AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [FICHE] ▬ Tommy M. Summerfield

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dukett
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: [FICHE] ▬ Tommy M. Summerfield   Mar 6 Sep - 23:09



 
feat Harrison Ford
Tommy Molpé Summerfield

 

 
Carte d'Identité
Nom de code:SirenDate & lieu de naissance: Glastonbury, UK – 29 Février 1980Âge:36 ansEmploi/occupation: Océanologue et écrivainStatut:MariéGroupe: Mutants

 
Caractère

 
Tommy a toujours été un jeune homme prévenant et à l’écoute des autres. Sa bienveillance n’a d’égal que sa loyauté, et s’il vous fait une épaule bienveillante sur laquelle pleurer, celle de l’océanologue sera toujours prête à accueillir vos larmes, et ses bras un écrin pour vos complaintes. Sa gentillesse le rend peut-être un peu trop permissif, et il se laisse facilement plus ou moins marcher sur les pieds, en particulier par sa femme. Pour une raison toute simple – selon lui : après quinze ans de mariage, on ne rompt pas des liens comme ça, et il l’aimait encore. Et ne trompait que lui. En parlant de tromper, ils n’en étaient plus à ça près, avec sa femme. S’il avait longuement hésité avant d’y succomber lui-même, il se savait cocu depuis longtemps. Le mariage tôt ne leur avait pas vraiment réussi, il fallait dire ce qui était, et si Tommy était la douceur du ménage, Brittany en était le maître de maison, la main de fer dans le gant de velours. Contraste remarquable avec son cher mari, ceux deux-là semblent évoluer comme le couple parfait en présence d’individus extérieur à leur foyer, mais la gentillesse naturelle de Tommy et son besoin de vouloir aider se retrouvent rapidement être un défaut lorsqu’il s’agit d’être en présence de sa femme. Mais derrière cette douceur se cache une joie de vivre et une passion non retenue. En dehors du cadre de la maison, et en particulier lorsque cela touche à son métier, il se montre un homme vivant, prêt à prendre des décisions et à avancer, capable de faire des choix et de les assumer. Un homme fier de lui qui n’en oublie pas pour autant toute sa bienveillance – c’est, après tout, certainement son trait de caractère dominant, avec sa loyauté. Avec lui, vos secrets seront bien gardés. C’est également un homme casse-cou, prêt à relever n’importe quel défi, prêt à repousser plus loin ses limites. En particulier pour l’homme qu’il aime.

Parce que oui, l’un des autres gros problèmes de Tommy est cet homme pour qui son cœur bat un peu trop fort, mais… A qui il ne le dit pas. Il est extrêmement doué pour fermer les yeux sur certaines choses, comme son mariage qui part en cacahuète et les battements de son cœur. En revanche, les battements de son cœur pour le café et pour le bacon, ça, aucun risque qu’il ne passe à côté. Comme il n’y a aucun risque qu’il oublie son allergie au savon…


 

Pouvoirs & capacités

Aquakinésiste : Maîtrise et création de l’eau, quoi qu’il ait encore du mal à bien contrôler tout ça.

Lamantin : Dès que Tommy entre dans l’eau, il se change en triton, en quelque sorte. Avec la queue de poisson – évidemment – mais également les branchies, et un fin voile qui rend ses yeux beaucoup plus clairs. Pour que la transformation ait lieu, il faut qu’il soit réellement immerger, au moins comme il pourrait l’être dans un bain : il ne se passe rien quand il prend une douche… Et heureusement pour lui, car ce n’est pas quelque chose qu’il a le loisir de contrôler ; c’est automatique, il ne peut rien y faire. Sous sa forme humaine, Tommy garde quelques écailles sur ses épaules et dans son dos, qu’il fait passer pour des tatouages.

Régénération par l’eau, et dégénération : L’eau, c’est la vie. Je ne vous apprends rien en disant cela, mais c’est d’autant plus vrai pour Tommy. Il a besoin d’eau pour vivre, et pas seulement de boire de l’eau. S’il reste trop longtemps sans s’immerger, cela l’affaiblit progressivement. S’il passe une journée entière sans se tremper, il prend quelques années durant la nuit (l’influence de la lune, dira-t-on)… Année qu’il perd en retournant dans l’eau, puisque celle-ci régénère ses cellules jusqu’à leur état normal (ce n’est pas non plus une fontaine de jouvence, et comme Tommy à 36 ans, il ne retrouvera plus jamais le teint frais et insouciant du début de la vingtaine, de même qu’il ne pourra plus récupérer son corps svelte et virile de ses trente ans quand il en aura quatre-vingt). Cela lui permet aussi de pouvoir guérir ses blessures, tant qu’elles ne sont pas trop importantes, mais encore une fois il lui faut être au moins dans une baignoire, pour qu’il soit sous sa forme « lamantine ».

Sa mutation le rend également très sensible au feu. Si la chaleur ne le dérange pas, elle accélère le processus de « dégénération »… En revanche, il peut se brûler d’un rien.

+ Tommy est également plutôt bon musicien. Il adore jouer de l'Ocarina, et a une voix plutôt douce et propice au chant, s'il osait chanter. Il préfère cependant rester sur ses instruments, Ocarina, piano, et un peu de violon... Son second prénom, Molpé, lui semblait tout destiné, puisque c'est le nom d'un d'une sirène de la mythologie (même si elles n'étaient pas exactement comme celles auxquelles nous pensons de nos jours), et Molpé signifie "La musicienne".

 Derrière le masque, y a qui ?
 
Prénom/pseudoVal' / DukettAge20 ans 9 jours (eh!)Code règlementStucky & Jash'll rule the worldPv, scénario, perso marvel ou inventéInventéComment as-tu atterri ici ?Remplacement de persoFréquence de connexionTous les jours
Remarques :siren:

 


Dernière édition par Dukett le Mar 6 Sep - 23:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Dukett
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: [FICHE] ▬ Tommy M. Summerfield   Mar 6 Sep - 23:10



 Approuvez-vous le gouvernement ? (Votre personnage ne sait pas forcément que Liesmith est Loki)
 
Je suppose, oui ? J'ai voté pour, après tout... Puis, le pauvre homme a perdu sa femme il y a peu. Et il a réussit à sauver, aller... La quasi totalité de New York lors de la dernière catastrophe, après avoir arrêté la Purge. Puis je ne vois pas vraiment de quoi je pourrais me plaindre, pour le moment...


  On parle désormais "d'Inhumains", cela vous dit-il quelque chose ?
 
Hum... J'en ai un peu entendu parler, oui... Mais ça reste flou. Ce sont des aliens, uh ?


 Comment avez-vous vécu l'attaque de New York et l’évacuation vers Los Angeles ?

 
J'ai été évacué, comme la plupart des personnes. Comme tout le monde en fait, je crois. Ca été galère, au début, pour trouver un nouvel appartement, mais on a fini par y arriver. Près de la côte, en plus ! C'est triste ce qui est arrivé à New York, certes, mais... C'est également une nouvelle opportunité et une nouvelle chance pour beaucoup d'entre nous. Non ?...


 Votre histoire
 

Glastonbury, le 29 Février 1980. Il venait de naître et, déjà, il n’était pas gâté. Il était né le 29, point, pas le 28 ni même le premier Mars ! Pourtant, c’est bien ce même jour qui n’apparaissait qu’une fois tous les quatre ans et qui fêtait son anniversaire. Ce jour à propos duquel les enfants disaient souvent : « J’aimerai pas être né le 29 Février ! », ou encore – surtout quand ils connaissaient Tommy – « Tu crois qu’on ne fête son anniversaire que tous les quatre ans ? » « Peut-être qu’il ne vieillit pas ? ». Si si, il vieillissait. Mais il y avait pire encore qu’être né un 29 Février dans un village perdu du comté de Somerset. Il y avait son deuxième prénom, Molpé. Qui était le nom d’une des sirènes de la mythologie gréco-romaine, et qui signifiait « la musicienne ». Mais vous savez, pas ces sirènes magnifiques vivant sous l’eau avec une queue de poisson comme dans la mythologie scandinave, non, celles pleines de plumes et bien hideuses, mi femme mi oiseau. En plus, « la musicienne », Molpé : paye-toi le nom, et un nom de femme. Enfin, il y avait ses parents. Rien que ses parents – des excités du bocal. Au moins, on ne peut pas dire qu’ils ne s’occupaient pas d’éveiller leur fils. Le père était archéologue, spécialisé dans le folklore de la région, le moyen-âge et le mythe arthurien. Sa mère était guide touristique et conservatrice, mais passait plus de temps à boire les paroles de son mari et à faire visiter l’Abbaye de Glastonbury aux touristes qu’à vraiment… Conserver.

On ne peut pas réellement dire que Tommy ait eu une enfance paisible. Oh, elle ne fut pas si dure que ça, seulement, comme il vous le dirait lui-même, ses parents étaient des allumés hyperactifs. Et que ça courait à la tombe d’Arthur, et que ça volait jusqu’au Tor, et qu’on faisait le tour des soi-disant jardins mystiques, et la fontaine de jouvence, la grotte aux fées, tous les sites archéologiques de la région… Oui, il en a fait des sorties, le petit Tommy. Avec ça, forcément, lui aussi a développé un certain intérêt pour tout ce qui était anciens, et mythe ou légendes. Mais le tout avec un certain recul, que n’avait pas ses parents ; certes, il aimait ça, mais pas au point de vouloir tout sacrifier pour. Il était plus terre à terre : pas moins passionné, mais moins évaporé. Lui, ce qui l’avait toujours intéressé, c’était les profondeurs marines. L’océan. Ils pouvaient passer des heures à étudier la nature des océans – avec des livres adaptés à son jeune âge et plein de poisson colorés, des heures dans son bain, des heures à la piscine… Et puis, d’un coup, tout pris fin.

Il avait quinze ans, il s’apprêtait à rentrer dans son bain, lorsque soudainement le sol se déroba sous ses pieds. Il glissa dans la baignoire, ce qu’il n’avait jamais fait auparavant, ce qui blessa profondément son égo d’adolescent. Puis la sensation étrange de n’avoir plus de jambes, des sensations nouvelles, et une salle de bain inondée. Une queue de poisson. Une mutation, inattendue, incontrôlable – et terminée, les heures à la piscine devant tout le monde. Le choc et la stupeur ont très certainement dû geler le cerveau de ses parents (il aurait presque mis sa main à couper qu’ils auraient pu l’étudier parce que, eh, il était une putain de sirène), car au lieu d’avoir une réaction normale (par rapport à leurs réactions habituelles), ils avaient eu une réaction… Sensée. Ils décidèrent, après s’être renseignés, de l’envoyer dans l’Institut Xavier, institut spécialement conçue pour les jeunes gens ayant un problème de… Mutation. Même si « être mutant n’était pas un problème », évidemment.

oOoOo

New York (ou alentours), 28 Février 1996 – il faut froid. Peut-être même plus froid qu’à Glastonbury, il ne saurait trop le dire. En tous cas, l’Institut et ses alentours sont recouverts de neige, ce qui n’est pas désagréable. A l’Institut, Tommy a pu en apprendre plus sur sa mutation, et sur ce qu’il était à présent – puisqu’on avait beau dire, un mutant était un mutant aux yeux de la plupart des Hommes, et non pas un Homme. S’il se plaisait à l’Institut, il n’y resta pas longtemps. Un peu moins de cinq ans. Mais ce furent cinq années de transitions, qu’il fut bien content de vivre avant d’être jeté dans le « monde réel », sans papa et maman, sans avoir ses amis dans la chambre d’à côté ou ses professeurs attentifs et maternels pour le chouchouter. Il avait presque vingt ans lors qu’il prit la décision de quitter l’Institut, sachant ce qu’il voulait faire de sa vie. Et ce n’était pas ici qu’il obtiendrait les diplômes nécessaires pour devenir l’océanologue qu’il désirait.

Il entra dans l’Université de New York, avec l’appui et le soutien de ses anciens professeurs mais, surtout, avec celui de ses parents. Un soutient autant moral que financier de ses géniteurs qui – à défaut de sa calmer en vieillissant – réussissait à penser à leur fils et pour leur fils maintenant qu’il était parti, plus que quand il était là, sans doute parce qu’il leur manquait plus qu’ils ne l’auraient cru. Terminé, les piscines. Et pendant un temps, terminé, les bains. Dans sa petite chambre d’étudiant, il n’y avait qu’une douche, et c’est là qu’il fit la mauvaise expérience du revers de sa mutation. Comment expliquer qu’au bout d’une semaine, le jeune homme de vingt ans semblait soudainement en avoir le double, voire plus ? Ce fut la panique : il ne pouvait pas retourner en cours comme ça, on ne le croirait pas, où on le percerait à jour. Il ne saurait expliquer pourquoi il avait subitement vieillit, d’ailleurs. Et Brittany, comment réagirait-elle en le voyant ?...

Brittany était une de ses camarades, venant souvent fréquenter son groupe d’étude quoi qu’elle étudiait en droit. Plus à l’aise que lui au sein de l’université, la connaissant mieux aussi, elle était gentille et attentive avec Tommy, si bien qu’il ne leur fallut que quelques mois avant de sortir ensemble. Elle avait ce caractère flamboyant des gens sûr d’eux, et ambitieux, était de ceux qui savaient dire non et s’affirmer. Un peu le contraire du jeune britannique qui était toujours l’épaule bienveillante sur laquelle vous veniez vous appuyer, l’ami qui désirait toujours aider et ne savait pas dire non. Elle défendait Tommy et disait « non » à sa place et, souvent plus perspicace, son petit-ami l’aidait à retenir les cours en les rendant plus simple et intuitif. Mais il fallait dire qu’il semblait avoir ça dans le sang – ou dans les gênes (mutés).

Brittany, donc, comment allait-elle régir en apprenant ce qu’il était ? Une vague inquiétude l’avait pris à ce propos. Oui, il l’aimait, mais il s’aimait assez pour s’attendre au pire, en espérant le meilleur. D’un espoir trop doux, peut-être. Après avoir appelé l’Institut, il fut néanmoins légèrement rassuré : il devait y avoir une solution. Qu’avait-il fait, ou que n’avait-il pas fait, qui soit différent de d’habitude ? Quelle habitude avait donc été changée ? Cela faisait une petite semaine qu’il se rationnait en eau. Une douche rapide, un peu moins d’eau utilisée c’était toujours un peu plus d’argent. Soucieux d’avoir mis le doigt sur cet étrange problème, et de s’assurer un avenir qui ne risque pas de cesser brutalement quinze jours plus tard, il finit par appeler Brittany en lui demandant s’il ne pouvait pas venir prendre un bain, chez elle. Sans doute s’était-elle imaginé autre chose… Mais tout ce qu’elle obtient fut un petit-copain homme-poisson ayant soudainement la quarantaine, et rajeunissant progressivement en agitant doucement la longue queue écaillée qui remplaçait ses jambes.

Plutôt que de le fuir, comme il l’avait initialement cru, elle resta avec lui. Et l’année d’après, le 24 Mars 2001, ils se marièrent. Ils avaient vingt-et-un ans, ils étaient jeunes, il était tôt, et Tommy était loin de penser qu’il jouait ici sa vie toute entière. Ce fut une jolie cérémonie, par un beau jour de début de printemps, et même ses parents s’étaient déplacés (eh, ils ne rateraient pour rien au monde le mariage de leur fils unique). Son jeune âge fut pour Tommy son apogée ; après son mariage, la réussite de ses études et de celle de Brittany leur permit de décrocher chacun un emploie, et de déménager dans un appartement plus grand et mieux placé. L’océanologue passionné gravit plus ou moins rapidement les « échelles » du métier, jusqu’à avoir sa propre équipe d’expédition, équipe qu’il mit au courant de sa mutation dès qu’ils furent assez proche et en confiance pour qu’il puisse se le permettre, ce qui fut ensuite un bon atout pour eux. Mais vous savez, être océanologue… C’est 10% en mer et 90% en laboratoire, à raison d’environ un mois d’expédition, en tout, par an. Autant dire que pour assouvir sa soif de curiosité et d’océan, Tommy mène parfois ses propres « expéditions » autour de la baie de New-York, encore une fois grâce à sa mutation, ce qui lui permet d’avoir une excellente connaissance de ce territoire. Connaissance qui lui permettra de côtoyer, pendant quelques temps, le célèbre Tony Stark pour l’installation de son système électrique auto-alimenté, sous l’océan. Une chance qu’on l’ait choisi lui pour s’occuper du dossier, n’est-ce pas ?
 
oOoOo

New York, Janvier 2013. La loi sur la régulation des mutants vient de passer, et… C’est un peu la panique. Comme si Tommy n’avait pas déjà assez de problèmes comme ça. Son mariage est une catastrophe – il est cocu, il se sait cocu, la seule chose qu’il ne savait pas c’était combien d’amants avait Brittany. Il y avait ce Doug, pour sûr. Du reste… Mais il lui pardonne. Il aime Brittany – même s’il passe plus de temps dehors, même s’il considère à présent qu’ « essayer d’avoir des enfants » (même sans réellement essayer) est une corvée, un devoir, une obligation conjugale qu’il se doit de remplir.  En plus, il ne veut pas d’enfants, et il voit bien que cela agace Brittany… Mais il n’arrive toujours pas à lui dire non, exactement comme lorsqu’ils étaient à l’université. Toujours le même combat. Pourtant, si Tommy est bridé chez lui, c’est un homme libéré, passionné, sûr de lui et rieur lorsqu’il est au travail. Contraste étonnant qui en aurait surpris plus d’un. Mais revenons à la Purge, calamité bien plus grandes que ses noces et son déni.

Il l’avait senti venir, tout ça. Quand on fait partie de la « minorité » discriminée, on sent quand les choses changent. Les mentalités avaient changés, la méfiance envers les mutants étaient de plus en plus palpables, jusqu’à ce que, finalement, ça éclate – la loi de régulation qui passe, les haines qui se déchaînent, la guerre civile qui détruit les villes… Tommy avait échappé à tout ça, bien à l’abri dans un bocal. Oui, dans un bocal – il s’était plus ou moins attiré la sympathie de celui qu’on appelait le Sorcier Suprême, et ne savait pas vraiment comment il avait fait. Toujours est-il que c’était certainement grâce à lui que Tommy n’avait pas été tué, disséqué, ou il ne savait quoi encore. C’était également à cause de lui que Tommy avait fini par tomber, à son tour, dans l’adultère – mais après tout, sa femme faisait ça depuis plusieurs années, pourquoi pas lui ? Surtout qu’il restait, malgré tout, beaucoup plus sage qu’elle. Pendant un an et demi – toute la durée de la Purge, en somme – il est resté enfermé dans la maison, ayant même droit à son propre bocal, dans lequel Stephen le gardait lorsqu’il sortait, ou lorsqu’ils avaient quelques soudaine craintes.

Mais, vous le savez, on ne peut jamais rester chanceux trop longtemps. Et il avait laissé Brittany, qui travaillait à présent dans le bureau du procureur, seule. Oh, il ne pensait pas qu’elle s’inquiétait réellement pour lui. Au pire, s’il était mort, elle était veuve – et libre. On pourrait se demander pourquoi ils restaient ensembles, mais Tommy vous répondrait immédiatement qu’il l’aimait. Lorsqu’enfin les choses se calmèrent un peu, il insista pour rentrer chez lui. Au moins pour prévenir sa femme qu’il était en sécurité, et en promettant de rentrer si les choses dégénéraient à nouveau. Ce qu’il ne savait pas, c’est que sa chère femme avait, au bout d’un mois ou deux, avait appelé les autorités pour savoir si son mari était encore vivant, ou non, tout en leur balançant son statut et sa mutation. Et qu’on l’attendait au pied de leur immeuble pour lui passer la corde au cou ; il eut à peine le temps de retrouver Brittany qu’un agent du SHIELD entra dans l’appartement – un certain Johanssen – et embarqua le mutant avant qu’il n’ait eu le temps de comprendre ce qu’il s’était passé. On l’emmenait vers le SHIELD – pour quoi ? Rien de bon. Il regrettait soudainement d’avoir quitté l’asile de la maison de Strange, et de son bocal, surtout lorsqu’on lui apprit qu’il était là à cause de Brittany. La peur lui grippait les entrailles. Le regret, aussi. Pourtant, soudainement, l’agent qui était venu le chercher jura en lui lançant un regard à le geler sur place, avant de lâcher que la Purge était terminée. Officiellement. Et il fut relâché.

Quand on disait que son mariage était une catastrophe. Qu’ils étaient loin les doux liens amoureux qui les avaient unis. Et pourtant, il lui a pardonné – encore – ils ne divorcent pas – et ils ne semblent pas prêts de divorcer. Tommy vous soutiendra qu’il l’aime, et Brittany… Doit certainement voire plus d’avantages que d’inconvénient dans cette relation où elle peut faire ce qu’elle veut. Elle y gagne quand même un mari attentif et soucieux qui l’écoute. Ils affrontèrent ensemble l’évacuation, et se retrouvèrent un petit appartement, affichant toujours aux individus extérieurs l’impression d’un couple heureux… Tandis que Tommy aime, certes. Mais pas « sa » Brittany.


 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
 
[FICHE] ▬ Tommy M. Summerfield
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche technique de l'album avec le kit d'octobre de la Fée
» Comment faire une fiche de lecture
» Fiche de données de sécurité - Ethanol pur
» fiche technique du kit de novembre de la Fée par Cathyscrap85
» Fiche de présentation magazine à respecter !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Test & Stockage :: Forum RPG :: Marvel Evolution Reborn :: Tommy M. Summerfield-
Sauter vers: