AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 04 - Oooops... Hey, nice to meet you !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Dukett
Admin
avatar

Messages : 386
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 04 - Oooops... Hey, nice to meet you !   Sam 9 Mar - 14:49


    - John : Je veux pas mourir. Je veux que personne meure. Vous partez pas, hein ?

    John était redevenue un homme aux cheveux tout ébouriffé et au regard inquiet. La gorge de Victoire se serra alors qu'elle s'approchait du matou mutant pour déposer un petit bisou sur sa joue.

    - Victoire : Non, bien sûr que non. Personne ne va mourir chaton.

    Marie-Ange saisie la main de John tout en promettant que cette carte était un signe de renouveau, et non un signe de mort. Tant mieux ! Victoire l'espérait vraiment. Elle ne voulait même pas entendre parler du contraire ; celui qui voudrait tuer John aurait un aperçu des flammes qui l'attendait en enfer, dusse-t-elle faire brûler la moitié du quartier pour sauver son chat préféré.

    - John : Du renouveau ? Changement, bêtises et aventures ?

    Victoire esquissa un petit sourire amusé ; l'inquiétude avait laissé place à des étincelles qui brillaient au fond de ses yeux. Un vrai gamin ! Cela rassurait la rouquine. S'il prenait le « renouveau » sous cet angle, personne n'avait rien à craindre – à part son appartement et sa vaisselle, peut-être ? Le sourire de John se figea finalement alors qu'un grognement monta dans sa gorge. Victoire fronça les sourcils. Les sautes d'humeur du ''matou'' n'étaient pas fréquentes, mais belle et bien existantes. Le jeune homme sauta d'ailleurs sur ses pieds ;

    - John : Non ! Pourquoi faire du renouveau ? Je veux pas que ça change ! Je suis heureux comme ça ! Non !

    Sur ses paroles qui, malgré tout, touchèrent la bibliothécaire, il partit en direction de sa chambre. Victoire aurait pu avoir les yeux fermés qu'elle aurait sut où le mutant était partie se cacher. Sous ses draps ; à moins bien sûr qu'il n'ai retrouvé sa forme féline et qu'il ai sauté en haut de son armoire... La jeune femme sauta à son tour de sa chaise dans l'intention de rejoindre le jeune homme, mais Marie-Ange la devança ;

    - Marie-Ange : Je vais... Aller le voir... Oh et... Excuse-moi pour tout à l'heure. Dans la salle de bain, je veux dire. C'était très précipité, je n'aurai pas du... M'emporter ainsi.

    Sur le coup, Victoire en oubliant de marcher jusqu'à sa chambre. Elle se contenta de froncer les sourcils – pour elle-même – alors que sa voisine s'en allait rejoindre John. Victoire se laissa retomber sur sa chaise. Désolé pour quoi ? Pour avoir parlé de Loki ou pour lui avoir dit qu'elle avait craqué pour John ? Victoire avait le cerveau un peu embrouillé, mais elle se demandait bien comment on pouvait ''craquer'' sur quelqu'un en trente minutes à peine, sans vraiment avoir parlé avec au préalable ni rien. Elle ne ferait aucun commentaire mais elle pourrait lui faire remarquer que ce n'était pas très étonnant qu'elle ai connu plus d'un chagrin d'amour si elle tombait aussi facilement sous le charme des hommes ; ils n'avaient qu'à lui plaire et la cueillir comme une fille facile. La pauvre Marie-Ange devait être trop naïve pour le voir... Victoire ferma les yeux et secoua la tête. Elle ne pouvait juger ; elle ne connaissait rien du passé amoureux de sa voisine. Et de son côté, c'était le calme plat. Depuis toujours, en fait. Celui qui disait que l'amitié entre une fille et un garçon était impossible se trompait grandement.

    Victoire se leva pour s'asperger la figure d'eau glacée – geste qu'elle regretta amèrement dès que l'eau entra en contact avec sa peau. Eau + Froid = excrément. A noter. Elle prit une grande inspiration et se décida de rejoindre ses amis. Elle alla s'adosser sans bruit dans l'embrasure de la porte, ne voulant pas couper Marie-Ange dans sa tirade.

    - Marie-Ange : Je te promets que tu continueras de tes amis, ta... Victoire, tes habitudes... Seulement, c'est peut-être dans ton esprit qu'il y aura du changement, peut-être verras-tu les choses sous un autre angle un jour...

    Victoire eut un léger sourire. Évidemment que John continuerait de la voir ; l'inverse était totalement inimaginable. D'un coup d'épaule, elle se délogea de son coin de mur et s'avança vers le lit. Elle posa une main sur l'épaule de Marie-Ange et la remercia, avant de s'asseoir sur le lit pour se glisser sous les draps et rejoindre John. Elle l'attira contre elle, passant une main dans sa tignasse. La scène avait tout d'un moment de réconfort entre une grande sœur et son petit frère ; ce qui était presque vrai dans l'esprit de Victoire. Elle posa son menton sur le crâne du jeune homme.

    - Victoire : Là, làà. Tu n'as pas à t'en faire chaton, je ne laisserai jamais personne t'enlever si tu n'en as pas envie. Tu le sais bien. S'il devait t'arriver quelque chose contre ton gré, je l'en empêcherai. Toujours, si cela est possible. Je te le promet.

    Elle recula légèrement pour pouvoir déposer un baiser sur son front, et lui ébouriffer les cheveux en espérant réconforter John. Elle n'aimait pas le voir en colère ou inquiet et puis, il n'avait rien à craindre ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Billy F. de Kerangal

avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: 04 - Oooops... Hey, nice to meet you !   Sam 9 Mar - 14:50

John W. Mac'Elorin a écrit:

    La réaction de John avait peut-être été un peu violente. Mais le chat ne se souciait pas du tout de la juste mesure et de la modération. Ce n'était pas qu'il était comme un enfant. C'était qu'il était comme un chat. Et un chat, cela peut ronronner comme s'il était au paradis félin sur Terre et, tout juste une micro-seconde plus tard, décider que vous arrachez les yeux est la meilleure façon de faire son bonheur. Plonger se cacher sous des couvertures après avoir vu la carte de la Mort ne semblait pas si idiot, après cela. Le baiser de Victoire était réconfortant, mais pas suffisant.

    Il fallait comprendre hein : après avoir passé du temps à se faire jeter de partout, à s'enfuir d'un asile psychiatrique et à dormir dans la rue, sa situation actuelle était de loin la plus confortable et réjouissante qu'il ait jamais connue. Alors oui, il était légèrement inquiet quant à la suite des évènements. Il tenait à ses sardines, merde !

    John s'était planqué dans le lit de Vic. Roulé en boule, tremblant, dissimulé bien au chaud sous l'épaisse couette de la jeune femme. Il dormait souvent dans ce lit, mais aujourd'hui il n'y été pas pour une petite sieste. Il faisait sombre, et tout était terrifiant dans le petit nid de chaleur que c'était construit le chat. Jusqu'à ce que Marie-Ange pénètre dans la pièce, allume la lumière, et s'approche du lit.

    « -John ? » La lumière revient sur celui-ci alors qu'elle tirait le drap des yeux de John. Les pupilles soudainement fendues du mutant se rétrécirent précipitamment alors qu'il regardait Marie-Ange penchée sur lui, malgré la lumière vive. Le contact de sa main sur sa joue l'encourage à sortir un peu plus des couvertures et à se redresser sur le coude, interrogatif, mais encore apeuré. « -Les cartes ne sont que des cartes…tu sais, c’est une bonne carte. Sache que le changement qu’il te prédit ne sera jamais vraiment mauvais, il t’apportera du bonheur ! Quoi qu’il arrive, je te promets que tu continueras de voir tes amis, ta…Victoire, tes habitudes…seulement, c’est peut-être dans ton esprit qu’il y aura du changement, peut-être verras-tu les choses sous un autre angle un jour… » Il fronça le nez, et considéra Marie-Ange avec perplexité, avant de trancher avec une certaine fermeté :

    « -... Du changement dans mon esprit, c'était ce que voulait les docteurs, et ce n'était jamais très agréable. Désagréable même. Me suis sauvé. C'est stupide. Mon esprit ne peut pas changer, sinon ce n'est plus mon esprit. Les cartes sont des cartes, mais elles veulent dire quelque chose. Sinon, pourquoi les tirer ?»

    L'idée remuait des tas de choses en lui. Il n'aimait pas trop ça. Trop de choses auxquelles réfléchir, c'était épuisant. Machinalement, il frotta sa joue à la main de Marie-Ange, refermant les yeux. C'était épuisant, il était épuisé. Il rouvrit les yeux lorsqu'il sentit Victoire se glisser contre lui. Il reconnaissait l'odeur de son amie, entre vieux livres et une légère odeur de brûlé, et se pelotonna contre elle, avec un ronronnement timide. Il était bien là, mais ce n'était pas encore ça. Dire que c'était lui l'aîné de la pièce, c'était pas gagné du tout, niveau maturité.

    « - Là, làà. Tu n'as pas à t'en faire chaton, je ne laisserai jamais personne t'enlever si tu n'en as pas envie. Tu le sais bien. S'il devait t'arriver quelque chose contre ton gré, je l'en empêcherai. Toujours, si cela est possible. Je te le promet. » Il ronronna cette fois pour de bon. Après tout, pourquoi pas ? Il était entouré d'amies, dans un lit confortable, un toit sur la tête et des sardines dans l'estomac : il y avait pire comme situation présente. Et le futur était compliqué à envisager, à cause de ses multiples névroses et psychoses. Alors chut.
    John regarda tour à tour les deux jeunes femmes et acquiesça, commençant à babiller :

    « - Merci. Je vais rester là. Pas pour toujours, toujours c'est ennuyant. Je suis un chat libre, sans fo... » Il bailla à s'en décrocher la mâchoire . « - Je vous protégerais, si des méchants arrivent. Je ne les laisserais pas. J'suis pas un chien fidèle, mais j'ai des griffes. Pas de désinfectant. Et j'aime le cana... »

    John ne finit pas sa phrase : Vic tenait à présent un gros chat endormi dans ses bras. Roulé en une boule parfaite, les yeux clos, John ronronnait à qui mieux mieux. Trop d'émotions : déjà qu'habituellement après le goûter, il faisait une sieste, mais alors là oh mon dieu... Chut, dodo, on fermait boutique et les yeux du chat. Si personne ne le dérangeait il dormait jusqu'à la nuit des temps. Sauf que c'était rare les siestes sans interruption. Toujours un humain pour le secouer comme un prunier ou le câlin inopinément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy F. de Kerangal

avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: 04 - Oooops... Hey, nice to meet you !   Sam 9 Mar - 14:50

Marie-Ange Colbert a écrit:
Marie-Ange garda sa main sur la joue de John, songeant en douceur qu’il était un chat adorablement docile. Son esprit ne parvenait pas à faire le tri entre toutes les informations qu’elle avait reçu en si peu de temps. Elle avait eu le coup de foudre pour un être si enfantin et immature que cela en devenait indécent, tellement qu’elle remettait même ses sentiments en cause. Dans son dos, la jeune divinatrice sentit la présence de son amie. Il n’était pas nécessaire d’avoir des dons pour cela, juste une cervelle et une intuition qui savait que jamais la rousse ne laisserait Marie-Ange avec son « précieux chat ». Devant elle maintenant, la cartomancienne voyait le visage de John, qui resta calme, presque serein, pendant quelques secondes. Puis il changea, fronçant le nez de manière bien visible, le pauvre matou la regarda d’un air étrange, presque dubitatif et lança une parole qui frappa dans le cœur de la douce d’une manière brutale :

John : Du changement dans mon esprit, c'était ce que voulaient les docteurs, et ce n'était jamais très agréable. Désagréable même. Me suis sauvé. C'est stupide. Mon esprit ne peut pas changer, sinon ce n'est plus mon esprit. Les cartes sont des cartes, mais elles veulent dire quelque chose. Sinon, pourquoi les tirer ?

One shot, one gun shot and BAM. Il n’en fallut pas plus à la jeune femme pour se sentir mise à l’écart du sujet. Enfin, pas véritablement, vu que c’était bien à elle qu’il parlait, mais la pauvre ne savait plus quoi répondre. Marie-Ange ne savait pas que son nouvel ami avait dû subir de tels épreuves, mais comment aurait-elle put le savoir ? Un peu désemparée, elle baissa la tête et par la même occasion, ramena sa main à côté d’elle, la serrant bien fort sur le doux drap du lit. Un échec ? Nan, peut-être juste une revanche, ou un recul. Derrière elle, Victoire s’avança vers le lit à son tour. Marie-Ange sentit une main sur son épaule, ce qui la fit automatiquement bouger la tête vers son amie. Elle pensa sur le coup avoir droit à une tête compatissante, étant donné le ton que le mutant avait employé. Mais non, c’était un petit sourire qui se peignait sur son visage. D’un murmure, la rousse la remercia et l’écarta du lit pour prendre sa place. Seulement cela ? Non, ce serait trop facile. Trop…normal. Non contente de l’avoir écarté du jeune homme, Victoire ouvrit les draps pour se glisser à l’intérieur et rejoindre John pour le prendre dans ses bras et caresser ses cheveux.

Une scène tout à fait banale entre un frère et une sœur, on fout de la gueule de qui ? Certainement de Marie-Ange à ce moment-là. Qui irait faire ça à son frère, même malgré une prise de tête ? Certes, la jeune française était fille unique, mais elle ne comprenait tout de même pas comment on pouvait faire ça entre membre d’une même famille. Elle possédait tout de même des cousins, et jamais cela ne lui viendrait à l’esprit de faire ça pour l’un d’entre eux. Plutôt mourir sous les coups des griffes de Wolverine que de subir la honte de faire une telle chose. Cela pourrait être considérer comme de l’inceste ! A moins que ce ne soit la jalousie naturelle de la jeune femme qui fasse surface à cet instant, c’était bien ainsi que cela devrait fonctionner, et non pas comme cela. Marie-Ange déglutit en faisant un pas en arrière, c’était bien plus qu’elle ne pouvait supporter. Quinze ans de psychanalyse pour s’arracher une telle vision de l’esprit.

Victoire : Là, làà. Tu n'as pas à t'en faire chaton, je ne laisserai jamais personne t'enlever si tu n'en as pas envie. Tu le sais bien. S'il devait t'arriver quelque chose contre ton gré, je l'en empêcherai. Toujours, si cela est possible. Je te le promets.

Ah bah oui, ça même Marie-Ange était d’accord. Hors de question de faire faire à notre pauvre petit matou ce qu’il ne voulait pas faire. On ne force personne c’était une règle élémentaire de bon savoir vivre. C’était juste la façon de faire de Victoire qui étripait la gorge de la divinatrice. Si elle voulait le faire en privé, grand bien lui fasse du moment que la française ne sache rien. Mais là, devant une amie en plus. Faisant du surplace en pivotant légèrement vers la droite, elle détourna la tête quand elle aperçut Victoire s’écartait pour embrasser le front de John. Finalement, elle se trouvait dans un monde de fou. Rassuré dans les bras blancs de la rousse, le mignon minou se mit à bailler :

John : Merci. Je vais rester là. Pas pour toujours, toujours c'est ennuyant. Je suis un chat libre, sans fo... » Il bailla à s'en décrocher la mâchoire. « - Je vous protégerais, si des méchants arrivent. Je ne les laisserais pas. J'suis pas un chien fidèle, mais j'ai des griffes. Pas de désinfectant. Et j'aime le cana...

L’humain douillet ne put finir sa phrase car ses membres se transformèrent et sa voix s’éteignit en un ronronnement bruyant. Victoire le tenait toujours dans ses bras, rendant le paysage parfaitement idyllique pour une sieste. Marie-Ange se sentit clairement de trop dans le long silence qui s’installa dans la pièce. Jetant un coup d’œil à droite et à gauche, elle vit que c’était à son tour de tirer sa révérence. Elle s’approcha d’un pas à contre cœur de Victoire et chuchota :

Marie-Ange : Bon…j’étais venue pour savoir si tu allais bien, et il me semble que maintenant, tu vas très bien. Alors je m’en vais.

Sans autre mot, elle se dirigea vers la porte et n’oublia pas d’éteindre la lumière en sortant. Simple question de civilité, et puis il me semble qu’il devait se faire tard, non ?
Marchant calmement dans le couloir pour retourner à la cuisine, elle ne s’attendait pas à ce qu’on la rattrape. Jamais personne ne la rattraper, même lorsqu’elle voulut quitter l’internat de l’institut, on la laissa partir à Brooklyn.
D’un geste lent et régulier, presque mélancolique, elle saisit ses cartes et les rangèrent droites et belles. Puis la jeune brune prit le chemin de la porte, l’ouvrit sans un bruit et la referma tout aussi silencieusement.
Traversant le couloir, un gamin passa dans son dos, courant après un autre petit chat qui portait une clochette à son cou.

Comme c’était mignon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dukett
Admin
avatar

Messages : 386
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 04 - Oooops... Hey, nice to meet you !   Sam 9 Mar - 14:51


    Victoire fut rassurée en entendant les ronronnements de John. Cela ne pouvait que signifier le calme qui revenait après la tempête, le soleil derrière les nuages, non ? Le mutant était rassuré, c'était bien le principal. Qu'importait le reste à présent, tant qu'il ne risquait pas de sauter sur tout le monde toute griffe dehors – et ce n'est pas qu'une métaphore. Les yeux du jeune homme passaient de Marie-Ange à Victoire, alors qu'il hochait la tête.

    - John : Merci. Je vais rester là. Pas pour toujours, toujours c'est ennuyant. Je suis un chat libre, sans fo... Un bâillement le coupa dans sa phrase, puis il reprit ; Je vous protégerais, si des méchants arrivent. Je ne les laisserais pas. J'suis pas un chien fidèle, mais j'ai des griffes. Pas de désinfectant. Et j'aime le cana...

    Un sourire amusée naquit sur le visage de la rousse. Quel ''méchants'' pourraient bien venir dans leur petit immeuble de Brooklyn ? C'était toujours mignon, une gentille attention. Un moyen bien à lui de leur dire qu'il tenait à elle. Victoire enfonça son nez dans la fourrure du matou – oui, John avait laissé place à un Bandit qui dormait entre ses bras, roulé en boule. Marie-Ange s'approcha d'un pas, et Victoire tourna la tête vers elle, souriante. Tout est bien qui fini bien, non ? Malgré l'état de sa cuisine pas encore tout à fait rangée, le calme était revenu.

    - Marie-Ange : Bon…j’étais venue pour savoir si tu allais bien, et il me semble que maintenant, tu vas très bien. Alors je m’en vais. 
    - Victoire : Bonne soirée. glissa-t-elle en souriant.

    Mais elle ne fut même pas certaine que Marie-Ange l'eut entendu ; elle avait fait demi-tour et s'en était immédiatement allé. La bibliothécaire fixa la porte pendant quelques secondes. Elle aurait certainement besoin d'un moment de calme pour réfléchir à tout ça car, présentement, c'était encore un peu floue. Toutes ces émotions en si peu de temps, ça vous donnait une capacité cognitive bien moins performante qu'habituellement. Elle sortit délicatement de son lit pour ne pas réveiller le chat roux, puis elle traversa l'appartement, vérifiant tout de même que son amie n'était pas dans la cuisine ou ailleurs avant de se remettre à son rangement. Plus vite elle aurait terminé et mieux se serait ; puis peu importe s'il lui manque un peu de vaisselle pour le moment, ils arriveraient bien à se débrouiller sans...

    Une fois ceci fait, elle s'appuya contre la table en soupirant. Et beh. Elle n'avait plus qu'à préparer le dîner, pour le moment – où attraper un bouquin et attendre encore un peu ; ils venaient de boire un chocolat au lait après tout. Elle se traîna jusqu'au canapé pour s'y laisser tomber, épuisée. Elle était loin sa douche, loin sa reposante soirée après une journée de travail. Victoire était à peu près certaine d'une chose ; elle allait dormir comme une marmotte, cette nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 04 - Oooops... Hey, nice to meet you !   

Revenir en haut Aller en bas
 
04 - Oooops... Hey, nice to meet you !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Nice to meet you
» Hi! nice to meet you!
» Nice to meet you.
» Nice to meet you
» So nice to meet you !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Test & Stockage :: Archives :: Victoire S. Reecey (Sigyn)-
Sauter vers: