AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 01 - Jingle bells, jingle bells, jingle all the way ! ▬ Ft. Cepheus Brannson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scott J. Englefield

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 15/09/2016

MessageSujet: 01 - Jingle bells, jingle bells, jingle all the way ! ▬ Ft. Cepheus Brannson   Jeu 15 Sep - 23:18


RP EN COURS

SUJET PRIVÉ : Ft. Cepheus Brannson
# TYPE : Rp dans le présent
# DATE : 4 Janvier 2016
# MOMENT DE LA JOURNÉE & TEMPS APPROXIMATIF :  Un matin sous la neige
# PRÉSENCE DU MJ : Nan
# AUTRE : « Un matin sous la neige au milieu des bois en Norvège » n’est pas le nouveau Stephen King.
SHADOW






A day or two ago, the story I must tell :

I went out on the snow, and on my back I fell -

Hey !

Lorsque Scott ouvrit les yeux, blotti contre le dragon qui lui servait de petit-ami, un léger sourire barrait déjà son visage. Même si, quand il y pensait, tout cela lui semblait un peu inespéré et invraisemblable, le temps où il se réveillait seul dans un lit froid avec des morsures de sauvages dans le cou était loin. Semblait loin. Il avait une expression paisible, un sommeil tranquille et un cou presque blanc, tous ses soucis abandonné sur le sol de sa mère patrie. Car la menace Melchior n’y était jamais totalement levée, toujours présente dans un coin d’ombre de l’entreprise familiale volée par le vampire auquel il voulait tenir tête, bien qu’il s’en soit que rarement capable. Mais Scott allait bien mieux depuis qu’il avait rencontré Cepheus – depuis qu’il était avec lui. Et puis, actuellement, loin de San Francisco et de leur quotidien habituel, loin du soleil et d’un hiver presque chaud, il avait juste à jouir de ce bonheur dans lequel il baignait. Cela ne durerait peut-être pas, alors il devait en profiter. Non pas qu’il craigne quoi que ce soit de Cepheus : il avait confiance en lui, plus qu’en lui-même (même si, je vous l’accorde, ce n’était pas bien difficile), mais s’il n’avait à se soucier de rien autre que les repas, la neige et leurs occupations ici, rien ne lui assurait qu’à son retour son patron n’allait pas lui faire regretter d’avoir osé prendre du bon temps, surtout aussi loin… En tous cas, cela faisait plusieurs jours que Scott n’y pensait plus.

Le jeune homme se redressa doucement sur un coude pour déposer un baiser sur les lèvres de Cepheus, et esquissa un sourire amusé lorsqu’Indiana sauta sur le lit, avançant prudemment sur la couverture avec le ronronnement puissant du matin du petit félin réclamant des caresses qu’il n’a pu avoir la nuit. Secouant légèrement la tête, Scott récupéra son animal pour le câliner un peu avant de l’abandonner sur le dragon. Il en profita pour quitter les draps et aller se doucher et s’habiller rapidement. L’heure qu’il était n’avais plus d’importance, et c’était merveilleux. Se rendant dans la cuisine pour leur préparer le petit-déjeuner (s’il avait encore un peu de mal à se diriger dans la grande demeure, il y avait au moins quelques pièces qu’il commençait à connaître), il se perdit un instant à contempler la danse des flocons qui tombaient au-dehors, alors que la neige était déjà bien haute. Il était toujours fasciné par la neige, comme au premier jour. C’était froid, mais c’était beau et… Il ne saurait pas expliquer pourquoi il aimait ça. Mais il l’aimait, et il espérait bien pouvoir revoir quelques flocons tous les ans.

Scott déposa leurs deux tasses dans un plateau, avec des biscuits tout frais de la veille, et s’activa ensuite à faire cuire des œufs et du bacon dans un poêle. S’il avait appris une chose ici, c’est que le froid ouvre l’appétit et qu’il vaut mieux bien manger pour tenir autant qu’il le voudrait. Il lui semblait qu’il n’avait pas cessé de neiger depuis un moment, et cela le ravissait. Il se rendit au salon pour déposer le plateau plein sur la table, afin qu’ils puissent petit-déjeuner tranquillement devant la cheminée, une fois qu’elle serait allumée.

« Dis, si on peut pas passer par la porte, on pourra sauter par une fenêtre pour aller dehors ? » Il ne s’en lassait pas, et ils avaient évité de trop sortir la veille à cause d’une jolie tempête de neige. « J’ai réfléchit, on pourrait faire passer une échelle, ou accrocher une corde, si on veut remonter. Je voudrais bien faire une ballade en forêt, ou… N’importe quoi d’autre. »

Scott sourit doucement et s’approcha de Cepheus pour lui prendre doucement les mains, le teint légèrement rougit. Il se demandait si, un jour, il allait réussir à passer outre sa timidité maladive et arrêter de s’empourprer pour trois fois rien. Mais s’il en doutait, il tira doucement son homme vers le salon.

« J’ai préparé le petit-déjeuner.  »

Il espérait que ça lui irait. D’habitude, il mangeait la même chose tous les matins, à peu de chose près. Et, pour une fois, il n’avait pas fait de pancakes… Mais les shortbreads qu’il avait fait la veille et qu’il avait interdit à Cepheus de manger avant aujourd’hui, en forme d’étoile, de cœur, d’ours, ainsi que des petits choux en forme de lapin (oui, il s’était déchaîné) trônaient fièrement sur le plateau. Il priait pour que tout soit bon, et surtout que ça plaise à Cepheus, alors qu’il l’entraînait jusqu’à la table basse, le lâchant pour s’assoir en tailleur par terre.

« Tu as le droit de les goûter, maintenant. » fit-il, amusé, avec cet air toujours ravi encore collé sur le visage.


HRP. Les petits choux ! [Lien]
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dukett
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 01 - Jingle bells, jingle bells, jingle all the way ! ▬ Ft. Cepheus Brannson   Jeu 15 Sep - 23:19

Cepheus Brannson a écrit:



« Jingle bells, jingle bells, jingle all the way ! »


J'aimerais ne jamais avoir à repartir d'ici

   Venir dans ma vieille demeure, perdue au coeur de la forêt norvégienne sauvage, avait toujours été comme prendre un grand bol d'air frais. Je m'y sentais bien, en sécurité, en paix. Ces murs de bois et de pierres, je les avais érigés au fil des décennies, des siècles, seul. Bien sûr, avec l'avancée des technologies dans le domaine du bâtiment, j'avais peaufiné certains détails, apporté des modifications d'ordre purement accessoires mais nécessaires d'un point de vue du confort, etc... Résultat ? Eh bien, au moment où je vous parle, je suis l'heureux propriétaire d'un manoir nordique unique, si grand qu'on pourrait s'y perdre, et qu'il faudrait une bonne dizaine de minutes pour le traverser entièrement d'une aile à l'autre. Situé sur une terre déclarée inhabitable à cause des conditions de vie jugées trop rudes et de l'absence totale de villes à proximité, c'est un endroit idéal pour un Dragon dans mon genre, qui tient à sa tranquillité et refuse d'avoir des Humains bruyants comme voisins. Et puis, comme j'aime étendre mes ailes et voler jusqu'à la mer pour piquer une tête, de temps à autres... Il vaut mieux que personne ne puisse être témoin de ce genre d'apparitions. Après ça grouillerait de touristes... Beurk.

Enfin bref. J'avais toujours aimé venir ici, mais jusqu'à maintenant... Je venais toujours seul. Désolé Eli', mais tu comptes pas, faut t'y faire. Là, Scott m'accompagnait. Moi qui m'étais juré de ne pas m'enticher d'un Humain, à cause de leur foutue vie bien trop courte comparée à la mienne, voilà que j'avais fini complètement dingue de l'un d'entre eux. Pour ma défense, qui serait capable de résister à cette bouille de chiot perdu ? Dès que j'avais croisé son regard, c'était fini. Je l'avais suivi, pris sous mon aile, protégé du mieux que je le pouvais de sa sangsue de patron, et finalement, voilà où nous en étions. En vacances pour les fêtes de fin d'années, tout les deux, dans mon sanctuaire norvégien. C'est avec plaisir que je l'y avais invité, et j'avais été absolument ravi de pouvoir guetter chacune de ses réactions, devant chacune de ses découvertes dans cet environnement qui pour moi était si familier. Quelque part, il me donnait un petit coup de jeune franchement bienvenue.

C'est paresseusement que je commençai à émerger de mon sommeil. Quelle heure était-il ? Oh, je m'en foutais totalement. Vacances, vous savez ce que ça veut dire ? En tout cas, chez moi ça signifie qu'on peut dormir autant et quand on veut, peu importe l'heure ou le moment de la journée. A vrai dire, on peut même faire ce qu'on veut, du moment que ça n'empiète pas sur l'espace vital des autres. Un sourire vint étirer mes lèvres lorsque je sentis Scott y déposer un baiser, avant qu'on ne me colle Indiana dessus quelques instants plus tard.
Bon, je suppose que ça voulait dire lève-toi ? Je me redressai donc à mon tour dans le lit, prenant le temps de caresser et papouiller le chat pendant deux ou trois minutes. Non, je ne l'avais pas oublié durant la nuit, non. Aucun risque là-dessus. Une fois Indiana dûment câliné, je quittai le matelas pour aller enfiler quelques vêtements, n'ayant aucune envie de me promener nu même chez moi en la seule présence de mon petit ami, avant que ledit petit ami ne vienne me trouver de lui-même au moment où j'allais me rendre à sa rencontre.

« Dis, si on peut pas passer par la porte, on pourra sauter par une fenêtre pour aller dehors ? J’ai réfléchit, on pourrait faire passer une échelle, ou accrocher une corde, si on veut remonter. Je voudrais bien faire une ballade en forêt, ou… N’importe quoi d’autre. »

Un nouveau sourire prit place sur mon visage, et je serrai doucement ses doigts entre les miens, caressant ses mains de mes pouces. Il était tellement adorable à rougir comme ça pour des gestes aussi simples que ceux-là... J'avais juste envie de le serrer jalousement entre mes bras pour ne plus jamais le lâcher, le protéger du monde extérieur et de ses dangers aussi longtemps que je le pourrais. Je l'aimais de toute la force dont un Dragon était capable, et à chaque fois que je plongeais mes yeux dans les siens, j'en étais toujours un peu plus persuadé. Eve, laisse-moi vivre suffisamment longtemps pour lui offrir la plus belle vie possible.

- Tu sais que je pourrais nous transporter jusqu'à la fenêtre, pas besoin de corde ou d'échelle quand on a des ailes. pouffai-je en le suivant jusque dans le salon, où nous attendait ce que je considérais comme un véritable festin. Oh Mère, des petits choux en forme de lapins. Tellement adorable. T'es un amour, Scott. Après, je peux t'emmener dans un endroit qui devrait te plaire. Il y a un peu de chemin à faire, et il faudra prendre une tenue de plongée pour toi, mais tu devrais être ravi.

Après avoir allumé la cheminée, je m'assis sur le canapé et entamai le petit-déjeuner avec appétit. Comme d'habitude, c'était un véritable festin. Bon sang, j'étais tombé sur le petit ami parfait, il n'y avait pas à dire.

- Chéri, c'est délicieux. Tu devrais vraiment ouvrir ta pâtisserie ou quelque chose de ce genre-là, tu ferais fureur, j'en suis certain ! Je ferai le repas de ce soir, j'ai prévu quelque chose d'un peu spécial. Mais t'auras pas le droit de voir avant que ce soit prêt, alors je te laisserai te détendre dans un coin du manoir pendant que je serais occupé en cuisine.

.SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Scott J. Englefield

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 15/09/2016

MessageSujet: Re: 01 - Jingle bells, jingle bells, jingle all the way ! ▬ Ft. Cepheus Brannson   Jeu 15 Sep - 23:22





A day or two ago, the story I must tell :

I went out on the snow, and on my back I fell -

Hey !

Scott aurait sincèrement aimé pouvoir rester contre son dragon, blottit entre les draps encore chauds, non pas grâce à un quelconque chauffage mais bien parce que Cepheus était une véritable bouillote vivante. Un vrai bonheur de traîner au lit le matin, quand l’homme que vous aimiez émettait en plus une douce chaleur – le jeune américain aimait, en général, traîner au lit et profiter le plus de ces petits moments, mais pas ici. Il avait bien le temps de traîner, à San Francisco, lorsqu’ils ne devaient pas se lever pour aller travailler, mais ici, en Norvège ! Il ne savait pas réellement quand il aurait l’occasion d’y revenir, s’il y reviendrait un jour. Une situation pouvait changer si rapidement, il était le premier à le savoir, et même si Cepheus avait toute sa confiance et que Scott voyait son avenir se dessiner, heureux, sur le long terme, il gardait toujours cette crainte quelque part au fond de son esprit. Même s’il ne la ressentait pas, elle était là, cachée mais présente... Un accident pouvait si vite arriver.

Mais ce n’était pas le moment de traîner, chose qu’il avait déjà bien assez faite. Il trouvait que le temps passait définitivement trop vite, ici, aussi n’attendit-il pas que Cepheus se soit levé et habillé pour le faire, et pour leur préparer le petit-déjeuner. Scott était plutôt satisfait de lui, aussi lorsqu’il retrouva son petit ami, il alla délicatement lui prendre les mains en rougissant, déversant par la même occasion un flot de paroles à l’excitation à peine contenue sur ce qu’il pourrait faire de leur journée – et, surtout, où ils pourraient aller. Il lui fallait bien profiter de la neige tant qu’il le pouvait, quitte à sauter du toit. Scott s’empourpra un peu plus en l’entraînant dans le salon ; en effet, il y avait bien des avantages à avoir des ailes, même si le jeune homme l’avait oublié. Oh, non, il n’oubliait jamais que l’homme qui avait ravi son cœur n’en était pas un, mais était plutôt un reptile géant, ailé et cracheur de feu. Un prédateur, et certainement l’un des plus puissants que la Terre ait jamais porté – et, pour couronner le coup (et c’est le cas de le dire), Cepheus était même l’Alpha des dragons. Leur roi, en quelque sorte, s’il avait bien tout compris.

Mais, malgré cela, malgré tout ce que l’on pouvait raconter sur les dragons, malgré le fait que si un jour Cepheus ne supportait plus le jeune homme il pouvait l’avaler tout rond, Scott n’avait pas peur. Pas la moindre de ses cellules, pas le moindre atome ne craignait Cepheus, que ce soit sous forme humaine ou sous forme reptilienne. Il lui vouait une confiance aveugle, pleine, entière, aussi sûrement qu’il aimait le dragon. Plutôt que de craindre l’immense créature, celle-ci le fascinait. Il ne perdait pas de vue que le Cracheur de Feu était la même personne que « l’homme » même si, parfois, Scott oubliait que « l’homme » pouvait se changer en Dragon et leur permettre de rentrer ou de sortir de la maison en passant par l’une des fenêtre du haut.

« C’est vrai, je n’y avais pas pensé, pourquoi s’embêter quand on a un Dragon ? » fit-il d’une voix douce, osant aller caresser sa joue du bout des doigts, avant de le laisser allumer la cheminée.

Un amour, lui ? Il se permettait d’en douter, comme à son habitude, mais esquissa un sourire à la fois timide et ravi. Et ravi, il l’était chaque minutes un peu plus, tandis qu’il hochait vigoureusement la tête, prenant le temps de s’asseoir à côté de lui avant de répondre ;

« Je ne peux pas dire non à un peu de plongée, surtout ici, et je pourrai te suivre au bout du monde… Alors si en plus tu penses que ça devrait me plaire, j’ai hâte de voir où tu veux m’emmener. »

Il esquissa un large sourire en attrapant sa tasse pour y tremper ses lèvres, regardant avec ravissement son petit ami manger ce qu’il leur avait préparer, et souffler un petit « Tu exagères » lorsque celui-ci complimenta sa cuisine. Scott n’avait rien contre ouvrir une pâtisserie, vraiment. Mais il rechignait un peu à quitter totalement l’ex-entreprise familiale et, surtout, il n’avait pas l’argent pour se lancer dans ce genre de projet. Il ne doutait pas une seule seconde que, si ce projet devrait un jour être sérieux ou se concrétiser, il aurait l’appui et le soutien du dragon, mais ce n’était pas quelque chose qu’il demanderait de lui-même. Cepheus en faisait déjà bien assez pour lui, il ne voulait pas se montrer plus dépendant ou être un poids financier pour lui ; il se contenta d’hausser légèrement une épaule, et attendit d’avoir avalé ce qu’il mâchait pour répondre :

« Hum, je ne sais pas… L’idée est séduisante, mais ça n’est pas si simple que ça. » Il baissa les yeux, quelques secondes. Il aimerait que ça soit plus simple, que… Il chassa rapidement l’entreprise et Melchior de ses pensées – ils étaient loin, les ennuies étaient loin. Il laissa plutôt un tendre sourire reprendre place sur son visage, hochant doucement la tête ; « Je suis curieux, maintenant ! Mais d’accord, je serai sage. »

Il en profiterait peut-être pour faire un peu de piano, ou n’importe, il verrait bien. En tous cas il était heureux de ne pas avoir trop traîné au lit, et était déjà impatient de voir où Cepheus voulait l’emmener, et ce qu’il allait lui préparer, ce soir. Scott se pencha pour déposer un baiser sur la joue du dragon, avec un petit roucoulement ravi. Il avait vraiment de la chance d’avoir un compagnon comme Cepheus.


HRP. Les petits choux ! [Lien]
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 01 - Jingle bells, jingle bells, jingle all the way ! ▬ Ft. Cepheus Brannson   

Revenir en haut Aller en bas
 
01 - Jingle bells, jingle bells, jingle all the way ! ▬ Ft. Cepheus Brannson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jingle bells Belle interprétation d'Estelle à découvrir
» The Jingle Bell Boys ?
» Saturday night fever et La nuit des prolétaires. Jingle bells.
» Le trainer "Jingle" : enfin terminé
» Jingle et Chantal (Creamy, Merveilleuse Creamy)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Test & Stockage :: Forum RPG :: Supernatural :: Scott J. Englefield-
Sauter vers: