AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cepheus Brannson ❧ « Dra-gon, not lizard ! I don't do the tongue thing, hssss »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dukett
Admin
avatar

Messages : 386
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Cepheus Brannson ❧ « Dra-gon, not lizard ! I don't do the tongue thing, hssss »   Dim 18 Sep - 15:08


Cepheus ~ Brannson
Bring me a virgin, I'm hungry !

 
FT. JAKE GYLLENHAAL
# TYPE : Inventé
  # NOM : Brannson
  # PRÉNOMS : Cepheus
  # SURNOMS : Cephy, vieux croûton, lézard, tas d'écailles, lance-flammes sur pattes, etc...
  # AGE & DATE DE NAISSANCE : Plus de 2500 ans, date de naissance exacte inconnue
  # LIEU DE NAISSANCE : Norvège
  # RACE : Dragon
  # GROUPE : Créatures
  # SITUATION MARITALE : Compliquée
  # PROFESSION : Antiquaire
  # ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuelle
  # AUTRES INFORMATIONS : Domicilié à San Francisco - N'a plus que son cousin encore en vie - En faveur de son propre camp et de sa propre espèce
# ANECDOTE 1 : Vous savez, en tant que Dragon, j'adore les grottes. On s'y sent bien, vraiment ! D'ailleurs, j'ai la mienne, sur la côté de San Francisco. Quand la marée monte, son entrée est complètement immergée, mais ça ne m'a jamais dérangé, je suis un excellent nageur. Et au passage, oubliez le cliché du Dragon qui ne supporte pas l'eau, parce que moi, j'adore. Ca fait des siècles que je nage, et je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin.
 
# ANECDOTE 2 : Les vierges, c'est mon pêché mignon, je l'avoue. Et pas pour les mettre dans mon lit, non. Pour les dévorer. Je ne sais pas vraiment pourquoi -et je m'en moque de le savoir, au fond- mais nous autres Dragons adorons croquer les jeunes filles vierges pour notre dîner. Donc si vous l'êtes, méfiez-vous de ce qui vient du ciel...
 
# ANECDOTE 3 : Parfois, il m'arrive de me sentir seul. Les Dragons sont des créatures très rares, si bien que la plupart des Humains, même parmi les Chasseurs, pensent que nous ne sommes que de la fiction. Et ceux qui savent que nous existons bel et bien sont persuadés que nous sommes une espèce éteinte, exterminée par d'incessantes chasses durant le Moyen Âge. Alors oui, aujourd'hui, nous sommes peu à avoir survécu. Et à vrai dire, ça fait même plusieurs siècles que je n'ai pas eu la joie de croiser l'un des miens.
 
# ANECDOTE 4 : S'il y a quelque chose que je trouve à la fois fascinant et superbe, c'est la musique. Voilà une création humaine que je ne peux qu'approuver. J'adore ça, et je crois bien que je pourrais passer mes journées à en écouter sans que ça ne me lasse jamais. J'adorerais savoir jouer moi-même d'un instrument, mais sérieusement, vous me voyez faire ça, moi ?
 
# ANECDOTE 5 : Les Dragons sont des créatures sociables, qui vivent la plus grande majorité du temps en petits groupes. A l'époque, nous restions surtout en famille, qu'elle soit proche ou éloignée. C'est pour ça que j'ai du mal à supporter la solitude, et que je cherche toujours le contact avec d'autres personnes. Notre espèce n'est pas loin d'être éteinte, donc je fais avec ce que j'ai.


  LE CARACTÈRE
# QUALITÉS & DÉFAUTS : Vicieux, fourbe, mauvais, manipulateur, mégalomane, égoïste, avare, cruel, impitoyable, envieux, possessif, menteur, rancunier... Ca, ce sont les adjectifs qui viennent à l'esprit des gens quand on prononce le mot Dragon. Et il se trouve que certains de ces traits de caractère sont effectivement miens. Je mens et manipule comme personne, je suis affreusement égoïste, possessif et envieux. Vicieux, cruel et fourbe, je peux parfaitement l'être si on me pousse un peu. La rancune est un défaut qui est profondément inscrit en moi. Pour ce qui est de la mégalomanie... Bon, j'avoue que je le suis légèrement sur les bords. Tous les Dragons sont un peu imbues de leur personne, et pensent que notre espèce est la meilleure parmi les créatures surnaturelles. Au fond, j'ai aussi ce genre de pensées. Je méprise tout monstre qui était autrefois humain. Donc autant dire, pratiquement tout le reste. C'est qu'un Dragon a sa petite fierté, voyez-vous... A vrai dire, nous sommes si fiers que nous avons souvent du mal à accepter les insultes ou l'échec. Ce qui nous vaut notre réputation de monstre susceptible et colérique. Et je le suis un peu, susceptible et colérique.

Heureusement, je n'ai pas que des défauts. Sinon je serais invivable. Je suis une personne réfléchie, qui garde son sang froid dans la plus grande majorité des cas. Ma nature de Dragon, qui me pousse à entasser les choses précieuses et à veiller farouchement dessus, fait de moi un grand économe, et quelqu'un de raisonnable et terre à terre. Je rêve, comme tout le monde, mais je sais rester rationnel et lucide. Perdre de vue la réalité, ce n'est pas mon truc, vous savez. Pourtant, parfois j'aimerais bien. Ca me permettrait d'oublier un peu ce qui se passe, et que je suis pratiquement seul dans ce vaste monde. Je ne sais pas combien de Dragons nous sommes encore exactement, mais ce dont je suis certain, c'est que je suis le plus vieux qui reste.
Il y a tout de même un avantage à être aussi possessif, et c'est mon côté protecteur. Bon, tout Dragon l'est. Au moins un peu. C'est dans notre nature profonde. Mais moi, je le suis énormément. Ma mère m'a légué ça, ainsi qu'un très fort dévouement à ma famille. Malheureusement, aujourd'hui elle a disparue.
Sous mes allures de grande bête écailleuse qui crache le feu, je suis en vérité une personne assez douce et tranquille, qui ne cherche pas les ennuis. Oh, bien sûr que je sais me battre et que je peux devenir extrêmement dangereux, comme tout prédateur qui se respecte, mais j'ai un certain sens de la justice et n'attaque jamais si ce n'est pas mérité. C'est que je n'ai aucune envie de me retrouver avec des chasseurs à mes trousses, voyez-vous ! Enfin, même sans ça, je n'agirais pas comme un tueur de sang-froid. J'estime que le monde repose sur un concept d'équilibre fragile, et ce ne sera pas qui le brisera.
Pour terminer, je pense qu'il est essentiel d'ajouter que j'ai une nature loyale et sincère. Bien sûr, je mens. Et même très bien. Mais naturellement, c'est davantage la vérité qui me vient. Et puis, souvent, la vérité est ce qui fait le plus mal, pas les mensonges.
 


  LES DESCRIPTIFS
# POUVOIRS : Pouvoirs classiques des Dragons, rien de plus, et rien de moins.

 

  # ARMES : Mes crocs, mes griffes, mes cornes, mes écailles tranchantes... Mon souffle de feu, naturellement. Ma queue, aussi. Ce n'est que du muscle, et croyez-moi, si je donne un coup dans un maison avec ça, elle risque fort de ne plus tenir debout.

 

  # COMPÉTENCES DIVERSES : Au fil du temps, j'ai fini par apprendre à cuisiner correctement. Enfin, on peut même dire que je cuisine très bien. Mais seulement le salé, la pâtisserie, j'ai jamais réussi ! A chaque fois, c'est une véritable catastrophe. Biscuits cramés, gâteau dur comme du béton... Enfin voilà, vous aurez compris.

 
SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Dukett
Admin
avatar

Messages : 386
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: Cepheus Brannson ❧ « Dra-gon, not lizard ! I don't do the tongue thing, hssss »   Dim 18 Sep - 15:08


HISTOIRE
Light them up

# votre histoire : Pour la plus grande partie des Humains, ma race n'est plus que du folklore. Autrefois, vous nous craigniez réellement, vous leviez les yeux vers les nuées avec inquiétude, révériez nos images sur vos ouvrages et vos tapisseries. Vous vous sentiez petits et vulnérables face à nos immenses ailes, nos griffes comme des dagues, nos crocs comme des épées, et nos souffles ardents qui embrasaient même les bois les plus humides. Si nous vous le demandions, vous sacrifiez sans broncher et de bon grès des jeunes gens presque toutes les semaines, pour peu que nous consentions à épargner vos villages. Oh, bien sûr, parfois vous envoyiez vos chevaliers pour nous combattre. Certains de mes frères sont tombés sous les coups de lame de ces guerriers plus suicidaires que courageux, si vous voulez mon avis. Si, les premières années de mon existence, j'en ai voulu à votre espèce, j'ai fini par comprendre que ce n'était que justice. Les miens vous décimaient, nous ne pouvions décemment pas espérer que vous resteriez là, sans réagir. Enfin, peut-être vais-je un peu vite en besogne. Reprenons depuis le début, vous comprendrez sûrement mieux.

Je naquis il y a environ deux milles cinq cents ans de ça, tout au nord du territoire que vous appelez aujourd'hui la Norvège. Evidemment, je n'étais pas le seul de ma couvée, loin de là. J'avais deux frères, et deux sœurs. Parmi eux, je fus le premier à éclore, mais aussi le plus robuste des dragonneaux de la couvée. Tout comme ma mère, j'avais les écailles d'un rouge sombre, et des yeux d'ambres. Mes sœurs étaient noirs, comme notre père ; quant à mes frères, ils avaient hérité de la côte bleue de l'un de nos ancêtres. C'était un très beau bleu, semblable à la couleur de l'eau, dans les profondeurs des océans, presque du noir, en fait. Leurs iris, à tout les quatre, étaient dorés.
Nos premiers mois de vie furent loin d'être simples, puisque nous avions sorti le bout de nos museaux en plein hiver. La neige tombait drue, en lourds flocons, et les vents violents qui battaient les flancs des falaises sur lesquelles mes parents avaient nidifié ne nous faisaient aucun cadeau. Le fracas des vagues, qui s'écrasaient contre les rochers, des dizaines de mètres en contre-bas, nous empêchait de dormir, avant de finalement nous bercer quand nous y fûmes habitués. Mon père et ma mère se relayaient pour nous tenir au chaud et aller chasser pour nous ramener de quoi manger. Beaucoup de Dragons n'auraient pas supporté une existence aussi rude, surtout avec une couvée de nouveaux-nés, et aujourd'hui je me rends compte du courage et du dévouement de mes parents. Mais à l'époque, tout ce dont j'étais conscient, c'était de la présence rassurante de mes frères et sœurs ainsi que de mes parents, et de la dureté du vent. Aussi, quand un matin j'allai secouer l'un de mes frères pour le réveiller et que ce dernier resta désespérément immobile, je ne compris pas ce qui lui était arrivé. Par instinct, je me mis à piailler pour attirer l'attention de ma mère. Elle baissa la tête, et quand elle réalisa ce qui se passait, j'avais beau être très jeune, je vis toute la tristesse et la douleur qui s'installa dans ses grands yeux ambrés. L'hiver boréale avait eu raison du plus faible de nos frères.

En grandissant, ma ressemblance avec notre génitrice ne faisait que s'affirmer de plus en plus. Mon corps prenait les mêmes formes que le sien, devenant plus fin, plus serpentin que celui de mon autre frère. D'ailleurs, ce dernier adorait me taquiner là-dessus, arguant que j'étais une dragonne manquée. Des moqueries qu'il ravalait bien vite quand je lui faisais manger la poussière. Mes sœurs, elles, m'adoraient. Et je le leur rendais bien. Je les accompagnais presque toujours quand elles allaient s'entraîner au vol, ou à la chasse. J'aimais leur compagnie, je les trouvais plus fines d'esprit et plus habiles que mon frère. Et puis, il arrivait que certains dragons de passage viennent à traverser notre territoire, et je préférais être là pour veiller sur elles et chasser les intrus, si jamais ces derniers devenaient agressifs. Mes parents étaient fiers de moi pour cet esprit de famille, d'ailleurs. Car à mes yeux, ma famille était tout pour moi.
Malheureusement, elle prit un sérieux coup dans l'aile avec la mort de mon père et de mon frère. Ils furent tués par trois dragons dans la force de l'âge, qui convoitaient nos terres. Moi, je me trouvais alors auprès de ma mère et de mes sœurs, pour les protéger au cas où ils ne parviennent pas à s'en débarrasser. Par chance, ils avaient réussi à entraîner avec eux dans la tombe deux de nos envahisseurs. Le dernier ne comptait pas abandonner la partie pour autant, ceci dit. Pas plus que moi. Laissant mes sœurs prendre soin de notre mère, affaiblie par une longue maladie dont elle commençait à peine à se remettre, je pris mon envol pour intercepter notre agresseur. C'était mon premier véritable combat, et je ne peux pas nier que j'avais peur. Pour un dragon, je n'étais qu'un jeune adulte, assez inexpérimenté en ce qui concernait les batailles face à l'un des miens. Ce qui joua en ma faveur ? Mon agilité dans les airs, sans aucun doute, mais aussi mon aisance dans l'eau. Car notre combat se termina au dessus de l'océan, et je parvins à vaincre mon adversaire en le noyant. Quelque part, ce sont nos jeux dans les vagues, entre mes sœurs et moi, qui nous sauvèrent la mise, ce jour-là.

Suite à la disparition de mon père et de mon frère, nous reçûmes la visite de sa seule sœur encore en vie. Accompagnée de l'unique dragonneau qui avait survécu sur sa dernière couvée, elle ne devait à l'origine rester que quelques semaines, mais finalement, elle s'installa plus ou moins sur notre territoire. Honnêtement ? Ca ne me plaisait pas vraiment. Nous avions déjà du mal à trouver de la nourriture pour nous, alors pour deux bouches supplémentaires ? Enfin, heureusement, nous commencions à nous mêler davantage aux Humains, nous cachant sous leur apparence, et ainsi nous pouvions vivre avec moins de ressources, et plus facilement quand l'hiver venait.
Mon petit cousin ? Grands dieux, si vous saviez… Il n'avait qu'une dizaine d'années à son arrivée, mais ça ne l'a jamais empêché de ramener son grain de sel. Persuadé qu'il avait la science infuse et qu'il savait tout mieux que tout le monde, il ne cessait jamais de vouloir attirer toute l'attention à lui, et mes sœurs et moi le trouvions étouffant d'arrogance. Si bien que nous évitions Aldebaràn autant que possible, nous envolant trop haut et trop vite pour qu'il parvienne à nous suivre, encore trop jeune pour supporter de longs vols. Il avait une vision très… particulière, de ce que nous devions être, nous autres, dragons. A ses yeux, les Humains n'avaient pas plus d'intérêt que les insectes, et ne servaient qu'à notre amusement. Et pour nous nourrir, également. Alors certes, mes sœurs, notre mère et moi-même n'étions pas de gentils grands lézards qui laissaient les humaines vivre en paix, bien au contraire même, mais… Tuer pour le plaisir ? Voilà qui aurait été s'abaisser au même niveau que les Hommes. Non, les villages qui brûlaient au coeur de la nuit n'étaient pas de notre fait. Du moins, pas tant que leurs habitants ne nous avaient pas provoqués. Il arrivait que nous coulions certains navires qui s'approchaient trop près de nos nids, ou que nous dérobions quelques bœufs, d'accord, mais de là à massacrer de façon irraisonnée… Non, certainement pas. Mais pour Aldebaràn, clairement, nous étions trop faibles de caractère ; et il allait même jusqu'à dire que j'avais été ramollie par la vie auprès de tant de dragonnes. Bon sang, s'il savait que même un dragon sorti vainqueur d'une centaine de combats n'oserait pas s'en prendre à une dragonne protégeant sa couvée...

Comme j'aurais aimé voir ce qui se tramait dans le crâne de ce sale gamin... Nous autres, Dragons, avons toujours été assez imbus de nos personnes, fiers. Mais lui... Bon sang, il a complètement perdu les pédales. En grandissant, il est devenu de plus en plus mauvais, agressif. Mais jamais directement, évidemment. Aldebaràn trouvait ça bien plus facile d'agir dans le dos des gens, de faire les choses sournoisement. L'âge ne l'a pas aidé à s'assagir, bien au contraire. Je ne pouvais que le regarder grandir, et devenir de plus en plus... Cette caricature que les Humains ont en tête quand ils pensent à notre espèce. J'aurais dû l'arrêter quand je le pouvais encore, le tuer. Mais je n'ai rien vu venir. Absolument rien...
Depuis quelques temps, cinq ou six ans, j'entretenais une relation amoureuse avec une humaine du village le plus proche de notre territoire. J'étais tombé amoureux d'elle à force de la côtoyer quand je venais chercher de la nourriture pour ma famille, quand la chasse et la pêche ne donnaient rien, ou trop peu. Elle s'était toujours montrée gentille et prévenante, et bien qu'elle n'ait pas grand chose non plus, elle avait toujours quelque chose à m'offrir. Je tenais à être honnête, alors j'avais fini par lui avouer ce que j'étais réellement. Bien sûr, elle a d'abord eu peur. Pendant presque un an, elle n'a plus voulu me voir, et me fuyait dès que je m'approchais. Mais, finalement, elle a réalisé que nous n'étions pas forcément les monstres que tous prétendaient que nous étions, et elle est revenue. Je n'aurais pas pu être plus heureux, et je me voyais bien vivre à ses côtés pour aussi longtemps que durerait son existence.
Je n'aurais pas pu prévoir que mon cher cousin, qui eut vent de mon histoire avec Svea, estima que c'était un véritable déshonneur pour notre espèce, et décida de remédier à ça, à sa manière. Cette nuit-là, j'étais parti pêcher au large. Quand je revins vers la côte, une lueur rougeâtre et orangée, à l'horizon, attira mon attention. Pourtant, l'aube était encore loin, alors ça ne pouvait pas être le soleil, pas déjà... Un mauvais pressentiment se mit à me tenailler les entrailles. Je filai donc à tire d'ailes, et lorsque je réalisai que cette source de lumière était dans la même direction que le village de Svea... Mon inquiétude se mua en peur. Et j'avais raison d'avoir peur. Le village entier brûlait. Il flambait comme du petit bois, les flammes s'élevaient haut dans le ciel. Il n'y avait qu'une seule chose qui pouvait faire brûler tout un hameau par une nuit d'hiver comme celle-ci. Un Dragon. Et lorsque la silhouette noire d'Aldebaràn entra dans mon champ de vision, en contrebas, poursuivant les rares villageois qui devaient avoir survécus à ce carnage, j'entrai dans une rage folle. Je fondis depuis les hauteurs pour m'abattre sur lui. Le choc fit trembler la terre. Notre affrontement dura une bonne heure, avant qu'il ne prenne finalement la fuite vers le sud. J'allais m'élancer à sa suite, mais... Je fus soudain pris d'un horrible doute. Je fis donc volte-face pour retourner jusqu'à notre nid... Pour y trouver les cadavres encore frais de ma mère, et de mes soeurs. De profondes entailles déchiraient leur chair, un peu partout sur le corps. Elles baignaient dans leur propre sang. Certaines de leurs cornes, de leurs griffes, avaient été arrachées. La preuve qu'elles avaient tenté de se défendre. Ma tante, quant à elle, avait tout bonnement disparue. Avait-elle pris la fuite, ou bien était-elle une autre victime de son fils ? Rien ne me permettait de le savoir... C'est donc le coeur brisé, fou de douleur et de colère, que je m'envolai d'ici, bien déterminé à retrouver Aldebaràn, et à le tuer.

A SUIVRE


TOI, TA LIFE


# Pseudo : Grimmy ou Llewella Scarmander
# Date de naissance : 10 mai 1991
# Fréquence de connexion : Tous les jour, mes enfants :excited:
# Ta route jusqu'ici : Je suis le maître suprême ! :bwah:

# Code de validation : Mangé !
# Schizophrénie : Etat critique.

# Commentaires :  :35:
SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Dukett
Admin
avatar

Messages : 386
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: Cepheus Brannson ❧ « Dra-gon, not lizard ! I don't do the tongue thing, hssss »   Dim 18 Sep - 15:20

Avatar : http://image.noelshack.com/fichiers/2015/51/1450085295-ava-cephy.png

Gif profil : http://image.noelshack.com/fichiers/2015/50/1450046418-tumblr-inline-nkfz14isgv1sccn28.gif

Signature :

« I am King under the Mountain, My wings are like a hurricane, Feel the heat of my breath, I am fire, I am death. Titan of the skies, You will fear me, Cower as my wings eclipse the sun, Sovereign of fire, Down on your knees, You must know you can't run. I am King under the Mountain, Little thief in my domain, Hear the furnace in my chest, I am Fire, I am Death »

 (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cepheus Brannson ❧ « Dra-gon, not lizard ! I don't do the tongue thing, hssss »   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cepheus Brannson ❧ « Dra-gon, not lizard ! I don't do the tongue thing, hssss »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Porsche 997 Flying Lizard #81 Le Mans 2011
» [MC Appendix] Lizard Silver Cloth ~ Bandai Collector Shop (27 Avril 2012)
» porsche gt3 rs flying lizard
» AMAZING SPIDERMAN MOVIE LIZARD BUST
» LE LEZARD (Lizard)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Test & Stockage :: Dossiers du S.H.I.E.L.D. :: Vrac :: Not mine-
Sauter vers: