi chaste que la glace et aussi pure que la neige... | ft. Bobby   Mar 6 Sep - 22:46

Serais-tu aussi chaste que la glace et aussi pure que la neige...
♣ Statut du sujet : Privé ft. Bobby Drake
♣ Date du rp : 20 Mars 2016, quelques jours après le voyage à Las Vegas
♣ Lieu du rp :Locaux de l'Institut Xavier
♣ Météo & moment de la journée :
Fin d'après-midi, temps clair







Want you coffee and a naked kree ?



En tant qu’Avengers II et membre, en quelque sorte, du gouvernement (pour ce qu’il est l’un des plus proches agents du président), Noh-Varr avaient quelques responsabilités. Qu’il se donnait, certainement, autant que cela lui donnait la sensation d’avoir de l’importance. Il avait besoin, quelque part, de se sentir important. Il l’avait été, dans sa dimension. Il s’était senti important, à Las Vegas, où il avait pu jouer aux héros en arrêtant un hold-up. Bon, il en avait un peu profité, aussi, pour faire du charme à quelques belles et plantureuses jeunes femmes (et, non, il ne parlait pas de son patron magiquement et élégamment travestie) et pavaner un peu. Néanmoins, ce n’est pas à ce genre de responsabilité ou d’importance qu’il pensait, mais plutôt à son côté porte-parole diplomate. Il était un peu la figure et la belle gueule masculine de leur équipe (quoi, sincèrement, vous avez regardé Magneto ?), et il avait déjà rendu visite à l’Institut Xavier, ou ce qu’il en restait, par le passé. Il avait plus ou moins (et plus que moins) sympathisé avec Bobby, alias Iceberg. C’était un jeune homme qu’il appréciait, et traîner à Las Vegas entre deux grandes blondes lui avait soudainement rappelé qu’il avait envie de voir Bobby. Etrange lien, allez-vous dire, mais il ne maîtrisait pas toujours ses pensées.

En fait, en y réfléchissant, le lien entre ces deux choses d’apparences diamétralement opposées était assez simple. Noh-Varr imaginait sans peine que le mutant, depuis l’évacuation et la réinstallation de l’Institut, n’ai pas vraiment pris de temps pour lui. Que cela soit parce qu’il était plongé dans ses cours, ses copies, ou tout simplement le bon fonctionnement de l’école… Il fallait qu’il sorte, un peu. Qu’il se décoince. Et Noh-Varr se trouvait être la personne parfaite pour cela : aussi, après s’être chiquement vêtu, il avait sauté dans sa décapotable et avait roulé droit vers les locaux qui avait été alloués aux mutants. Il n’était pas certain d’être retourné voir Bobby, et les autres mutants, depuis quelques semaines, il lui semblait. Et, encore, il ne s’y était pas attardé, lors de sa dernière visite... Avant de partir, il avait vérifié le contenu de sa poche dimensionnelle et, heureux de voir que sa petite surprise pour Bobby (pour se faire pardonner, entre autre) y était bien. Oh, peut-être serait-il tout excusé, après tout, tout le monde avait plus ou moins été débordé depuis l’explosion de New York… Même si l’Instagram de Noh-Varr devait être remplie, pour les dernières, de photo de Las Vegas, voire de plage…

Tant pis. Il ne se souciait pas de ça, il voulait juste voir Bobby. Il avait bien pensé à ne pas prendre sa moto, étant venue avec son bolide à deux roues la premières fois, et ayant bien remarqué la grimace de Bobby lorsqu’il l’avait évoqué. S’il voulait le sortir, n’allons pas compliquer les choses. Il n’eut pas grand mal à se repérer dans les locaux, après avoir eu quelques indications sur l’emplacement de la chambre de Bobby, et s’y rendit d’un pas tranquille, avant de frapper en rythme contre le bois de la porte. Noh-Varr n’attendit pas qu’on l’invite à entrer ; il s’imposa. Il y avait des situations où il valait mieux s’imposer, et il se disait qu’il s’agissait justement d’une bonne situation.

« Hey, Bobby ! Ça fait un petit moment, je suis désolé. Tout va bien ? »

L’Alien s’approcha du mutant avec son large sourire enjôleur collé sur son visage, et une étincelle de joie sincère dansant au fond de ses yeux. Il aurait dû mettre sa main à couper qu’il allait le trouver, là, en train de corriger des copies. Se plantant à côté de lui, il croisa les bras. Peut-être aurait-il dû venir torse-nu, tiens.

« J’aurai parié te trouver là. Tu devrais sortir un peu… Non, pardon : tu vas sortir. Avec moi. Je suis venue te chercher, il faut que tu te détendes un peu. » fit-il en déposant ses mains sur les épaules du mutant pour le masser légèrement, afin d’appuyer ses paroles. « Et ce n’est pas négociable. Laisse un peu les gamins et les vieux de côté, et viens t’amuser avec moi. »




HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °


Dernière édition par Noh-Varr le Sam 1 Oct - 12:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dukett
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 02 - Serais-tu aussi chaste que la glace et aussi pure que la neige... | ft. Bobby   Mar 6 Sep - 22:47

Bobby L. Drake a écrit:


   

Serais-tu aussi chaste que la glace et aussi pure que la neige...

   
Coffee, yes ; a naked Kree... Nope, I'll be fine

   Un jour, il faudra m'expliquer pourquoi les X-Men ont un karma complètement pourri. Ah, et qu'on ne me dise pas que ça n'existe pas, le karma, parce que si. Et quand c'est un Sorcier Suprême qui vous vous le confirme, vous ne pouvez qu'admettre que c'est bel et bien la vérité. Enfin, vous me direz, il y a toujours des réfractaires... Je sais qu'en tant que mathématicien je devrais avoir un esprit un peu plus... Cartésien, mais que voulez-vous, dans un monde comme le nôtre, il faut savoir rester ouvert ! Regardez, on a bien eu deux invasions aliens en moins de dix ans... Et c'est justement à ça que je voulais en venir, à propos du karma pourri. Car oui, encore une fois, l'école avait explosée. Bon, cette fois-ci il n'y avait pas seulement l'institut, mais également tout New York City. Ceci dit, je ne parvenais pas à déterminer si c'était rassurant ou au contraire d'autant plus frustrant, d'un certain point de vue... Quoique. Notre appartement, à Phyllis et moi, notre antre de geeks, avait été réduite en cendres, avec tout ce qu'il contenait, donc... Seconde option. C'était encore plus frustrant. Déprimant, aussi. Enfin, passons, ce n'est pas comme si se lamenter dessus pendant des heures allait comme par magie faire resurgir la Grosse Pomme de ses cendres...

Dans nos nouveaux locaux (encore, bordel), la vie avait repris un cours à peu près normal. Les autres professeurs et moi-même avions recommencé à faire la classe, et les élèves semblaient s'être plutôt bien remis de tout ça. Bien sûr, nous continuions à faire attention à leur état émotionnel, et une cellule de crise psychologique avait été mise en place au cas où certains auraient voulu s'exprimer sur le sujet. Mais dans l'ensemble, tout paraissait aller... Bien. Etonnamment. Nous n'allions pas nous en plaindre, au fond.
Avec un soupir, je jetai un oeil à mon portable, en me laissant aller contre le dossier de la chaise de mon bureau. Un texto de Jean me rappelant de manger autre chose que des sucreries pour la cinquième fois de la journée, et... Rien d'autre. En désespoir de cause, j'allai faire un petit tour sur Facebook : rien de neuf. Candy Crush : plus de vies au bout de cinq minutes à peine. Instagram : ... Nono et ses photos de plage de sable blanc et de Las Vegas. Génial. Eh bien au moins, il y en avait qui s'amusaient ! Je fourrai à nouveau mon téléphone dans la poche de mon pantalon, et me penchai sur les copies qui me restaient encore à corriger. Une petite dizaine. Ca devrait aller assez vite. Après ça, je pourrais m'installer confortablement devant quelques épisodes de séries, histoire de passer une soirée tranquille. Ce qui ne serait pas du luxe.

Soudain, on frappa à ma porte et je ne pus retenir un léger sursaut quand celle-ci s'ouvrit tout aussi subitement. Par réflexe, je me tournai pour voir qui faisait ainsi intrusion dans ma chambre, et là... Noh-Varr. Egal à lui-même. Enfin, habillé de pied en cap, ce qui était déjà pas si mal que ça, vu qu'il avait une certaine tendance à l'exhibitionnisme. Bon, je ne vais pas non plus dire que ça me déplaisait... Que personne ne me juge, vous l'avez déjà vu torse-nu ? ... Oui, bon, certainement. Alors vous comprenez pourquoi ça n'a rien de désagréable.

« Hey, Bobby ! Ça fait un petit moment, je suis désolé. Tout va bien ? »

J'aurais bien voulu répondre à sa question, mais il ne m'en laissa pas vraiment le temps. Il était comme ça, ce Kree. Monté sur ressorts, avec des piles alcalines hautes capacités qui n'auraient plus de jus quand le monde se serait éteint, et pas avant. Personnellement, il m'amusait plus qu'il ne me fatiguait, même si je laissais parfois croire le contraire. Peut-être à tort.

« J’aurai parié te trouver là. Tu devrais sortir un peu… Non, pardon : tu vas sortir. Avec moi. Je suis venue te chercher, il faut que tu te détendes un peu. Et ce n’est pas négociable. Laisse un peu les gamins et les vieux de côté, et viens t’amuser avec moi. »

Un léger sourire étira mes lèvres quand Noh-Varr posa ses mains sur mes épaules pour me les masser légèrement. Jusqu'à présent, je n'avais pas réalisé à quel point j'étais noué... Si de prime abord j'allais refuser son invitation (ou tentative de kidnapping, selon les perspectives), je me fis finalement la réflexion qu'après tout, ça ne pouvait pas me faire de mal, de me changer un peu les idées. Il allait tout de même falloir que je surveille ce que l'alien avait prévu pour cette sortie surprise, parce qu'entre nous, je me méfiais quand même un peu de ses idées...

- Bon, eh bien si tu ne me laisses pas le choix, je suppose que je n'ai plus qu'à te suivre, hein ? répondis-je en lui adressant un petit sourire. J'avoue que je suis curieux de voir ce que tu as derrière la tête. Laisse-moi juste le temps d'enfiler quelque chose d'un peu plus... Propre que ça.

Parce que sortir avec un vieux tee-shirt troué d'un peu partout, détendu et tellement délavé qu'on en viendrait à douter qu'il ait jamais été noir, je ne pensais pas que ça pouvait être une bonne idée. Je me levai donc, retirai la fripe en question pour la jeter en vrac sur mon lit, à l'autre bout de la pièce, et farfouillai quelques instants dans mon armoire pour en retirer un tee-shirt propre et correct, ainsi qu'une veste légère, histoire d'avoir l'air un peu plus habillé que si je venais tout juste de sortir de la douche en catastrophe. Je vérifiai d'un coup d'oeil rapide mon allure générale, et la jugeant acceptable, je revins vers Nono pour le pousser hors de ma chambre tout en attrapant mes clefs.

- C'est bon, on peut y aller. Et pour ta gouverne, il n'y pas que des vieux et des gosses, ici. glissai-je en pouffant un peu alors que je fermais la porte à clef. Une fois mon trousseau soigneusement rangé dans l'une des poches de mon jean, je pris la direction de la sortie de l'école, accompagné de Noh-Varr. Je saluai brièvement Ororo quand on la croisa au détour d'un couloir, et rappelai à deux élèves qu'ils devraient plutôt travailler sur le devoir maison que je leur avais donné la veille au lieu de s'amuser à piéger la porte de Scott. J'aurais peut-être dû les laisser faire, tiens... Enfin bref.

Une fois dehors, je me tournai vers le Kree, enfonçant les mains dans les poches de mon pantalon.

- Alors, on fait quoi, on va où ?

   
.SHADOW
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Noh-Varr

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 06/09/2016

MessageSujet: Re: 02 - Serais-tu aussi chaste que la glace et aussi pure que la neige... | ft. Bobby   Mar 6 Sep - 22:47






Want you coffee and a naked kree ?



Comme d’habitude, surtout lorsqu’il s’agissait de Bobby, Noh-Varr entrait telle une tornade. Peut-être lui imposait-il sa présence, à entrer ainsi sans savoir s’il était d’accord, s’il n’était pas occupé ou même s’il était nu (bah quoi, il a le droit de se promener nu dans sa chambre s’il le souhaite, et ce n’est pas l’Avengers II qui se plaindrait de tomber sur un tel spectacle), mais après-tout, le mutant n’avait qu’à le mettre à la porte s’il ne voulait pas le voir. Ses paroles s’enchaînaient sans réellement laisser le temps au mutant de répondre – ce qu’il regretta presque immédiatement, d’ailleurs, il s’inquiétait sincèrement pour lui – et ses mains étaient déjà posées sur les épaules de Bobby pour les masser délicatement, appréciant ce contact plus qu’il ne le laissait paraître.

« En effet, je ne te laisse pas le choix… Mais ça ne veut pas dire que tu ne pouvais me dire non. Doooonc, j’en déduis que ça te fait plaisir. »

Et il était fier de lui, le bougre, autant qu’il était heureux de voir ce petit sourire apparaître sur les lèvres de Bobby, avant d’hocher la tête. Pas qu’il trouvait Bobby moche ou ce genre de chose, habillé comme il l’était. Disons que, parfois, certaine personne porte quelque chose qui leur va tellement bien que leur conjoint rêve juste de les déshabiller dans la minute – chose qui, généralement, doit attendre que la tenue ai servi au pourquoi elle a été mise. Dans l’autre sens… On aurait tout aussi bien pu vouloir enlever ce tee-shirt pour révéler le canon qui se tenait en dessous. Lorsque Bobby se leva pour se changer, le kree ôta ses mains de ses épaules, et les rangea dans ses poches, pour observer du coin de l’œil le mutant. D’aucun le dirait voyeur… Il profitait juste de ce qui lui était refusé. Cela lui fit penser à sa « surprise » pour Bobby, et lui arracha un sourire qui aurait presque pu être tendre.

« Non, en effet, il n’y a pas que des vieux et des gosses. Il y a toi, aussi. Et je préfère oublier que tu partages tout ça avec d’autres charmantes personnes de ton âge. »

Un sourire en coin, et il faisait passer ça pour une petite plaisanterie. Alors qu’au fond, non ; l’alien s’inquiétait parfois un peu en imaginant qu’un – ou une – autre que lui tentait de se rapprocher de Bobby mieux que lui n’y parvenait. C’était à la fois désespérant et frustrant, et il préférait se concentrer sur le glaçon sur pattes plutôt que de penser à tout ce qu’il y avait à côté. Il l’avait pour lui, ce soir, après tout – plus ou moins. Avant que Bobby ne ferme la porte à clé, Noh-Varr la retint en plaquant sa main sur le bois de la porte, un peu brusquement, peut-être. Il lui offrit un sourire désolé ;

« Je vais… T’emprunter tes toilettes, juste, avant qu’on y aille » lui lança Noh-Varr en se dirigeant vers la salle de bain, où il trouva les toilettes. Il ne mit qu’une poignée de secondes avant d’en ressortir – il n’aimait pas spécialement s’attarder dans ce genre d’endroit – un sourire taquin aux lèvres : « Poser mes fesses là où tu as posé les tiennes et voir l’endroit où tu laisses l’eau couler sur ce corps que je devine musclé… »

Il baissa les yeux vers Bobby en s’approchant de lui, posant ses bras sur ses épaules avec un sourire enjôleur, les mains croisées plus loin derrière sa nuque. Il serait tellement facile de venir dépuceler ces lèvres qu’il imaginait sans peine vierges de tout contact masculin… Mais ce serait certainement le meilleur moyen de perdre le mutant, et Noh-Varr, malgré tout ce qu’il pouvait être, refusait cela et préférait l’éviter. Il secoua plutôt légèrement la tête en reculant d’un pas, réinstaurant entre eux une distance de sécurité que, Noh-Varr le savait déjà, il briserait encore et encore en quelques tentatives de rapprochement.

« Et je viens de rendre ça bizarre et gênant. Pire que s’il y avait des licornes sur mon boxer… Désolé, je m’enfonce. Tu me connais, j’peux pas m’en empêcher, parfois… » Noh-Varr était sincère, et il passa une main gênée sur sa nuque, avant d’esquisser un petit sourire ; « Enfin, j’ai quelque chose pour me faire pardonner. J’espère. J’ai été pas mal occupé, mais… »

Il sortit sa poche dimensionnelle de sa propre poche de pantalon, avant de l’ouvrir, à peine, juste de quoi pouvoir passer sa main dans un camaïeu de vert et en ressortir un petit bouquet d’Edelweiss, qu’il mit délicatement dans les mains de Bobby.

« Je le trouvait parfaitement appropriée... » souffla-t-il en s’autorisant à laisser ses mains autour des siennes le temps de quelques secondes, le temps de lui expliquer les raison de ce choix ; « En effet, c’est une fleur à la fois délicate, pure, magnifique, aussi appelée l’étoile des glaciers et... Il est techniquement interdit de la cueillir. »

Il laissa son regard traîner encore un instant sur le visage de Bobby, cherchant le sien, avant de sourire doucement en reculant d’un pas. Et voilà, il venait à nouveau de briser les distances de sécurités. Il s’en voulait déjà d’avoir parlé trop vite, il espérait encore ne pas avoir été trop loin. Avant même de sortir ? Ce serait désastreux, il ne s’en remettait pas. Pourquoi était-il si patient, si indulgent et si plein d’attention envers le mutant ? Il balaya ces questions d’un mouvement de tête, chassant par la même occasion les mèches qui tombaient devant ses yeux.

Il suivit Bobby dans les couloirs de l’école, où il y avait parfois un terrible charivari – ce que le kree comprenait, il arrivait, après tout, après les cours, et les élèves devaient certainement en profiter. Il retint un gloussement en découvrant un Bobby autoritaire rappelant à ses élèves qu’il leur avait donné des devoirs. Noh-Varr avait toujours un peu de mal à imaginer Bobby en professeur, même s’il devait avouer que ça avait un petit côté assez séduisant. Une fois dehors, il prit le relai et le conduisit jusqu’à sa voiture, ouvrant galamment la portière côté passager pour le laisser monter.

« Déjà, on va dans ma voiture. J’ai fait l’effort de ne pas prendre ma moto, j’ai pensé à toi. » Une fois que Bobby fut installé, le kree ferma la portière et fit le tour de la voiture pour prendre place derrière le volant ; « Ensuite... Tu verras. Mais j’aime bien cet endroit. »

Démarrant le moteur, il pensa qu’il aurait tout aussi bien pu l’emmener dans l’un de ces bars, en ville, dans lesquels il avait l’habitude d’aller. Etrangement, il n’avait pas vraiment envie qu’une personne lambda vienne lui demander s’il avait fait une nouvelle conquête avec Bobby à côté, et ce détail le préoccupait plus qu’il ne voulait l’admettre. Tandis que là où il l’emmenait… Il y avait peut-être été avec Moonstone, une fois. Il l’avait trouvé avec Vanja, lors d’une sortie babysitting à la plage, en tout cas.

« Au fait, tu ne m’as pas répondu, tout à l’heure… Ma faute, certainement. Ça va ? »

Son regard quitta un instant la route, devant eux, pour se poser sur Bobby. Il avait bien senti ses muscles noués sous ses doigts lorsqu’il était venu le masser. Il espérait que le mutant ne se surmenait pas trop, qu’il prenait du temps pour lui, lui aussi. Que, même si c’était dur, il parvenait à penser à autre chose que New York qui n’était plus. Il reporta néanmoins rapidement son regard devant lui, voulant également éviter de changer de voie par mégarde et, une bonne vingtaine de minutes plus tard, il se garait enfin sur le parking près de la plage.

« Tu me demandais où on allait ? Ici. » fit-il en lui montrant d’un signe de la main un jolie bâtiment s’avançant à moitié dans le sable. « Tu as besoin de t’amuser un peu, et de te changer les idées, et… Je serai ravi d’être celui qui te permettra tout ça. »

Il gloussa légèrement, avant de fermer la voiture lorsque Bobby en fut sorti, puis il le guida jusqu’à l’intérieur du bar, où il leur trouva une table.

« Malibu ananas pour moi, faisons honneur à la région. Tu veux quoi ?  C’est moi qui offre. » fit-il avec un large sourire ravi.


HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dukett
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 02 - Serais-tu aussi chaste que la glace et aussi pure que la neige... | ft. Bobby   Sam 1 Oct - 12:57

Bobby L. Drake a écrit:


   

Serais-tu aussi chaste que la glace et aussi pure que la neige...

   
Coffee, yes ; a naked Kree... Nope, I'll be fine

   Je sais que certaines personnes n'aimeraient pas côtoyer Noh-Varr. A vrai dire, peut-être qu'elles le détesteraient. C'est vrai qu'il était bruyant, expansif, relativement bavard, et indéniablement envahissant. Il n'y avait qu'à voir la façon dont il s'était littéralement invité chez moi, sans prendre la peine de me demander mon avis. D'autant plus si on ajoutait à ça cette espèce de... Tentative d'enlèvement au nom du fun. En tout cas, c'est le terme qui convient le mieux, si vous me demandez mon avis. Mais vous savez... Personnellement, j'adore ce Kree. C'est vrai qu'il est parfois un peu agaçant, surtout quand il ne vous laisse pas en placer une parce qu'il a de toute évidence bien trop de choses à dire, mais... Je pense que c'est parce que son esprit va encore plus vite que sa langue. Ses pensées doivent s'enchaîner à un rythme dingue, dans cette petite tête surmontée de cheveux blancs. Par moment, il m'arrive même de pouvoir suivre approximativement le fil de ses pensées. Pas exactement, bien sûr ! Mais les expressions qui passent sur son visage ou au travers de ses yeux sont bien suffisantes pour saisir le sens premier de ce à quoi il songe. Après, peut-être que je me trompe. Et c'est bien possible.

Est-ce que ça me faisait plaisir qu'il soit venu m'enlever tel un défenseur de la veuve, de l'orphelin et du surmené ? Hum... Oui. Clairement. Je ne pouvais pas nier que j'avais du mal à lever le pied, ces derniers temps. Comme souvent, je noyais mes inquiétudes dans le travail, et ne portais plus attention au reste du monde. Monde qui d'ailleurs, se limitait à l'Institut pour moi, dans ces situations-là.
C'est donc une fois plus convenablement habillé que je m'apprêtais à fermer la porte à clef... Avant d'en être empêché par un Noh-Varr qui avait manifestement envie... D'aller se soulager aux toilettes. Bon, rien d'anormal là-dedans. Tout à fait naturel, même. Sauf que la tirade qu'il me lança en revenant n'avait rien d'ordinaire, elle. Oh bon sang, dites-moi que je rêve... Mais quel numéro ! Pris au dépourvu, je me figeai quand il se rapprocha significativement de moi. Soudainement, je me retrouvais comme paralysé, un peu comme si l'alien en face de moi avait été Méduse et que j'avais eu le malheur de me retrouver pétrifié. Un nombre incalculable de réflexions insensées traversaient mon esprit à un rythme effréné. Que cherchait-il, au juste ? Tenait-il sincèrement à moi, ou bien jouait-il à un petit jeu que la force de l'habitude l'obligeait à exécuter par réflexe, comme le laissait sous-entendre son semblant d'excuses ?
Quand il recula, mes pensées reprirent place correctement, chacune dans un coin de ma tête, et je me sentais quelque peu soulagé. Je ne m'aimais pas particulièrement qu'on approche de trop près, sauf quand c'était moi qui initiais le mouvement. Espace vital, tout ça... Vous voyez ce que je veux dire.

« Enfin, j’ai quelque chose pour me faire pardonner. J’espère. J’ai été pas mal occupé, mais… Je le trouvait parfaitement appropriée... En effet, c’est une fleur à la fois délicate, pure, magnifique, aussi appelée l’étoile des glaciers et... Il est techniquement interdit de la cueillir. »

D'accord, là il me désarçonnait carrément. On ne m'avait encore jamais offert de fleurs, et quand bien même ça aurait été le cas, je doute que quelqu'un ce soit donné la peine d'aller cueillir des espèces qu'il est justement interdit de ramasser ! Pour le coup, ça ne me gênait pas qu'il garde ses mains sur les miennes, et je dois avouer que sur l'instant, je ne le remarquai même pas. J'écoutais d'une oreille quelque peu distraite ce qu'il me racontait, et je m'efforçais de ne pas rougir bêtement. Ce que à quoi j'échouais assez lamentablement, évidemment. Je le remerciai avec un sourire à la fois timide et ravi, tout en profitant du fait que je n'avais pas encore fermé la porte à clef de ma chambre pour y déposer le petit bouquet. J'avais déjà une petite idée sur ce que j'allais en faire, mais je m'en occuperai plus tard.

J'appréciais le fait que Noh-Varr ait délaissé sa moto au profit de la voiture. En vérité, je n'avais pas vraiment quelque chose contre cet engin, bien que j'en sois pas un fervent adepte comme Logan ou Scott, mais ce qui me gênait c'était plutôt le fait de me retrouver si proche du conducteur dudit véhicule quand je grimpais dessus. Surtout qu'il s'agissait du Kree. Lentement mais sûrement, les paroles de Phillys avaient fait leur bonhomme de chemin dans mon esprit, et je devais bien avouer que, même si ça me faisait mal de l'admettre et que j'avais encore du mal à l'accepter... Les femmes ne me faisaient, au fond, aucun effet. Malgré le fait que j'ai essayé de toutes mes forces de m'en persuader. Par contre, me retrouver collé dans le dos de Noh-Varr... Hum. Pas besoin d'un dessin.

« Au fait, tu ne m’as pas répondu, tout à l’heure… Ma faute, certainement. Ça va ? »

Sa question eut le mérite de m'arracher à mes rêveries, qui commençaient à prendre un tour quelque indécent. Sauvé par le gong, comme dirait l'autre !

- Ca va. Je suis un peu fatigué, mais ça va. On peut dire que tu as su tomber à pic pour venir m'enlever à mes tristes préparations de cours et corrections de copies à s'arracher les cheveux. répondis-je avec un sourire amusé.
Sourire qui ne quitta pas mes lèvres quand je pus enfin poser les yeux sur l'endroit où Noh-Varr m'emmenait. Un joli bar (sûrement un restaurant aussi, d'après ce que je pouvais voir d'ici) au bord de la plage. Typique de Los Angeles, comme décor. Mais soudainement, je réalisai que je n'avais pas pris le temps de profiter de la région, que je m'étais contenté de m'enfermer plus ou moins volontairement à l'école. Décidément, il faudrait que je remercie l'alien correctement.

Quand nous fûmes installés à l'intérieur, à une table plutôt tranquille, le serveur ne tarda pas à venir demander que nous prendrions. Si Noh-Varr semblait ne pas avoir de difficulté quant à savoir ce qu'il voulait, je dois bien avouer que pour moi, la décision ne fut pas si rapide...

- Hum, je ne sais pas trop... Va pour un cuba libre, pour moi. Merci. Un nouveau sourire poli adressé au serveur, avant de reporter mon attention sur Noh-Varr pour poursuivre, amusé. Je sais qu'avec mon salaire de prof je ne suis pas bien riche, mais je peux encore me payer un verre, tu sais. Mais merci quand même.

Je jetai un oeil aux autres clients de l'établissement, rapidement. Surtout des couples. Il y a avait aussi deux ou trois petits groupes de copines, deux types accoudés au bar qui semblaient plongés dans une discussion assez animée. La soirée s'annonçait relativement calme, ce qui n'était pas pour me déplaire. Rapidement, le serveur revint avec nos verres. Tandis qu'il déposait le mien devant moi, il m'adressa un sourire et un regard un peu plus appuyés qu'à Noh-Varr. Surpris et un peu gêné, je sentis mes joues s'empourprer légèrement, et détournai les yeux. Ca, c'est le genre d'attention dont je me passerais bien...
Une fois le serveur parti s'occuper des autres clients, je laissai échapper un infime soupir de soulagement, relevant les yeux vers mon compagnon du moment en lui adressant un sourire contrit.

- Merci de m'avoir sorti un peu de ma routine, Noh-Varr. Ca me fait plaisir, vraiment. On trinque ? proposai-je en levant mon verre vers lui. Plus qu'à espérer qu'il ne me mette pas un vent, sinon ça risque de devenir gênant...
   
.SHADOW
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 02 - Serais-tu aussi chaste que la glace et aussi pure que la neige... | ft. Bobby   

Revenir en haut Aller en bas
 
02 - Serais-tu aussi chaste que la glace et aussi pure que la neige... | ft. Bobby
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opalecat c'est ton jour
» Sideshow Collectible - Luke, Han & Tauntaun Hoth Planet
» Disney Animator's Collection (depuis 2011)
» Glace menthe chocolat sans sorbetière !!
» sous la glace de l'Antarctique, depuis la nuit des temps!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Test & Stockage :: Forum RPG :: Personnages Originaux :: Noh-Varr-
Sauter vers: