AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Dukett
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Dim 9 Juin - 3:00



Boom boom boom boom
« Welcome to California, honey. »

Helmett & Talia

Le paysage défilait rapidement par la vitre du train à grande vitesse. Une jeune femme blonde regardait par la fenêtre avec une expression morne et tout à fait désintéressée, pour ne pas dire passablement boudeuse, alors que son regard pétillait pourtant de joie et d'excitation. De cette façon, tout laissait à croire qu'elle était fatiguée ou lassée du voyage, et elle seule sentait l'impatience qui bouillait en son sein ; ses yeux n'étant visibles pour personne qui ne fut pas à l'extérieur du wagon. Et, évidemment, il n'y avait personne qui puisse avoir le temps d’apercevoir l'expression de son regard de l'autre côté de la vitre. La demoiselle était vêtue d'une jolie robe d'un beau bleu ciel, mettant en valeur ses yeux qui était d'une couleur similaire – quoi que légèrement plus foncés. Sa robe, assez courte, lui tombait au-dessus des genoux, et était posée sur ses épaules grâce à deux fines bretelles. Elle était savamment maquillé, de tel sorte qu'il n'était pas aguicheur pour quiconque la regarderait – tout en insufflant à son visage une beauté envoûtante – mais il l'était assez pour attiser le désir de l'homme qui partageait sa vie. Un fin anneau d'or brillait à son annulaire gauche, neuf. L'air embaumait d'une douce odeur fruité, qui entourait la jeune femme. Au-dehors, la nuit tombait lentement et le roulement régulier du train sur les rails berçait la demoiselle. A côté d'elle était assis un jeune homme, tout en beauté – quoi qu'il n'eut pas à se forcer beaucoup. A ses bras musclés, on devinait facilement le corps finement taillé et les muscles saillants qui devaient très probablement se cacher sous sa chemise verte et son pantalon noir. Lui-même arborait un anneau à son doigt, identique à celui de la jeune femme. Et cela ne pouvait signifier qu'une chose ; ils étaient mariés. Jeunes mariés, même, à en juger l'état impeccable de leurs anneaux. De là, la suite paraît toute logique ; encore vêtus de leur tenus de soirée, leur élégantes vestes posées sur le siège d'en face, les tourtereaux avaient quitté leurs invités pour un fabuleux voyage autrement appelé... Lune de miel. Nuit de noce. Consommation du fruit interdit dans un endroit plus ou moins idyllique... Dans un lieu où ils seraient tous les deux l'un à l'autre. L'état de la jeune femme semble alors tout naturel ; las du long voyage et impatiente de partager la couche de son cher mari.

Oui, enfin, cela aurait put être vrai si la jeune femme ne se prénommait pas Natalia, et son sois-disant mari Helmett. Jeunes mariés en nuit de noce ? Une couverture banale pour deux agents du SHIELD en mission. Et si la jeune russe – qui s'était blondie les cheveux pour l'occasion – était enchantée d'effectuer sa première mission d'infiltration (et non pas à l'idée de dormir avec Helmett quoi que...), son partenaire ne semblait aussi excité qu'elle. De toutes manières, elle s'en fichait. On les avait envoyé en Californie, à la suite de leur mission qui ne s'était pas vraiment déroulée comme prévu contre l'organisation Cobra. Ils avaient été confrontés à un léger problème ; le cerveau de cette ignoble organisation visant à transformer de simples humains comme Natalia en mutant comme Helmett (non pardon, Helmett était à part, il était l'un des rares mutants à détester ses semblables et à dire qu'il ne possédait pas une mutation et un don – et aussi le seul mutant en qui Natalia faisait pleinement confiance, accessoirement) n'était pas sur place. Il avait été repéré quelques jours plus tard par le SHIELD, qui avait donc décidé d'envoyer l'équipe formée par l'anglais et la russe pour faire cesser ces activités une bonne fois pour toute... Et bien, puisqu'ils avaient commencé le boulot, autant le terminer, n'est-ce pas ? Surtout depuis qu'ils avaient découvert la taupe, le médecin... Natalia soupçonnait Helmett d'accorder encore moins sa confiance à ses agents. Et elle réfléchissait à ça. Il pouvait lui faire confiance, à elle... Et elle espérait qu'il le savait et n'en doutait pas.

Le plus drôle dans toute cette affaire, c'était cette histoire de couverture. Devoir jouer le rôle de jeunes mariés amoureux... Un défi plus qu'amusant, surtout avec Helmett. Et, sans doute, surtout pour Helmett. Natalia reprit un air de jeunette émerveillée et se tourna vers son partenaire. Elle déposa un baiser à la commissure de ses lèvres, avant de l'enjamber pour se lever et aller chercher une boisson. Elle revint quelques minutes plus tard avec deux cafés, posant l'une des tasses sous le nez du jeune homme. Elle versa le sucre, remua sa cuillère et y trempa ses lèvres. Ceci fait, elle passa un bras autour de celui de son « chef », et posa sa tête sur son épaule en restant collé à lui. La russe l'observa quelques seconde avec un sourire amusé, puis ferma les yeux pour essayer de trouver le sommeil. Oui, Natalia s'amusait de leur situation... Mais on ne pourrait pas dire qu'elle ferait sauter leur couverture, tellement elle s'appliquait à jouer son rôle.

Natalia resta contre lui quelques secondes, puis sortit une enveloppe de son sac à main blanc, qu'elle observa sans l'ouvrir pendant quelques secondes, avant de soulever le fin rabat. Elle en sortit tout d'abord un petit portefeuille féminin, d'une couleur similaire à celle de sa robe, qu'elle ouvrit. Il contenait une liasse de billet, plusieurs cartes quelconques dont une carte bancaire, avec laquelle était glissé un petit papier « crédit illimité », suivit du code. Crédit illimité ? Si elle avait été seule – ou du moins, pas avec Tyran – elle en aurait certainement profité pour faire quelques achats... Mais l'agente doutait fort qu'il ne la laisse faire. Elle posa le portefeuille sur la table et replongea sa main dans l'enveloppe marron, en sortant une petite pochette transparente contenant deux cartes d'identité. La russe réprima un large sourire avant de les faire glisser vers Helmett.

- Natalia : Monsieur Hauser.

Duke et Scarlett Hauser. Elle se demandait où les « chargés des couvertures » allaient trouver toutes ces fausses identités. Observant les photos, elle remua sa cuillère dans sa tasse. Monsieur et Madame Hauser. Si elle avait pu, elle se serait donné un prénom à consonance russe ! Le plus difficile pour elle serait certainement de ne pas jurer dans sa langue natale, s'il y avait matière à jurer. Elle ne pourrait pas non plus narguer Helmett avec son russe sans attirer l'attention sur eux... Quel dommage. Natalia lâcha la cuillère pour attraper la hanse.

- Natalia : On va être obligé de dormir ensemble, mon pauvre Helmett. glissa-t-elle sans lâcher les cartes du regard. Il n'y aura qu'un lit... Et même s'il y en avait un deuxième, ça paraîtrait suspect que deux jeunes mariés partis pour leur nuit de noces ne dorment pas ensemble... Elle souffla sur la tasse avec un sourire en coin. ... A défaut d'autre chose.

La jeune femme fit rapidement glisser ses fesses contre la fenêtre avec les yeux rieurs en prenant une gorgée de café, afin d'éviter un quelconque coups. Elle savait bien qu'Helmett ne frappait pas les femmes, mais, tout de même, même une toute petite tape pour plaisanter ?... N'allait pas dire qu'elle aimait se faire frapper, mais un gentil coup de temps en temps, ça ne faisait jamais de mal à personne.

- Natalia : Cela implique donc également les petits surnoms débiles, qu'on se tienne la main et quelques bisous aussi... Je sais pas si tu as déjà vu un jeune couple, mais c'est quand même pas mal. Elle esquissa un large sourire, les épaules agitées d'un rire silencieux. Mon gros lapin. ajouta-t-elle d'un ton des plus malicieux avant de terminer son café.

Elle reposa la tasse sur la table et la poussa plus loin. La russe jeta un rapide coup d'œil à son portable. 18H14. L'arrivée à la gare était prévue pour 23h30. Encore un peu plus de cinq heures de trajet... Elle poussa un profond soupire. Quelle idée de les avoir fait voyager par le train du soir, aussi. Ou en train tout court... Et l'avion, hein ? Au moins, ils ne se bousculeraient pas à l'arrivée. Elle fit tourner le smartphone entre ses doigts, avant de l'arrêter pour prendre Helmett en photo et le mettre en fond d'écran. Ça passerait toujours mieux que le logo du SHIELD si quelqu'un devait y jeter un coup d'œil. Et puis, il fallait bien l'avouer, ça faisait quand même un très beau fond d'écran.

- Natalia : Bon. Il nous reste cinq heures de train. Je sais pas quoi faire. J'ai faim. Tu as faim ? Elle s'arrêta et pinça les lèvres en observant les autres personnes présentes dans le wagon. Mon gros lapin a faim ? Je vais te chercher un peu de bacon et des œufs, d'accord mon coeur ? Avec du thé. Celui que tu préfère !

Elle enjamba de nouveau Helmett en se mordant la lèvre pour ne pas rire. « Mon gros lapin », quelle magnifique trouvaille. Elle se dirigea directement au wagon-bar-restaurant, et s'appuya négligemment contre le bar, attendant qu'on la serve. Deux jeunes femmes, d'environ vingt ans tout juste, passèrent près d'elle en gloussant et en vantant la beauté d'un homme qu'elles auraient bien aimé avoir dans leur lit. Alors qu'elles s'arrêtaient également au bar, la russe tendit l'oreille. En reconnaissant la description de son chef – y'en a pas 36 comme Helmett – elle fronça les sourcils en lançant sèchement aux demoiselles qu'il était pris, qu'il était fidèle et que, de toute façon, deux petites bonasses comme elles n'auraient jamais eu de chance, et qu'elle ne permettrait de toutes façons pas que deux obsédées sexuelles comme elles touchent se serait-ce que l'un de ses cheveux. Elle fut servie dans la minute qui suivit et retourna à sa place. Elle posa sèchement le plateau d'Helmett devant lui avant de s'asseoir et de boire une grande gorgée de vodka. Jalouse ? Non, pas du tout. Je vous assure. Pourquoi serait-elle jalouse, après-tout ? Helmett s'est... Helmett, et rien d'autre. Enfin si, c'est quand même son partenaire et, accessoirement, son chef (mais ça dépend de l'humeur de la russe, ça). Donc la jalousie, hein... Bon, peut-être un peu, d'accord. Se trouvant finalement bête de cette réaction, elle attrapa tout de même les mains du jeune homme pour les placer sur ses hanches et posa ses propres mains sur ses joues pour l'embrasser doucement, alors même que les deux « bonasses » repassaient à côté d'eux. Elle attendit encore quelques secondes, et profita aussi il faut bien l'avouer, avant d'éloigner son visage de celui du Tyran, pour se rasseoir convenablement face à son plateau.

- Natalia : Je sauve notre couverture. fit-elle d'un ton le plus neutre possible en lançant un regard appuyé aux deux jeunes femmes installées plus loin.

Elle avala ensuite rapidement son repas, sa vodka et une grande rasade d'eau, avant de lancer à Helmett sur un ton on ne peut plus sérieux ;

- Natalia : Dis-moi, tu penses pouvoir faire naturellement ce que ferais un homme amoureux et tout juste marié à sa femme ou tu as besoin de cours ? Non parce que si tu dois rester droit comme un piquet à côté de moi ou faire la gueule tout le temps, et te faire draguer à chaque coin de rue... La mission va rapidement devenir un échec total.

Natalia n'embêtait plus Helmett ; Quantum parlait professionnel, et uniquement professionnel. Elle s'inquiétait pour la réussite de leur mission – qui était tout de même plus qu'importante car s'ils parvenaient à leurs fins, le réseau Cobra était définitivement détruit (du moins, en théorie). Alors que son partenaire ne joue pas correctement son rôle l'inquiétait ; elle devinait, elle savait qu'ils seraient épiés. Observés. Comme beaucoup d'autre personnes, afin de deviner qui ils enverraient pour les démanteler... Après ce qui s'était passé à New York, le contraire aurait relevé du miracle. Le moindre comportement suspect les alerteraient et ils étaient bon pour passer à la casserole. Alors, même si ça ne lui plaisait pas, il allait devoir faire comme s'il était éperdument amoureux d'elle et qu'il n'avait qu'une envie ; consommer le fruit de leur amour à peu près n'importe où, n'importe quand et autant de fois qu'il leur serait possible... Bon, d'accord, c'était un peu – beaucoup – exagéré (mais pas déplaisant). Natalia avait juste besoin de savoir si Helmett était capable de faire ça, où si elle allait devoir l'y ''entraîner'' durant les cinq heures à venir. Au moins, ça lui donnerait un peu d'occupation en attendant l'arrivée du train en gare...

- Natalia : Et si tu penses avoir les capacités nécessaire pour jouer ton rôle correctement, sans avoir besoin que je te briefe un peu... Et bien prouve-le. ajouta-t-elle doucement, alors que ses yeux parcourraient le wagon à la recherche de personnes suspectes.

Heureusement, ils étaient les seuls à avoir une identité à cacher ici ; elle l'avait vérifié au moins trois fois, ce qui pouvait expliquer sa dizaine de déplacement depuis le début de leur voyage. Après avoir revérifier son environnement des yeux une centième fois au moins, elle reporta son attention sur Helmett, à qui elle attrapa la main pour entrelacer leurs doigts dans un léger sourire.

- Natalia : Je t'aime... Duke conclu-t-elle en jouant la perfection même, tant et si bien qu'elle dû rajouter son faux prénom afin d'être certaine elle-même qu'elle était bien en train de jouer la comédie.





© Lou'



Dernière édition par Dukett le Dim 16 Nov - 1:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Billy F. de Kerangal

avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Dim 4 Aoû - 18:12

Helmett Jason Reecey a écrit:


Boom boom boom boom
« Go to Hell, honey »

Helmett & Natalia


Assit dans le siège inconfortable malgré être dans le wagon premier classe, le jeune homme brun caressait du regard la chaise en mousse d'en face avec une humeur des plus exécrable. Les bras croisés et les yeux moroses, il ignorait les quelconques déplacements de sa voisine. Ses mains traduisaient son captivant agacement dut à la pression d'un dérangeant anneau encore neuf.

L'anglais n'avait vraiment pas de quoi être heureux. Après avoir passé une horrible journée de soin, il était directement reparti sur les traces de ses agresseurs. Accompagné une fois de plus de sa merveille coéquipière -ahem- la blonde. Oui la blonde, car il fallait être camouflé. La torture était à son maximum et Helmett maudissait son stupide attachement au règle du SHIELD. Il n'y avait pas plus ennuyeux que le camouflage pour lui. Toujours faire attention. Helmett savait être discret et silencieux, sa formation d'espion l'avait même rendu un peu parano mais là -en ce moment même- il n'avait pas envie de rester calme. Lui, il adorait l'action, exploser des bâtiments, tuer de sang froid ses opposants ou bien utiliser un couteau. Mais aujourd'hui le chef d'espionnage n'avait rien pour se vanter. Il venait d'être ridiculisé et son ego disproportionné en prenait un grand coup. Perdre conscience c’était....faible. Ses agents devaient sûrement se moquer de lui en ce moment même ou faire la fêter... D'ailleurs sa confiance diminué sans cesse pour eux et encore plus pour les médecins qu'avant. Maintenant il devait compter sur la jeune femme et cela ne l'enchantais pas. Leur couverture les avait mariées (encore un complot du SHIELD ?) le train les conduisait à la nuit du cha-cha charnel mais Helmett s'en désintéressé. Le trajet était long, ses habits collants, serrés, gênants, trop civil. L'expérience nouvelle ne l’excitait pas. Pas plus que la mission périlleux contre Cobra -nom nul premièrement- ou les batailles épiques qui les attendaient quelque part à l'autre bout du continent. Son poing vengeur se reposait, friand de sang, se préparant aux futur gueules qu'il allait rencontrer.

Helmett interrompit sa rêverie pour regarder partir sa partenaire. Elle bougeait sans arrêt depuis leur départs et il le comprenait très bien. Le voyage était pénible et elle faisait preuve de beaucoup de discrétion pour espionner et inspecter les lieux et les gens, chose que l'anglais trouvait satisfaisant. Helmett devinait parfaitement que la russe avait mieux acquiescé les ordres que lui. Elle n'avait pas dédaigné son accoutrement et joué à « je suis la plus belle, je suis jeune Tra La La ». Le chef soupira las d'ennuis et déposa son regard sur la vitre, le paysage défilait et il s’ennuya encore plus.

Une courte distraction intervient lors du retour de Natalia qui l'embrassa à la commissure des lèvres. Pendant un instant le brun leva les sourcils surprit et les fronça rapidement après. Ce camouflage était difficile à jouer, surtout avec la russe. Elle était déjà particulièrement collante alors Helmett ne pouvait que frissonner pour plus tard.
L'anglais gardait un self-control de pierre. L’imbécile passa son bras autour de lui et posa sa tête sur son épaule, cherchant probablement à dormir. Helmett se mordit la lèvre. Il s’énervait à la vue du sourire amusé de Natalia. Il ne pouvait pas l'engueuler sans faire sauter la stupide couverture de son rôle de mari alors bien sur l'idiote en profitait.

Heureusement elle repartit à ses activités. L'anglais contempla à nouveau le siège en face de lui où reposait son manteau. Un bruit du papier l'interpella et il baissa les yeux sur une carte d'identité fausse fraîchement conçut par le SHIELD que la blonde lui présentait.

- Natalia : Monsieur Hauser.

Nul pensa Helmett. Ce n'est pas original comme nom. Les « chargés de couvertures » faisaient n'importe quoi et n'avaient aucun goût. Natalia est Scarlett... Cela ne lui correspondait pas. De plus son accent serait capable de faire échouer le stratagème.

- Natalia : On va être obligé de dormir ensemble, mon pauvre Helmett. Il n'y aura qu'un lit... Et même s'il y en avait un deuxième, ça paraîtrait suspect que deux jeunes mariés partis pour leur nuit de noces ne dorment pas ensemble ... A défaut d'autre chose.

Il y a des baffes qui se perdent ! Pas besoin de lui rappeler l'enfer qui l'entend, Helmett le savait très bien ! L’incapable avait du sentir le coup puisqu’elle s’appuya contre la vitre. Son insupportable visage rieur dégoûtait l'agent. Elle crut bon d'ajouter avec malice.

- Natalia : Cela implique donc également les petits surnoms débiles, qu'on se tienne la main et quelques bisous aussi... Je sais pas si tu as déjà vu un jeune couple, mais c'est quand même pas mal.

Prend moi pour un imbécile aussi. Helmett gardait ses commentaires pour lui. Il roula tout de même des yeux, exaspéré.  

Elle esquissa un large sourire ainsi qu'un rire silencieux. 

- Natalia : Mon gros lapin.

Comment tu m'as appelé !? Attend je rêve !? On est pas chez mamie ! SALOPE !! Helmett enragé de l'intérieur, conscient qu'il ne devait pas s'exclamer de cette manière en publique. Elle dépassé les limites avec ses surnoms débiles ! Cela devait lui plaire, jouer avec son chef invulnérable. Le voyage allait être très long...
Un nouveau bruit, celui d'un flash discret de téléphone, le réveilla encore de sa transe. Elle n'allait donc jamais le laisser tranquille ?

- Natalia : Bon. Il nous reste cinq heures de train. Je sais pas quoi faire. J'ai faim. Tu as faim ? Mon gros lapin a faim ? Je vais te chercher un peu de bacon et des œufs, d'accord mon cœur ? Avec du thé. Celui que tu préfère !

Tu veux que je t’encastre dans le mur, mon cœur ? Helmett n'en pouvait plus. « Son gros lapin » voulait la persuader qu'il n'était pas de pluche et qu'il pouvait LA SERRER TRÈS FORT. La stupide agente l’enjamba et partit prendre la commande. Helmett l'ignora. Certes il avait faim, certes il voulait manger quelque chose mais elle pouvait toujours se gratter pour qu'il lui dise ou avale la nourriture qu'elle proposait. D’ailleurs l'agent mangeait rarement des légumes, féculents ou de la viande par contre il était avide de glucose, de fructose. Il se nourrissait principalement de sucreries et quelque fois de pâtisseries. Le londonien ne savait pas d’où venait cet attachement et s'en fichait. L'important était que son fanatisme au sucre devait rester caché aux yeux de tout le monde.

Encore un bruit ( ça devient une habitude ) brusque, du plateau sur la table fit gagner un sursaut de stupeur au brun. La blonde est en colère ? Helmett s’étonna. Il n'a pourtant encore rien dit. Elle lit peut être dans les pensées... L'anglais encore interrompue dans sa réflexion laissa la russe prendre ses mains et les reposer sur ses hanches. Surprit par le geste soudain il leva les yeux vers elle et rencontra une paire de lèvres sur les siennes.

Bien qu'il l’accepta, Helmett fit de son possible pour ne pas grimacer au contact ou encore moins éructer sur elle. Loin l'idée que ses lèvres ne soient pas délectables...mais plutôt dire qu'il détestait la Romance... sous toutes ses formes. Il s'obligea à stopper son estomac dans un effort difficile et ferma les yeux pour garder un visage concentré.

- Natalia : Je sauve notre couverture. 

- Helmett :- Hum.

Cette argument lui donna l'envie de la gifler. Heureusement pour elle, il était un gentleman et ne voulait surtout pas faire échouer la mission. Il n'adressa ni un regard ni un sourire et se contenta de regarder ailleurs pour se distraire. L'anglais voulait terminer au plus vite ce fardeau et rentrer chez lui. Sachant que rien n'était commencé, il soupira encore une fois de désespoir. Helmett voulait du silence, faire le vide dans sa tête, oublier la situation pénible qu'il endurait. Pourtant la blonde ne lui donna pas cette chance qu'elle continua à lui parler.

Continue à te bourré la gueule et tais toi pensa fortement Helmett. La russe appliqué avec succès le cliché sur l'eau de vie de son pays natal.

Le ton sérieux de la femme lui fit tourner le regard. Peut être aller telle parler de chose plus croustillante que celle de la couverture ? Perdu...

- Natalia : Dis-moi, tu penses pouvoir faire naturellement ce que ferais un homme amoureux et tout juste marié à sa femme ou tu as besoin de cours ? Non parce que si tu dois rester droit comme un piquet à côté de moi ou faire la gueule tout le temps, et te faire draguer à chaque coin de rue... La mission va rapidement devenir un échec total.

Parce qu'en plus je dois jouer l'amoureux transis ? Pensa Helmett. Bien sur qu'il le savait mais il y avait une limite tout de même. Son éducation de gentleman l'aiderais. La blonde rajoutait une couche. Enfin il se décida à lui répondre au bout de plusieurs heures de route.

- Helmett : On doit mettre fin à un réseau de malade en jouant les jeunes mariés ? Tu n'as pas plus stupide à me proposer ? Moi cela m'enchante pas. Je dois déjà faire l’effort de te tutoyer. De plus tu me touches, tu me parles comme une attardée de scrabble réservé aux intellectuels de jeux drôles, tu t'habilles en jeune femme fraîche et avide de coup du Oh la la dans le bas du ventre et moi dans tout cela, je dis rien, je me laisse faire, j'accepte tout, je suis digne d'une grande tolérance, ALORS s'il te plaît, tais toi. Je veux plus entendre l'idée de camouflage. On est un couple, d'accord ?!

- Natalia : Et si tu penses avoir les capacités nécessaire pour jouer ton rôle correctement, sans avoir besoin que je te briefe un peu... Et bien prouve-le.

Helmett roula des yeux. Il allait le lui prouver mais plus tard. Elle lui attrapa la main pour entrelacer leurs doigts. Helmett se mordit une nouvelle fois la lèvre.

- Natalia : Je t'aime... Duke

C'était le mot de trop. Helmett se leva brusquement, incapable -malgré lui- de rester en place une minute de plus. Il bouscula rapidement des gens au passage jusqu'à qu'il trouve un wagon vide. L'agent sentit la présence de la femme derrière lui, sourde oreille qu'il était, il lui répondu sèchement et l'ignora de nouveau.

- Helmett : j'vais sur le toit.

© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dukett
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Dim 4 Aoû - 18:13



Boom boom boom boom
« Welcome to California, honey. »

Helmett & Talia

Natalia fixait Helmett droit dans les yeux. Depuis qu'ils étaient partis, il ne lui avait pas adressé une seule fois la parole... Et pourtant, ce n'était pas faute d'avoir essayé. Si la russe avait jusque là réussis à garder sa bonne humeur qui aurait dû être contagieuse, si Helmett n'avait pas été Helmett, elle commençait finalement à saturer. Okay, il n'était pas heureux d'avoir été envoyé sur cette mission. En fait, ce n'était pas ça. Helmett préférait l'intervention à l'infiltration. En plus, il se retrouvait obligée de jouer le rôle de son mari. Si elle, elle s'éclatait – ça, on ne pouvait pas dire le contraire – son chef semblait beaucoup plus crispé. D'un autre côté, elle devait bien avouer qu'elle profitait de cette position de faiblesse pour le coller, le toucher, l'embrasser... De façon presque naturelle, tant et si bien que cela lui faisait presque peur, à elle. Elle avait l'impression de retomber dans les méandres de sa prime jeunesse, du temps où elle et Nikolaï se retrouvaient en cachette pour passer quelques minutes volées dans les bras l'un de l'autre, à espérer arrêter le temps pour ne jamais avoir à se séparer et faire comme s'il n'y avait jamais eu rien d'autre qu'une cigarette fumée, ou un verre de Vodka bue dans la neige, autour d'une discussion professionnelle. La russe pinça les lèvres et retint un soupire, bien décidée à ne pas le lâcher du regard tant qu'elle ne lui aurait pas arracher deux mots. Deux mots, ou plus, comme il le lui montra bien plus rapidement que prévu ;

- Helmett :  On doit mettre fin à un réseau de malade en jouant les jeunes mariés ? Tu n'as pas plus stupide à me proposer ? Moi cela m'enchante pas. Je dois déjà faire l’effort de te tutoyer. De plus tu me touches, tu me parles comme une attardée de scrabble réservé aux intellectuels de jeux drôles, tu t'habilles en jeune femme fraîche et avide de coup du Oh la la dans le bas du ventre et moi dans tout cela, je dis rien, je me laisse faire, j'accepte tout, je suis digne d'une grande tolérance, ALORS s'il te plaît, tais toi. Je veux plus entendre l'idée de camouflage. On est un couple, d'accord ?!

Natalia ouvrit des yeux ronds comme deux soucoupes. Ses narines se dilatèrent, signent de sa colère grandissante, alors qu'elle fermait les yeux pendant quelques secondes en prenant une grande inspiration. Rester calme, rester calme, rester calme. MAIS IL AVAIT DIT QUOI LA ? ELLE N'ETAIT PAS NYMPHOMANE, MERCI BIEN. Natalia se retenait de ne pas lui crier ses quatre vérités en russe. Il l'agaçait, mais ce qu'il l'agaçait ! Ne pas parler en russe – NE PAS CRIER EN RUSSE. C'était tellement dure ; le russe était une vraie délivrance...

Natalia reprit rapidement son calme ; ce n'était ni le moment ni l'endroit de perdre le contrôle. Elle attrapa la main d'Helmett et entrelaça leur doigt, avant de le regarder tendrement et de lui lancer quelques mots doux. Ses yeux s'attardèrent sur la lèvre qu'il mordillait, attirante, désirable, enchanteresse... Elle déglutit nerveusement, troublé, alors que l'envie soudaine de l'embrasser à nouveau lui faisait rapprocher doucement son visage de celui de l'anglais.

Mais Helmett, avec une brusquerie soudaine, quitta son siège. Natalia ne se leva pas immédiatement, alors qu'il s'éloignait en bousculant des gens. Elle prit une grande inspiration, avala cul-sec tous les verres qui étaient encore sur la table et se leva pour le suivre avant qu'il ne fasse de bêtises, ou avant que les bonasses ne se remettent en chasse. La première qui essaie de l'accoster, elle se retrouve plaqué au sol avant qu'elle n'ai eu le temps de dire « фу ». Natalia eu tôt fait de rejoindre son ''cher et tendre'', qui lui lança sans même la regarder ;

- Helmett : J'vais sur le toit.
Natalia : He... Elle se mordit la lèvre, et reprit : Chéri, attend ! On ne peut pas aller sur le toit. Tu le sais bien... Ce n'est pas comme si c'était la première fois qu'on prenait le train, tu vas me faire le coup à chaque fois ? fit-elle en attrapant son bras.
Petite vieille : Ah ces hommes ! Ils en ont toujours plus dans le pantalon que dans la cervelle, vous savez mademoiselle, je...
Natalia : Oui. Non. Euh... Merci, mais il n'est pas comme ça, vous voyez. Alors certes, il a beaucoup, beaucoup, beaucoup de défauts, certes, mais... Mais il a un bon fond. Même s'il ne veut pas le montrer, je le sais. Il peut vous paraître dure comme ça mais, je vous assure, il sait se montrer tendre. Il l'est même beaucoup. Il a juste ses moments... Et une carapace qu'il faut arriver à percer, vous voyez. Mais il n'a rien d'un pervers, non.

Natalia adressa un sourire à Helmett, alors que la petite vieille s'éloignait à grand pas, vexée d'avoir été coupé dans ses paroles et d'avoir ainsi été mise en tord. La russe força Helmett à la suivre, et ils regagnèrent leur place.

Natalia : Essaie de dormir. Ça passera plus vite.

La jeune femme hésita longuement avant d'enlacer de nouveau son bras, et de reposer sa tête contre son épaule. Mais, cette fois, la russe s'endormit rapidement.

~ ♠ ~

Natalia étouffa un bâillement. Elle fronça les sourcils et ouvrit lentement les paupières. Une voix presque mécanique la tira de ses songes, alors qu'il faisait nuit noire à la fenêtre. Elle s'étira légèrement, et lâcha le bras d'Helmett, avant de déposer un baiser sur sa joue.

Natalia : Debout... On est presque arrivé... chuchota-t-elle à son oreille. La russe s'étira paresseusement, avant de l'enjamber pour se lever. Je. Hum. Vais chercher un café, en attendant l'entrée en gare...

Elle revint quelques instants plus tard avec un café encore fumant, qu'elle posa sur la table, et attrapa son manteau. Elle l'enfila ; il lui retomber jusque sur les genoux, de tel sorte qu'on ne voyait plus sa robe. Elle attrapa celui d'Helmett et le lui envoya, avant de prendre son sac à main et sa valise. Une fois arrivé, la jeune femme attendit Helmett avant de descendre. Ils se retrouvèrent dans une vaste gare, pleine de monde malgré l'heure tardive. Elle attrapa l'avant bras de son partenaire entre ses doigts, et le serra. Non pas qu'elle n'aimait pas vraiment cet endroit mais, disons, elle n'avait pas remis le pied dans un aéroport ni dans une gare depuis l'incident, il y environ 6 ans ce ça.

Natalia : Euh... Bus ou taxi ? On devrait arriver à l'hôtel vers minuit... Enfin, ils font une soirée là-bas. C'est cool !

Elle esquissa un léger sourire à l'attention d'Helmett, avant de chercher la sortie du regard, à travers la foule de pauvres inconscients.





© Lou'

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Billy F. de Kerangal

avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Dim 4 Aoû - 18:14

Helmett Jason Reecey a écrit:


Boom boom boom boom
« Go to Hell, honey »

Helmett & Natalia


Perdu dans sa réflexion, Helmett cherchait consciemment l'endroit le plus apte à sa fuite quand il fut tenu éveillé par l'éloge de sa personne que la blonde résistait. Discourt fleurie de gentillesse, si profond, touchant et parfumé de sentiment que l'anglais crut un moment se délecter de l'odeur sensorielle dégagé avant de revenir à ses esprits pour dénoncer la beauté esthétique et synthétique de tout ce bouquet. Évidemment tout ceci puaient le faux. Le brun soupira une minute. Est-ce de la tristesse ? Non pas du tout. Plutôt de l’écœurement. Il se retourna vers la femme qui continuait à presser son bras et qui pourtant ne lui faisait aucun mal. L'agent soupira une nouvelle fois face à elle, signe qu'il abandonnait son option de suicide, et la regarda dans le yeux. Une minute passa et il partit comme il était venu, laissant la jeune femme derrière lui. Hormis le fait que cette fois-ci, il attrapa sa main. Helmett se trouvait bête, il devait faire attention et gardait son calme. La limite de sa patience ne tenait plus qu'à un fil et sa lèvre était de plus en plus meurtrie. Il ne demandait que quelques grâces à la blonde.

De nouveau rassit dans le siège maudit, l'anglais lutta pour ne pas fermer les yeux. Même contre le sommeil il se battait. Mais la victoire lui échappa des mains et il s'endormit avant même d’avoir analysé les paroles de sa compagne.

Helmett n'aurait jamais crut que les avances de Morphée lui aurait autant plus. Dommage qu'il fut plongé dans les songes et non pas dans un coussin moelleux. Une voix douce lui semblant familière le retira de force de ses rêves qui s’estompèrent à la rencontre de la lumière artificielle du train. Son agente revenait café à la main et l'air fatigué. L'anglais se tut, il était très tard... ou tôt, peu importe, et il n'avait pas la force de faire une remarque mal placé et désobligeant. Il grogna un moment, se massant les globes oculaires avec le poing avant de se mettre debout et d’enfiler son manteau ( qu'elle lui avait lancé en pleine poire, mauvaise humeur ou réflexe ralentit de l'agent ? ), confinant à peine son corps lourd et chaud de sommeil. Il attendit avec impatience l’arrêt total du train et descendit plus précipitamment que prévu, valise en main.

La place de gare était immense et la populace en mouvement constant. Il n'y a donc pas de nuit dans cette cité ? Helmett leva la tête vers l'horloge, les yeux éperdues dans les néons étincelants, il profitait de sa position pour laisser le vent froid rafraîchir son corps ramollit et las de fatigue. La pression d'un bras autour du sien l'interrompue.  

- Natalia : Euh... Bus ou taxi ? On devrait arriver à l'hôtel vers minuit... Enfin, ils font une soirée là-bas. C'est cool !

- Helmett : Taxi.

Le brun tira la grimace à l'idée d'être a nouveau enfermé dans un transport en commun. Dur à dire mais vrai, il voulait se retrouver en tête à tête avec la russe et personne d'autre. Mais la simple notion de fête ne l’égayait pas. Pour l'amour de tout ce qui est bon sur cette planète, donnez moi un lit !

Sur ce vœux, le londonien fendit la foule ( tel un anglais à Londres ha ha ) et intercepta un taxi. Une fois à l’intérieur du véhicule, il parcourut du regard les allés de la ville qui défilaient derrière la vitre. L’hôtel où le SHIELD les avait fait loger se trouvait dans un des quartier chic de la ville. Grand, beau et sans importance pour l'espion qui se hâta de rentrer dans le palace et de se diriger rapidement à sa chambre. Les valises se trouvèrent déjà à l'entrée de la pièce de nuit, alors qu'ils venaient tout juste de sortir de l'ascenseur. Le bras toujours occupé par la présence féminine, il ouvrit la porte qui mettrait fin à ses calvaires. La blonde parcourut la salle, examinant et découvrant les lieux propres alors que le chef agent, grand espion et colosse de pierre s'effondra de tout son poids sur le lit double qu'il avait tant chéri.  


© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dukett
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Dim 4 Aoû - 18:15



Boom boom boom boom
« Welcome to California, honey. »

Helmett & Talia

Accrochée au bras d'Helmett, Natalia observait la foule d'un œil alerte. Son café lui avait donné un regain d'énergie, et la perspective d'une bonne soirée l'enchantait. Quoi de mieux que de se dégourdir les jambes – et le corps tout entier – qu'un peu de danse ? Attendant de savoir comment ils allaient finalement arriver jusqu'à leur chambre, elle se rapprocha de lui pour trouver un peu de chaleur, en étouffant un nouveau bâillement. Et ben, finalement, rien ne valait mieux que le café à la vodka (ou la vodka au café) pour rester éveillée ! L'agent désigna finalement un taxi, et fendit la foule afin de monter dans un. La russe mis la valise dans le coffre et s'assit à côté de son tout nouveau mari (cette pensée arrivait encore à lui arracher un sourire, malgré l'heure tardive), chuchotant dans le silence douillet de leur 'carrosse' ;

- Natalia : Welcome to California, honey...

Elle réussit à lui faire un sourire malicieux et, quelques minutes plus tard, ils arrivaient à l’hôtel. Grand, somptueux. Un hôtel dans lequel Natalia serait heureuse de passer sa nuit de noce. La sienne, et pas celle de Scarlett. Elle sortit de la voiture et frémit sous la brise – quelle honte pour une russe, tout de même !– alors qu'Helmett sortait les valises. Elle fit le tour de la voiture pour le rejoindre à grands pas et passer son bras sous le sien, attrapant son avant-bras pour ne plus le lâcher. Maman tu viens là, tu restes là et tu pars plus. Non, évidemment, bien évidemment qu'elle ne pensait pas du tout à cela, et qu'elle pensait plus à un truc du genre mon gros lapin, me lâche pas. Ils allèrent récupérer leur clef à l'accueil et y déposèrent les valises. Le temps qu'elle donna leur nom et rempli les papiers, il dû s'écouler bien une dizaine de minutes et, quand ils montèrent pour découvrir leur petit cocon d'amour, leurs bagages avaient déjà été déposés dans la chambre. Elle osa enfin lâcher le bras de son partenaire pour faire quelques pas dans la pièce, faisant le tour de toute leur suite une dizaine de fois avant d'être rassurée ; rien de suspect là-dedans. Elle se tourna vers le lit et esquissa un sourire amusé. Ah non ! Il voulait dormir ? Pas elle.

Natalia se déshabilla rapidement – au milieu de la chambre, ouais. Y'avait Helmett sur le lit ? Et alors, n'était-elle pas censée être sa femme ? – pour enfiler une robe de soirée noire, mettant en valeur sa fine taille et ses formes féminine. Elle avait relevé ses cheveux en une queue de cheval serrée, et enfiler des escarpins. Une petite touche de maquillage, et c'était (presque) parfait. Elle se dirigea vers le lit, posant une main sur le matelas à côté d'Helmett et l'autre dans son dos, pour se pencher au-dessus de lui.

- Natalia : Je vais juste faire un petit tour en bas. Trente minutes, pas plus. Promis.

Sur ces paroles, elle déposa un rapide baiser sur ses lèvres, se débrouilla comme elle put pour le border et sortit de leur chambre, prenant l’ascenseur. La carte bancaire du SHIELD précieusement cachée dans son soutien-gorge (on fait avec les moyens du bords), elle pénétra dans l'immense salle pleine de joie, et se dirigea directement vers le bar pour prendre une Vodka bien méritée. Elle se fit aborder par diverse personne, et dansa avec plusieurs hommes tous plus ou moins beaux et galants, jusqu'à ce que, finalement, les trentre minutes promises se soient écoulés et ne la ramène brutalement à la réalité.

Soupirant, elle commença à traverser la foule pour sortir de la salle, lorsqu'un homme grand, fin, assez sec, brun aux yeux bleux, et fort charismatique, l'arrêta dans son chemin. Il déposa un baiser sur sa paume et la ressemblance à un certain russe qu'elle avait bien connu, il y a longtemps, mais qui ne pouvait plus être là car il avait quitté ce monde, la frappa. Elle tenta de résister à ses 'avances', mais fini par accepter son verre avec un soupire. Il lui demanda de l'attendre, ce qu'elle fit. Regardant l'heure, elle se mordit la lèvre. Quinze minute de retard, déjà. Il revint, elle sourit et le remercia. Ils trinquèrent, voulant duper l'homme, elle avala son verre cul-sec. Verre qui se trouva être en réalité un mélange d'alcool fort – dont de Vodka – qui firent légèrement perdre la tête à Natalia. Légèrement. Oui, elle venait juste de se rendre soul mais ça, ce n'était qu'un détail...

 L'heure ne comptait plus. L'heure ne passait plus. On ne se soucis plus de grand chose, une fois bourrée. L'homme l'amena danser dans la salle qui se vider peu à peu alors que l'on avoisinait l'heure et demi du matin. Natalia eu tout de même un sursaut de lucidité – un tout petit – lorsqu'elle sentit les mains baladeuses de son cavalier se poser sur sa poitrine ; elle les retira et le toisa avec une étincelle dans le regard – mais une étincelle proche de celle de la folie... Elle n'avait pas toute sa tête, vraiment. Elle serait bien incapable de mentir, et c'était vraiment une chance qu'elle ne se mette pas à parler russe ;

- Natalia : Mais... Qu'est-ce que vous faites ?! cracha-t-elle alors que, l'air de rien, il essayait de l'entraîner dans une autre danse pour lui faire oublier cet affront ; encore un peu trop rebelle à son goût, la tigresse. Il fallait laisser l'alcool faire son chemin.





© Lou'

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Billy F. de Kerangal

avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Dim 4 Aoû - 18:16

Helmett Jason Reecey a écrit:


Boom boom boom boom
« Go to Hell, honey »

Helmett & Natalia


La literie n'avait rien à envier au lit enchanté des contes de fée. Même la princesse au petit pois se serrait endormie sans pester. Les couches de cocons étaient tellement confortable qu'on ne pouvait résister à l'envie de s'allonger dessus et de quémander les grains de sable aux marchant des songes. Malheureusement, sur le lit se trouvait un agent assez sanglant qui n'avait rien de merveilleux à part son caractère exceptionnel capable de persuader le suicide volontaire.

Il poussa un grognement à la sensation d’appui dans son dos et fit volte face pour l'éloigner. Les yeux toujours fermés, il ne se préoccupa pas de savoir qui se tenait au dessus de lui. Il savait très bien de qui il s'agissait. Maintenant sur le dos, il sentit la pression sur ses lèvres, un nouveau baiser de la jeune femme. Difficile de savoir si elle jouait ou profitait de la situation pour taquiner son chef. D'ailleurs ce dernier était si profondément dans les vapes qu'il aurait répondu à la paire de lèvre. Par chance, l'espionne resta qu'une courte durée avant de partir à ses occupations. C'est-à-dire remuer des hanches et du fessier dans une foule de tête à claques. Helmett ne comprenait pas l’intérêt d'aller s'amuser avec des inconnus, partager sa sueur, finir les fonds de bouteilles et danser aussi bien qu'une petite vieille qui à de l’arthrose.

Un grognement de satisfaction lui échappa. L'anglais avait du mal à l'avouer mais il était plus que content d'être ici. Une dizaine de minutes passa et il rouvrir les yeux dans un effort olympien.  

La lumière l'agressa violemment. Un gémissement de plainte gronda. L'idée d'une bonne douche bien chaude pour se réveiller un peu lui traversa l'esprit. L'agent se déshabilla rapidement, content de voir une salle de bain plus que luxueuse, bien qu'une partie de lui avait envie de vomir devant tant d'éclats et de tout faire brûler. Sans ronchonner, il laissa couler l'eau clair tant désirait pour ses muscles douloureux. Le liquide brûlant parcourut son corps entier, lavant la sueur et la fatigue visible sur son corps intact.

La douche étant une cabine propre à la réflexion individuelle, Helmett posa son front contre une des parois, fermant les yeux et méditant sur son projet futur avec sa coéquipière. Il n'avait y rien de sexuelle dans tout cela, même si il était sous la douche. L'anglais pensé à elle, s'interrogeant sur sa capacité de tolérance. Il maltraitait sa lèvre au souvenir de son échec et ne pouvait pas digérer le fait qu'il s'était fait avoir par une taupe, un traite, un médecin. Un vague souvenir de l'explosion lui rappela l'horrible choc et sa perte de conscience soudaine. Heureusement son agente n'avait pas eu de blessure grave et avait échappé à une mort certaine. Étrangement un élan de tristesse parcourut l'agent. Il ne comprenais pas pourquoi mais un mal-être lui déchirer la poitrine à l'idée de perdre Natalia. Helmett sourit un moment puis redevint sombre. Quelque chose clochait. Pourquoi se sentait-il mal ? Pourquoi elle et pas quelqu'un d'autre ? Parce qu'ils s'étaient proche ? Personne avant elle n'avait réussit à lui tenir tête. Pourquoi s'acharnait-elle ? Elle n'y avait rien à gagner, rien à apprécier. Helmett reste Helmett. Cherchait-elle sa confiance ? Elle était toujours là par chance ?  

L'anglais ne croyait pas à la chance et encore moins au hasard. Cela lui donna un cas de conscience. Il doutait. Trop de doute sur elle et sur ses intentions. Le brun se questionna, s’intéressant pour la première fois à sa partenaire et leur relation. Et si tout cela n'était qu'un stratagème ? Comment expliquer que Caligo ne l'ai pas tué ? Simplement pour l'idée d'un mariage ? Trop simple, facile....Sur le moment de l'action il n'y avait pas réfléchi mais des questions tournaient autour de la russe maintenant. Helmett avait grandement diminué sa garde et le voilà en mission, directement après son rétablissement, sans en avoir discuté un mot avec le grand chef. Tout cela sonnait louche. Il n'était plu assez méfiant. Faire confiance à l'imbécile serait la dernière chose à faire, même si il doit la traîner avec lui pendant cette mission. Enfin « cette mission » peut être tout simplement un piège ! Elle peut tout bonnement être de mèche avec ces salopards de Cobra ! Son non-respect des ordres comme Caligo, sa capture rapide, le leurre, l’échantillon, la bombe....Et si tout cela avait un lien ? Se rapprocher de lui pour retirer des informations au SHIELD ou pour le détruire lui. Qui ne voudra pas tuer l'agent Reecey ? Étant le chef d'une division d'extermination de force mutante, il était une belle épine dans le pied pour une organisation comme Cobra. Puis l'agent avait tué et explosé une bonne partie de leur entreprise à lui seul. Fourrer son nez dans les affaires des autres est la meilleure façon pour avoir des ennuis. La russe est un suspect comme un autres. Helmett grimaça. Le souvenir d'un espionnage récent montrant la russe avec Bucky... Winter Soldat, un ancien soldat russe ennemi du SHIELD, l'ennuyait fortement.
Que faisait-elle avec lui ? Son petit copain ? Est ce que l'amour est plus fort que la guerre ? Baliverne. Alors pourquoi ? Sûrement pas pour parler nostalgie et du goût de la Vodka, un complot ? Les russes attaquent ?

Helmett se frappa la tête contre le mur, s'ouvrant le crane. C'était plutôt bête et trop perché cette l'option de traîtrise. Le londonien soupira, il ne devait pas oublié le principal but. Détruire à jamais le réseau Cobra et balayer le monde de cette vermine mutante. Le monde serait beaucoup plus calme sans tout ces espèces d'êtres dégoûtants et super puissant. Sans si attendre, il fut prit d'un incontrôlable frisson, se forçant à s'agenouiller dans la douche pour ne pas tomber. Il plaqua sa main sur son cœur, le sentant battre avec une rapidité nouvelle. Que se passe-t-il ? Pourquoi se sentait-il faible d'un seul coup ? Le brun gémit sans raison puis se releva, s’appuyant contre la surface carreler de la douche. Il ferma difficilement le jet d'eau et se précipita vers l'évier, tête basse.

Les événements empiraient et cela ne disait rien de bon pour la suite. Il calma sa respiration, doublant d'efforts pour lever la tête et se regarder dans la glace. C'est à ce moment qu'il gela sur place. Des points. Des points de suture sur son torse ! Un élan de colère réanima ses veines. Un sang nouveau et bouillant excita son corps. Il allait créer un scandale. Le SHIELD allait devoir retrouver le médecin qu'il lui avait fait cela ! L'anglais serrait de tout ses forces les rebord de porcelaine pour ne pas courir jusqu'à son portable. L'envie d'avertir le SHIELD d'un prochain meurtre le démangeait fortement. Pour la énième fois il soupira et prit une paire de petit ciseaux à ongles. L'anglais commença à se charcuter la peau, retirant les petits bouts de fil et s'ouvrant la peau. Helmett n'était pas un médecin qualifié. La manipulation maladroite de l'agent était un vrai carnage. Plusieurs gouttelettes de sang dégoulinaient sur son torse et au sol. Le londonien massacrait ses plaies, regardant ces dernières se refermer lentement.

Il fallut encore quelques secondes pour que tout soit enlevé. Son instant de fureur l'avait d'une certaine manière réveiller et il n'était pas content de son résultat. Le brun s'habilla en vitesse, pantalon de costume et chemise blanche, pas grave pour les taches de sang. La sensation d'un danger pressa ses gestes. Il descendit quatre par quatre les escaliers et arriva dans l'horrible salle de balle. Son regard froid et indifférent se posa directement sur sa « femme ». Il aurait voulu se tromper de personne mais malheureusement sa mutation -pardon- son don ne lui permettait pas cette faveur. L'idiote était dans les bras d'un autres, rien de particulier jusqu'à là, elle était surtout complètement bourré. Le verre à sa main ne mentait pas. Helmett grogna d’ennui. Si la blonde était un membre de Cobra, il espérait que l'équipe de malfaiteur de soient pas comme elle.

Bousculant les gens et ignorant leur plaintes, il fendit la foule comme un requin dans un banc de poisson. Sa proie était déjà choisi et prête à être mangé. Il l'attrapa par le bras et la plaqua contre lui. L'homme, en face, fut d'abord surprit puis sourire avec folie. Un sentiment de déjà vu déstabilisa Helmett.

- Helmett : Désolé jeune homme mais cette chose stupide et faible ne vous appartient pas. De plus il est conseillé qu'elle ne goûte pas trop l'alcool. Choisissez une autre âme pour vos jeux lubriques.

- Mec chiant : Du calme Casanova, elle s'amuse. T'as peur que je te la nique ?

- Helmett : Votre langage est déplorable, jeune con

- Mec chiant : Coincé va !    

Le coup partit tout seul. La fatigue ? La colère ? Les deux ? Peut être. En temps normal il aurait su se maîtriser. Il s'était même surprit d'avoir assez de contrôle pour ne pas frapper Loki. Il est vrai qu'on hésite toujours à frapper un demi dieu capable de vous mettre en pièce dans les deux minutes qui suit au lieu d'un simple humain. En tout cas cela lui avait échappé. Helmett fit la sourde oreille. Il remonta comme il était venu avec sa partenaire, sans dire un mot et rapidement. Entrant dans la chambre, l'anglais se dirigea dans la salle de bain avec sa compagne. La russe fut poussé dans la douche sans délicatesse. L'eau coula à grand jet et Helmett était énervé. Il ferma la porte de la cabine, s’asseyant le dos appuyé contre elle et il ferma les yeux.


© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dukett
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Dim 4 Aoû - 18:16



Boom boom boom boom
« Welcome to California, honey. »

Helmett & Talia

Si Natalia n'avait pas vraiment conscience de tout ce qui se passait autour d'elle, mais elle savait au moins que tout n'était pas normal. Comme les mains baladeuses de ce mec aux goûts alcooliques douteux, qui l'entraînait déjà dans une autre danse. Elle ne vit pas Helmett arriver et ne compris pas pourquoi d'un coup, on la tirait et la plaquait contre un torse. Ok. Son monde tournait un peu trop vite. Elle n'était pas qu'une vulgaire pièce de viande que se disputait les piques-assiettes, que diable ! La jeune femme essayait de réfléchir à un moyen de défense – coup de genoux à l'aveugle dans les parties – quand elle reconnu l'homme contre qui elle était à présent... A sa voix.

- Helmett : Désolé jeune homme mais cette chose stupide et faible ne vous appartient pas. De plus il est conseillé qu'elle ne goûte pas trop l'alcool. Choisissez une autre âme pour vos jeux lubriques.
- Mec chiant : Du calme Casanova, elle s'amuse. T'as peur que je te la nique ?

 La russe ne comprit pas la moitié des mots, mais elle réussit à deviner que ce n'était pas de gentilles salutations. Et nulle doute qu'elle se serait offusquée au « chose stupide et faible » et au « que je te la nique ». Il y aurait eu quelques frustrations corporelle chez la gente masculine, autrement (encore qu'elle aurait été plus gentille avec son chef, et aurait éviter de l'émasculer). Elle essaya en vain de tout comprendre, mais un coup de poing soudain lancé à la tête de son précédent cavalier la fit sursauter. Elle eut un large sourire, et bredouilla quelques mots incompréhensible en allemand. Et oui, l'expérience m'a démontré il y a peu que quelqu'un de bourré pouvait parler à peu près toutes les langues... Sans qu'on ne le comprenne. Bien tenue par Helmett, il l'entraîna dans les couloirs de l’hôtel et la tira jusque dans la salle de bain. Le regard inquisiteur de la brune – devenue blonde pour l'occasion – parcouru la pièce jusqu'à ce qu'elle fut jeter sans ménagement dans la douche.

Super. Quelques pensées lubriques défilèrent dans son esprit complètement embrumé, pensées qui incluait évidemment l'homme présent avec elle, mais qui furent immédiatement chassée par l'eau glacée. Elle poussa un couinement mi-surprise mi-apeurée et se recroquevilla au fond de la douche, jusqu'à comprendre que l'eau – même gelée – n'allait lui faire aucun mal. L'eau l'avait à présent trempée, et sa robe – déjà bien moulante – épousait toute ses formes à la perfection. En matière de moulage, même les tenues du SHIELD ne faisaient pas aussi bien. La lueur folle de ses yeux s’apaisa légèrement, alors que ses idées redevenaient un peu plus claires à mesure que l'eau coulait sur son visage. Loin d'être redevenue sobre, la jeune femme avait tout de même retrouvé quelque peu ses esprits – assez pour dire des choses censées en anglais, même si elle ne comprenait pas forcément la portée de ses propos.

Sa première pensée fut de se demander pourquoi elle était sous l'eau froide, et qu'il lui fallait sortir d'ici.
La deuxième fut de se demander pourquoi Helmett ne voulait visiblement pas qu'elle sorte.

Il avait adossé son dos contre la porte de celle-ci, de telle sorte qu'elle ne pouvait voir son visage. Comme s'il voulait bloquer la porte. La jeune femme fronça les sourcils quelques instants, réfléchissant à reculons. Elle avait toute la soirée à l'esprit, sans, en même temps, l'avoir réellement. C'est... Difficile à décrire. Se mettant à quatre pattes, elle s'approcha de la porte.

- Natalia : Helmett ?

La russe soupira, et eu une soudaine quinte de toux. Une certaine envie de vomir lui tordit le ventre, et elle toussa de plus belle. Rien ne sortit – heureusement – et elle se calma lentement, avant de demander à son chef pourquoi il l'avait enfermée là ;

- Natalia : Tu sais, je le pensais vraiment, ce que j'ai dis à la vieille guenon, dans le train.

Oups. OUPS. Non, ça, ce n'était pas la question qui s'était, à la base, clairement formée dans son esprit. A croire qu'elle avait encore du mal. Elle s'adossa à son tour contre la même paroi qu'Helmett, dos contre dos (enfin, avec la porte au milieu), ramena ses jambes contre elle pestant silencieusement contre cette fichue truc collante qui l'empêchait de se mouvoir aussi bien qu'elle le désirait, et ferma les yeux. A vrai dire, elle serra très fort les paupières, avec le rêve de les rouvrir sur un arc-en-ciel, sur lequel courrait des licornes qui pètent des paillettes, et surtout, sur lequel elle n'aurait aucun problème. Mais en les rouvrant, elle ne vit qu'Alexander. Enfin, c'était vite dite ; pour mieux réfléchir, elle les ferma. Elle repensait plutôt à ce qu'il lui avait dit, quand il était venu les inspecter ; « j'ai l'impression que vous veillerez sur lui plus qu'il ne le fera lui-même. Je me trompe ? »...

Il n'avait pas eu tord. Le médecin avait même eu terriblement raison. Et pourtant, elle n'était qu'une incapable. Elle avait l'impression que c'était elle qui lui attirait les ennuies, et qu'elle était incapable de la moindre chose. Pressée de remonter dans la chambre, elle avait tout de même réussi à boire cul-sec le verre d'un inconnu, sans en vérifier le contenu. Et si elle savait dans quels doutes il était plongé vis-à-vis d'elle, la jeune femme en serait certainement abattue – et peut-être même plus qu'elle ne se l'avouerai. Natalia prit sa tête dans ses mains et appuya sur ses tempes. Concentrée, elle devait restée concentrée...  Médecin, médecin, veiller, Helmett, nu, lit d'hopital, points, Helmett. Eeeeet... Voilà. Sa pensée avait filée. Elle poussa un profond et bruyant soupire. Fuck.

Elle posa sa tête contre la paroi transparente, et chuchota ;

- Natalia : Je suis désolée.. Désolée de n'être qu'une imbécile, désolée d'être bourrée, désolée de plein de choses, en fait.

Elle eu un nouveau haut-le-coeur, moins violent que la dernière fois, mais tint bon. En grimaçant, elle se retourna, et observa le dos de son partenaire pendant quelques secondes encore, et glissa en avant, se cognant le front contre la vitre ; « Aïe ». Elle soupira, se stabilisa et posa une main contre la paroi.

- Natalia : J'ai pas fait exprès d'être bourrée... C'est l'autre là. Avec son verre. Je voulais revenir te voir... Alors j'ai... Bu. D'un coup. J'ai pas fait attention. Désolée... Je suis nulle.

La jeune femme garda sa main appuyée contre la vitre, alors qu'elle était prise d'une nouvelle quinte de toux, et avec la subite envie de faire un gros câlin à Helmett, et de faire comme si rien de tous ça ne s'était passé. Elle mis sa main libre sur sa gorge pour calmer sa toux, et redevint finalement silencieuse (même si l'envie de chanter l'hymne américain ne lui manquait pas).




© Lou'

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Billy F. de Kerangal

avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Dim 4 Aoû - 18:17

Helmett Jason Reecey a écrit:


Boom boom boom boom
« Go to Hell, honey »

Helmett & Natalia


L'eau dégoulinante passait à travers la surface vitrée. Elle moulait les fesses de l'agent adossait mais il ne s'en préoccupait pas.

- Natalia : Helmett ?

- Helmett : Non.

La russe soupirait derrière lui. Elle faisait un souk à elle toute seule dans la cabine. Ça devait être une vraie piscine à l’intérieur. Mais tant pis, peu importe l'état de la douche, elle ne sortirais pas maintenant. Si elle devait vomir, qu'elle le face ici. Helmett grogna. L'envie de la gifler était en contradiction avec sa bonne humeur. Celle qu'il ressentait, pas celle qu'il exprimait. Il pouvait se féliciter de l'avoir « sauver » mais il pouvait tout aussi bien se maudire. Helmett chassa l’hypothèse absurde de la traîtrise et se concentra sur le comportement infecte de la brune. Il en avait marre d'être toujours auprès d'elle pour la surveiller. Même un enfant était plus prudent que cette imbécile.

Le bruit d'un haut-le-cœur lui fit ouvrir un œil. Enfin ça commençait.

- Natalia : Tu sais, je le pensais vraiment, ce que j'ai dis à la vieille guenon, dans le train.

Quoi ? Comment ? Ses yeux s'écarquillèrent de surprise. Elle est encore sous l'alcool rétorqua rapidement Helmett. Il faut pas se faire de fausse idée. Tout cela est un plan pour le voir chuté, rabaissé mais cela ne marchera pas. Il fronça les sourcils, ne sachant pas quoi répondre et consterné par son rougissement soudaine.

- Helmett : je....enfin...

Formidable. Que d'information ! Aucune phrase correcte ne sortait de sa bouche. Il se contenta de se taire, c'était la meilleure chose à faire maintenant. Étant retourné à la russe, son embarra ne pouvait être lu.

Helmett soupira, sa réaction de jeune pubert le désespérait. Un silence s'imposa comme la pluie. Les gouttes de la douche berçaient l'agent, le laissant fixer un point invisible sur le mur.  

- Natalia : Je suis désolée...

- Helmett : Vous croyez vraiment que c'est moment ?! Vous passez votre temps à faire tout de travers ! Je ne vous donne pas des ordres pour vous embêter ! Je suis votre chef et je m’inquiète pour vous ! Vous êtes une inconsciente ! Vous me pourrissez la vie !

Il aurait du changer de ton, il le savait. Mais même si il appréciait les excuses, le brun ne pouvait les acceptait. L'idiote passait clairement son temps à le fuir. Est ce un jeu ? Il n'y a rien de drôle dans un guerre. Helmett serra les poings.

- Natalia : J'ai pas fait exprès d'être bourrée... C'est l'autre là. Avec son verre. Je voulais revenir te voir... Alors j'ai... Bu. D'un coup. J'ai pas fait attention. Désolée... Je suis nulle

- Helmett : Vous êtes plus que nulle ma chère !

L'anglais en avait assez entendu. Il se leva, tournant le dos à l'imbécile et cracha ses ordres sans compassion.

- Helmett : j'vais me coucher. Si l'idée de dormir vous traverse l'esprit, vous êtes invité à partager ma couche. Par contre, vomissez votre panse avant.

Cela dit, il chopa au passage une robe de chambre et sortit sans la regarder. Dans la chambre, le londonien se déshabilla, enfilant un pantalon en toile et un t-shirt du SHIELD trop grand puis il se revêtit de la robe. Helmett se coucha parmi les draps propre et grimaça à la sensation d’inconfort. D'habitude il dormait nu mais pour ce soir il ne fallait pas prendre de risque.




© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dukett
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Dim 4 Aoû - 18:18



Boom boom boom boom
« Welcome to California, honey. »

Helmett & Talia

Natalia sentit son visage se détendre. Pas dans le bon sens ; ses lèvres se relâchaient, ses yeux étaient mi-clos. Helmett ne la croyait pas. Il ne la croyait pas, et elle était triste. Il ne la croyait pas, et en plus, il lui criait dessus. La russe ferma les paupières, les serra fort et les garda close. Va-t-en, t'es méchant. J'veux plus te voir. Si Natalia garda son visage caché, elle ne perdait pas un mot de ce qu'il disait. Nulle. L'adjectif tournait en rond dans sa tête. Il la détestait. Pire que ça, il la haïssait. C'était certain. Elle venait d'en avoir la preuve ! Et pourtant, il lui disait ensuite de venir dormir avec lui. C'était leur couverture, après tout. Elle resta recroquevillée au fond de la douche et attendit qu'il parte. Qu'il aille au diable. Natalia éteignit finalement l'eau du mieux qu'elle put et sortit de la douche, les jambes tremblantes. Elle se laissa choire devant la cuvette et, finalement, ne retint plus ses hauts le coeur. Quelques vomissements plus tard, elle ne maudissait plus Helmett, mais se maudissait elle-même. Gagnant encore un peu lucidité, elle se déshabilla en éternuant ; cette douche glacée avait failli lui faire prendre froid. Elle se sécha, s'enroula dans une serviette et revint dans la chambre en chancelant.

Natalia avisa la valise. Elle l'ouvrit et sortit un boxer, qu'elle enfila sans plus se poser de question, ainsi qu'un T-shirt lui servant de chemise de nuit. La jeune femme, mi-ivre mi-sobre, ne se rendit pas compte que ''son'' boxer tombait légèrement et que le T-shirt noir sur lequel reluisait fièrement un logo blanc du SHIELD n'était pas à elle. Non, elle venait de vider la valise d'Helmett, mais qu'importe. Elle se glissa ensuite dans le lit, à l'exact opposé de son chef, lui tourna le dos et croisa les bras. Elle fixa ainsi un point sur le mur avant de lancer d'un ton qui se voulait froid et sûr d'elle  :

- Natalia : Je vois bien que tu me déteste. Tu me crois pas. Mais... Je m'en fiche.

Et, sur ce, elle se retourna soudainement et alla se coller dans son dos. Sa présence était rassurante. Elle apaisait l'esprit de l'agente, et, en plus, il lui tenait chaud. Elle réussit à glisser ses mains autour de sa taille, posa sa tête contre sa nuque et s’endormit aussitôt.

Le lendemain matin, elle fut la première à s'éveiller. Elle serra les dents alors qu'un mal de crâne incroyable lui tambourinait la tête. Natalia voulu se redresser, mais quelque chose emprisonnait son bras. En tournant la tête, elle vit que c'était Helmett qui la retenait prisonnière. Elle eut un sourire et tendit la main pour caresser son front. Mais, au souvenir de la veille, elle sentit son coeur se serrer dans sa poitrine et arrêta son geste avant de le toucher. Elle soupira tristement, et se dégagea en essayant de ne pas le réveiller. Sortant du lit, elle se dirigea vers la salle de bain en tirant sur le boxer pour le remonter. Arrivant devant la glace, elle marqua un arrêt. Ses yeux la faisaient souffrir, tout comme ses tempes, mais elle voyait bien que tout ce qu'elle portait n'était pas à elle. Rougissant légèrement, elle avala deux aspirines d'un coup et troqua les vêtements d'Helmett contre ses propres sous-vêtements, enfila sa tenue d'espionne et, par-dessus encore, mis un jean et un sweat. En attendant que son mal de crâne passe, elle s'observa dans le miroir. Son visage était marqué par des cernes, et elle poussa un profond soupire.

« Vous êtes plus que nulle ma chère ! », qu'il avait dit. Elle se mordit la lèvre. Pourquoi devait-elle se rappeler des plus désagréables paroles qu'il avait pu lui dire ? Ses mains agrippèrent le rebord du lavabo et ses jointures blanchirent. Natalia laissa quelques larmes couler. Elle était nulle. Elle était devenue nulle. Comment ? Pourquoi ? Elle était pourtant douée. Pourquoi tant de relâchement ? Était-ce le fait d'avoir revu Bucky qui l'avait à ce point troublée ? Non, sans doute. Elle devait juste se reprendre ; elle ne laisserait pas cette mission mal se passer. Elle assurerait. Elle allait prouver à Helmett qu'elle était toujours aussi compétente ! Qu'il pouvait lui faire confiance, qu'il n'avait aucune raison de la détester ! Dès que son mal de crâne s'atténua, elle retourna dans la chambre, plus déterminée que jamais. Elle prit le temps d'observer l'homme, assise sur une chaise.

Qu'il était calme. Y'a pas à dire, il était plus facile à vivre endormi. Mais bon, Helmett ne serait plus Helmett s'il n'était pas chiant, et ce ne serait pas drôle, ni aussi intéressant. « Vous me pourrissez la vie ! ». Natalia ferma les yeux et posa une main sur son front. Maudite Russie (ne demandez pas pourquoi). Des flashbacks de la veille lui revenaient. Il y avait autre chose avant, n'est-ce pas ?... Elle se concentra pour retrouver sa phrase, quitte à rechoper sa migraine. « Je suis votre chef et je m’inquiète pour vous ! Vous êtes une inconsciente ! Vous me pourrissez la vie ! ». Retrouvant finalement sa phrase, elle fut légèrement rassurée, et un léger sourire s'étira sur ses lèvres.

Natalia se leva et s'assit à côté du lit. Elle passa une main sur le front et dans les cheveux d'Helmett, et osa même, après hésitation, déposer un baiser sur sa joue.

- Natalia : Debout... C'est l'heure du Réveil du Tyran... On a des choses à faire, aujourd'hui.

Elle parlait évidemment de la raison de leur présence en Californie; éradiquer Cobra une bonne fois pour toute.




© Lou'

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Billy F. de Kerangal

avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Lun 5 Aoû - 13:01

Helmett Jason Reecey a écrit:


Boom boom boom boom
« Go to Hell, honey »

Helmett & Natalia


Les rayons du soleil entrant par les grandes fenêtres chatouillèrent le sommeil d'un Tyran. Est ce vraiment la chaleur solaire ou est ce plutôt la touche charnelle chaude et réconfortante d'une condamnée qu'il l'a réveillé ? Helmett n'en savait rien. En tout cas, il était de bonne humeur malgré l'inconfort de sa carapace de tissue. La fatigue avait prit les devants et il avait errer dans les songes. Un peu trop d'ailleurs. La veille lui semblait lointaine, du moins au moment où il s’allongea sur le lit. Une phrase. Pas sure. Résonna plusieurs fois dans son crâne. Mais les efforts étaient vains pour s'en souvenir. Bizarre, il n'a pourtant pas une mauvaise mémoire. Le plus pénible était qu'elle semblait importante. Théoriquement, la seule personne capable de lui parler avant qu'il atteigne la frontières des rêves était Natalia. Il devra donc lui demandait. Une douleur dans l'estomac le gêna soudainement. De la peur ? C'est si grave que ça...ou important ? Il ne manque pas de courage d'habitude...C'est à n'en plus rien y comprendre. Comment une femme peut le désarmer en une phrase ? Des émotions ? Dans un lit ? Non arrête c'est vraiment glauque. Sérieusement, la russe est vraiment une personne étrange. Il doit se ressaisir et ne pas perdre la face devant une agente. Sa conscience lui crie qu'il a eu tord. Est ce un remord ? Probablement. Il sait ce qui lui reste à faire.

Il ouvrit les yeux avec difficulté et rencontra le visage de la russe. Le réveil le rend faible et lent dans son temps de réaction. Il fit un léger bond et se rassit correctement, reprenant tout ses esprits.

- Helmett : Salut....

Sa voix lui paraissait trop faible et petite. Cela ressemblait plus à un murmure qu'un simple bonjour. Helmett fronça les sourcils. Non pas qu'il était énervé contre l'espionne d'aussi tôt matin mais énervé contre lui. La mission était peut être des plus pénibles, certes il y avait des efforts à faire, certes l'ennuie est insupportable mais il ne devait pas tout faire échouer.

L'anglais s'assit en tailleur. Les draps rejetés sur ses genoux, il fixa la russe avec son habituelle expression d'indifférent totale.

- Helmett : Déshabillez vous.

Mince pas de vouvoiement. Helmett se frappa intérieurement.

- Helmett : Déshabille toi et vient dans le lit.

Son regard restait sérieux et pesant sur la brune jusqu'à ce qu'elle s’exécute. Par bonne manière il choisit de s'occuper du petit déjeuner comme argument pour détourner les yeux et cacher sa rougeur juvénile derrière le menu. Il composa le numéro et alla chercher la commande à la porte. Service très rapide dans ces grands hôtels. S’assurant que Natalia soit bien dissimulé sous la couverture, il reprit son teint naturel et plaça le plateau entre eux deux.

Un certain stress le prit par surprise et des bouffés d'air chaud le firent transpirer. Se sentant étouffer, Helmett enleva sa robe de chambre. C'est encombrant de toute façon. Maintenant qu'il était plus à l'aise, il se rassit sans rien dire et serra la couette pour dissimuler sa nervosité. Ses mains tremblaient légèrement. Quelle drôle de sensation. C'est pourtant pas la mer à boire, simplement nouveau.    

Perdant peu à peu du courage, il baissa la tête et soupira fortement. Il ne devait surtout pas croiser le regard de la femme. Surtout pas. Il doit être complètement concentré pour ne pas craquer.

- Helmett : Natalia je voulais te dire que.... ce que j'ai dis hier soir était des.....bêtises. Tu n'as pas à t'en vouloir, j’étais énervé par mes points et je t'ai crié dessus alors que tu étais bourré. Quand je suis descendu, j'ai crus que tu avais oublié la mission et c’était bête de ma part de penser à ça. Tu était fatigué et tu pouvais te changer les idées. Puis toute seule dans une salle immense, c'était trop facile de se perdre. J'ai mal agis contre toi et je m'en veux. De plus on est une équipe et je te hurle dessus alors que tu es tout autant compétente que moi. Je veux dire....je me lance pas des fleurs hein ? Je pense que j'ai pas l'habitude de bosser avec quelqu'un, en binôme. Mais c'est ma faute, j'aurais du comprendre depuis le début que je serais plus le chef. Je devrais arrêter d'être toujours irrité pour rien. Voila je suis ridicule, je te fais pas confiance alors que tu....Je sais pas quoi penser sur toi. Je suis peut être en train de faire une connerie. Mais je devais te le dire. Je te déteste pas. Au contrainte je....t'apprécie. Je suis vraiment stupide par moment. Enfin je le dis rarement mais je suis désolé. Je te demande pas de me pardonner, tu as le droit de m'en vouloir et de plus me parler. Je t'en voudrais pas.... Mais au moins pour cette mission, faisons la paix.

Il n'osait pas relever la tête. Un petit sourire triste se dessina sur son visage alors qu'il essayait de retenir ses larmes. Un sentiment étrange de tristesse l'envahissait. Et même si il venait de tout avouer avec sincérité, il pesait encore ses mots.




© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   

Revenir en haut Aller en bas
 
04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sherman M4A1 opération COBRA
» Stèle à Saint-Gilles (Normandie)
» Stèle à la Chapelle Enjuger (Normandie)
» [chris33] ravitaillement de munition et carburant pandant l'opération cobra
» M4A1(76mm) - Opération Cobra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Test & Stockage :: Archives :: Natalia L. Alinovitch-
Sauter vers: