AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 01 - Burn yourself, forget myself. I'm not a hero tonight. | MA & Johnny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dukett
Admin
avatar

Messages : 382
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: 01 - Burn yourself, forget myself. I'm not a hero tonight. | MA & Johnny   Lun 1 Avr - 13:01





« Because I'm I, he drugged me. »

« Et voilà comment on nous remercie de sauver le monde ! Quel égoïsme ! »


Les lumières dansaient sur les murs, sur le sol, partout. Rouge, bleu, jaune, vert. La musique pulsait, les baffles crachaient un bon rythme. Sur la piste de danse, entre les flash de lumière et la fumée artificielle, se trémoussait avec des mouvements presque sauvages le gratin de New-York. Ça draguait, se bécotait, chauffait, dansait, buvait, riait...
Pour sa part, Johnny était assis au comptoir du bar, trois jolies demoiselles assises autour de lui. Un grand sourire illuminait son visage alors qu'il racontait quelques uns de ses exploits, parfois coupé dans ses histoires par les « Ooooow » des jeunes femmes. La Marquee était pleine et on ne s'y ennuyait pas, c'était le cas de dire. L'une des boîtes de nuits les plus appréciées de la Grosse Pomme. La Torche était dans son élément, la nuit allait être une soirée comme ils les aimaient ; faire la fête, s'amuser, se trouver une jolie fille. Il fallait bien en profiter tant qu'on le pouvait encore !

Si Johnny avait beaucoup d'admiratrices, il n'avait, en revanche, pas que des amis. Et s'il y a bien une chose des plus étranges en ce monde, ce sont les hommes qui viennent se venger de... De quoi ? De leur copine qui rôde autour du célèbre Storm ? Avouez que c'était n'importe quoi ces histoires ; comme s'il le faisait exprès ! Toujours est-il qu'être un ''coureur de jupons'', et en plus un héros, n'aidait pas tout le temps.

- Johnny : ….C'est donc comme ça que j'ai réussi à taquiner un demi-dieu sans une égratignure ; il faut dire que ce n'est pas trop compliqué de lui lancer quelques traits. Sans rire les filles, vous avez vu ses cornes ? En plus, c'est un vrai glaçon ce mec. On comprend tout de suite pourquoi il a échoué à conquérir la Terre ; en plus, je pourrais le faire fondre d'un claquement de doigts...
- Jeune femme : Y'a pas que lui que tu fais fondre, John'...

Un petit sourire de victoire s'étira sur les lèvres du jeune Storm, alors qu'il cherchait son verre des yeux avant de l'attraper et d'y tremper les lèvres. Hmm, un bon petit whisky bien comme il faut. Deux gorgées plus tard, Johnny écoutait d'une oreille distraite les paroles des demoiselles assises autour de lui. A dire le vrai, il avait plutôt du mal à se concentrer sur leurs paroles.

Il prit une grande inspiration en fermant les paupières. Le sang battait à ses tempes. La musique qui, quelques instants plus tôt, aurait put lui exploser les tympans s'il n'avait pas été habitué, avait soudainement été relégués au simple fond sonore. Les bruits alentours, en revanche, il les captait beaucoup mieux. Johnny rouvrit les yeux, et tout lui sembla redevenir normal – malgré sa tête qui tournait.

- Jeune femme : Ça va pas ?
- Johnny : Je... Je vais prendre l'air, je reviens tout de suite.

Il se força à sourire – il fallait toujours sourire aux demoiselles. Ne pas les inquiéter. Même si, en se levant, il entendit de nouveau son sang tambouriner dans son crâne et que, dans un moment d'étrange inattention, il s'appuya sur un plateau et en renversa le contenu. Les filles gloussaient alors qu'il avançait en titubant. Et shit. Qu'est-ce qu'il avait été boire ? Ce n'était certainement pas dans un simple état d'ivresse qu'il se trouvait ; comment Johnny aurait-il pu basculer plus vite ? Non, la réalité était l'une de ces vengeances évoquées plus haut. On l'avait drogué.

La Torche chancela jusqu'à l'entrée. Il sortit rapidement, pensant que l'air frais lui remettrait les idées en place. Sa vision devint floue et tout se dédoubla autour de lui. Il sentit ses jambes céder sous lui alors qu'il tendait la main vers une rambarde d'escalier qui passait par là. La seule qu'il réussit à faire c'est de s'y cogner violemment le crâne et de retomber inerte au sol.

Qu'il était beau, le grand Johnny Storm, ainsi étalé sur le dallage froid du trottoir, devant la boîte de nuit dont il venait de sortir tout titubant ! Il n'avait plus qu'à prier que ses ''ennemis'' ne viendrait pas le cueillir durant son comas où qu'aucun journaliste et paparazzi ne le prendrait en photos. Oh oui, c'étaient bien les pires, ces reporters peoples. Il les avait à la bonne, mais ces saligauds sauteraient sur l'occasion de rabaisser même leur favoris juste pour avoir quelques nouvelles croustillantes à mettre sous la dent de leurs lecteurs. Mais pour le moment, Johnny était tranquille ; la rue était déserte...


(c) Ségo Soyana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Billy F. de Kerangal

avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: 01 - Burn yourself, forget myself. I'm not a hero tonight. | MA & Johnny   Lun 1 Avr - 13:02

Marie-Ange Colbert a écrit:


Lumière. Shot in the place. Marie-Ange avait l’habitude des projecteurs sur la piste de danse, il lui arrivait fréquemment d’y être depuis qu’elle avait déménagé à Brooklyn. Stop calls me. I am on the dance floor. Les flashs luminescents entrèrent dans son esprit alors que la musique se faisait toujours aussi forte. Ondulant son corps autour de gens qui en avaient autant à faire qu’elle, la divinatrice se demandait pourquoi elle était là. Elle aimait la fête, les lumières colorés et la musique qui faisait bondir son cœur en rythme. Mais ces gens qui l’entouraient…tout cela la troublait légèrement, non qu’elle fût agoraphobe mais son esprit était toujours en perpétuelle réflexion. La musique faisait battre ses boums boums dans ses oreilles, coulant dans son cœur pour le faire battre encore plus fort que d’habitude, ses pas se calquant sur cette mélodie de choc qui faisait trembler le sol. Tout en se trémoussant, elle écarta d’un geste sympathique de la main un jeune homme qui tentait de faire danser ses parties étranges contre elle. Ce n’était pas son genre tout de même. Elle était ce qu’on pourrait appeler une danseuse du dimanche et une dragueuse des temps romantiques. En fait, elle pourrait très bien danser dans son salon devant un jeu vidéo, mais l’adrénaline des boites de nuits étaient bien plus excitantes.

Encore, cela dépendait des boites de nuits, celles de France étaient bien pâles comparées à celles des Etats-Unis. Ici, les pièces étaient plus nombreuses et beaucoup plus grandes, les éclairages bien plus beaux et lumineux…et ce n’est pas sans oublier les hommes qui y sont également bien plus beaux. La boite qu’avait choisie Marie-Ange cette nuit-là faisait partie de ses boites que l’on n’oubliait pas, de ces boites que l’on notait avec un gros marqueur rouge pour ne pas manquer d’y aller, celles que les journalistes font mousser pour obtenir des photos de paparazzis. La preuve, cette boite-là était celle où aller souvent les grandes stars. De grandes étoiles du showbiz ou de la vie en général tel que les super-héros parfois. C’était pour ça qu’aujourd’hui, Johnny Storm, aussi connu par les médias comme la Torche Humaine, était venu dans cette même boite que Marie-Ange à ce même moment. Le héros était entouré de splendides jeunes femmes, chacune l’idolâtrant pour avoir une place dans son lit. La cartomancienne trouvait cela méprisable, mais s’il était à leur goût…ce n’était certainement pas Marie-Ange qui lui chanterait ses louanges, l’homme n’était absolument pas à son goût.

La Torche Humaine buvait un verre au bar alors que Marie-Ange l’observait du coin de l’œil de la piste de danse. Les bécasses qui lui servaient de béquilles ne ricanaient comme pas deux. Mais tout d’un coup, le héros de service ne semblait plus se sentir très bien et congédia les pimbêches pour se diriger. Marie-Ange n’avait pas besoin de ses cartes pour savoir que quelque chose de très étrange était en train de se passer. Elle était également dégoûtée par l’attitude des bêcheuses qui ne voulaient pour rien au monde perdre leur place chaude aux milieux des paillettes pour voir qu’il avait un problème. Quittant l’homme qui voulait à tout prix la draguer avec ses mouvements de manchots sous les projecteurs, elle prit son manteau au vestiaire et rendit son ticket pour pouvoir sortir. Johnny était déjà dans la rue, semblant plus comater que chercher un chemin vers chez lui. A part eux, il n’y avait personne dans cette rue éclairée par de très nombreux néons de différentes couleurs. Mais d’un coup d’un seul, il s’effondra sur le sol, emplissant l’air d’un bruit de choc assez désagréable. Marie-Ange accourut vers lui malgré ses talons hauts et s’agenouilla auprès de lui pour poser une main sur son épaule :

Marie-Ange : Comment ça va ?? Vous m’entendez ??

Aucune réponse, juste un hochement des épaules qui ne semblaient pas du tout une réponse à sa question. Que faire ? Elle ignorait où habitait le célèbre héros et dans son état, le transporter dans la boite était peut-être pas la meilleure des idées. Cherchant à le mettre le mieux possible sur ses deux jambes, Marie-Ange fit passer l’un de ses bras par-dessus ses épaules et commença sa marche vers le quartier de Brooklyn. Il n’y avait personne dans la rue à cette heure et c’était bien mieux ainsi. Qu’aurait-on dit d’elle, après l’avoir vu tenir Johnny qui ressemblait plus à une épave qu’à autre chose ? L’affaire aurait pu apparaître dans les journaux, et la douce n’avait aucune envie que cela se produise. Calmement, elle remonta la célébrité à travers les ombres des rues et l’amena jusqu’à son appartement. Tout était calme, pas un enfant, pas un bruit, même pour une fois l’appartement de Victoire était calme. Le serait-elle tout autant si elle savait que sa voisine ramenait chez elle l’incroyable TORCHE HUMAINE ? Non, son amie rousse était bien trop obsédée par son dieu maléfique pour faire une quelconque crise de folie en voyant le super-héros.

Entrant dans son appartement, elle referma la porte avec force de son pied, puis elle déposa le corps de l’inconscient sur son canapé. Dark n’était pas là ce soir-là et pour une fois, Marie-Ange ignorait ce qu’il faisait. Cela changeait. Cherchant dans sa salle de bain, elle trouva dans un placard un nécessaire pour soigner les blessures. Cela serait suffisant pour soigner la plaie de son nouvel inconnu pas si inconnu que ça. S’asseyant à côté de lui sur le canapé, elle s’approcha tout près de lui et commença à passer de l’eau tiède sur la blessure, espérant que cela ne le piquerait pas. A l’aide d’un coton, la cartomancienne passa du désinfectant puis essuya le tout. Se redressant, elle espéra un signe, ou même un clignement d’œil de la part de la Torche, avant de lancer :

Marie-Ange : Comment vous sentez vous ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dukett
Admin
avatar

Messages : 382
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 01 - Burn yourself, forget myself. I'm not a hero tonight. | MA & Johnny   Lun 1 Avr - 13:09





« I'm not a hero tonight »

«Marie-Ange & Johnny»


Étalé sur le dallage froid de la rue, Johnny semblait dormir. Par terre. En sortie de boîte. Quelle belle image de lui. Il ne sentait rien, à vrai dire. Juste le noir, qui l'entourait. L'obscurité, toujours. Juste lui et les ténèbres. Mais de ça non plus, il ne s'en rendait pas compte. On aurait pu le rouer de coups, pas sûr qu'il les sente. Aucun bruit, aucune odeur, aucun toucher, aucune... Présence. Et pourtant, il n'était pas seul. Quelqu'un l'avait suivit, de loin, inquiet de son état. Quelqu'un qui devait bien être le – la – seule à ne pas vouloir à tout prix une place contre son corps chaud-bouillant quoi qu'il arrive. « Comment ça va ? Vous m'entendez ? ». Le tressautement que firent les épaules du jeune homme ne furent pas dû à la voix fluette qui s'inquiétait de son état. Il est vrai qu'il pouvait faire peur avec cette vilaine plaie sur le front et le sang qui s'en échappait. Ne donnant aucun signe de vie – à part sa faible respiration, la chaleur de son corps et son coeur qui battait toujours dans sa poitrine – la Torche se fit transporter il ne savait trop où. Heureusement pour la demoiselle qu'il n'était pas trop lourd non plus ! On ne sait par quel miracle, peut-être de vieux réflexe physico-chimique du corps humain et une conscience qu'à moitié endormie, ses jambes faisaient de léger pas plutôt que de se laisser traîner au sol – même si sa tête dodelinant avait tout l'air d'être complètement... Amorphe.

Après une longue marche et quelques escaliers, le jeune Storm fut finalement déposé sur quelque chose d'assez mou. Plus confortable que le sol en tout cas – pour son corps, son esprit étant toujours... Quelque part dans les ténèbres. Mes ces ténèbres commencèrent à disparaître lentement, et ses sens à revenir alors qu'on lui passait de l'eau sur le front. Ses sourcils tressautèrent, et un léger gémissement s'échappa d'entre ses lèvres alors qu'on passait certainement du désinfectant sur sa plaie.

- ??? : Comment vous sentez vous ?

Johnny fronça les sourcils avant d'ouvrir légèrement les yeux. Il serra les dents et grimaça avant de plaquer sa main contre son front, s'arrachant à lui-même un petit cri de douleur. Ce qu'il avait honte de lui et de son comportement à présent ! Pour quoi était-il en train de passer ? Une chocotte, une femmelette, une... Il tourna le visage vers son infirmière provisoire, les yeux encore brillant de son voyage dans l'obscurité de son esprit.

- Johnny : Ça va aller, ce n'est rien... Que – Rhm – comment tu t'appelles ?

Un fin sourire s'étira sur ses lèvres, avant qu'il ne se rende compte que quelque chose clochait. C'était calme, beaucoup trop calme. Où était les lumières qui dansaient, la musique qui pulsait, les gens qui bougeaient ?

- Johnny : On... On est où, là ?...

Il se redressa lentement sur un coude avant de retrouver une position assise sur le canapé. La Torche Humaine se massa les tempes, le sang battait dans sa tête de manière presque insoutenable. Quel état fantastique pour le Fantastique ! Il poussa un soupir bref.

- Johnny : Tu, hum... Tu aurais une aspirine ?...

Johnny plissa les yeux pour se concentrer sur la silhouette de la jeune femme. Plutôt jolie, brune, plus petite que lui – mais ça, c'était pas une nouveauté – et surtout, elle s'était occupé de lui et n'avait pas une expression qui semblait dire qu'elle comptait le violer dès qu'il baisserait sa garde, ce qui ne semblait pas trop compliqué en fin de compte vu l'état dans lequel il était. Il réfléchie quelques instants, avant de secouer la tête pour lui-même.

- Johnny : Et, heum... Merci.

Ce n'était pas la timidité qui faisait butter Johnny sur ses mots, mais plutôt son mal de crâne et son réveil douloureux. Il cligna plusieurs fois des yeux, avant d'offrir un petit sourire à la demoiselle.


(c) Ségo Soyana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 01 - Burn yourself, forget myself. I'm not a hero tonight. | MA & Johnny   

Revenir en haut Aller en bas
 
01 - Burn yourself, forget myself. I'm not a hero tonight. | MA & Johnny
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ VIDEO ] Burn à vélo.
» Burn-Out projet terminé
» marilyn manson lest we forget, pochette d'allbum.
» le miroir d'après Burn Jones
» Ne m'oubliez pas (The Forget-Me-Knot)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Test & Stockage :: Archives-
Sauter vers: