AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Dukett
Admin
avatar

Messages : 382
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Sam 10 Aoû - 22:47



Boom boom boom boom
« Welcome to California, honey. »

Helmett & Talia

Natalia se forçait à ne pas écouter ses petits commentaires. Toujours désagréable, pour ne pas changer. Elle termina son récit, les yeux braqués sur Helmett, au bord du vide. L'envie de réduire leur distance jusqu'à l'annihiler la séduisait ; mais elle s'en empêcha. Ce n'était le moment de lui attraper le bras, ne serait-ce que pour l'éloigner du bord. Elle doutait à présent de pouvoir un jour retrouver la relation qu'elle partageait avec Helmett avant l'arrivé de Cobra. Ou, plutôt, avant leur deuxième rencontre avec Cobra. Elle qui se vantait d'avoir réussi à dompter le Tyran, de réussir à le supporter sans trop de peine. Si elle s'en sortait, il allait certainement s'arranger pour la faire changer d'escadron. Et il réussirait, parce que, pour une fois, elle ne s'y opposerait pas. C'était peut-être égoïste, mais elle ne pourrait plus jamais le regarder sans souffrir. Qui le pourrait, en voyant à quel degrés de suspicions elle était tombée pour lui ? Il était clair que leurs mois de collaboration étaient parti en fumé. Helmett avait raison sur un point ; Cobra était intelligent. Et il fallait croire que Cobra avait décidé de détruire sa vie jusqu'au bout. La meilleure chose qui lui restait encore à faire était de changer de spécialisation, d'oublier Helmett et de se concentrer uniquement sur le SHIELD. Boulot, chien, dodo. Sa vie ne se résumerait plus qu'à ça mais, si elle pouvait être pilote, elle réussirait certainement à tenir le coup.  Pour le moment, elle avait juste envie de lui balancer son flingue à la figure avec assez de force pour qu'il ai un hématome. Mais elle se contenta de le jeter à ses pieds.

- Helmett : C'est vrai. Les excuses ne servent à rien. Je ne changerais pas. Mais si tu crois avoir quelque chose de spécial. Comme réussir à me considérer comme ton...coéquipier. Explique moi pourquoi moi ? Je veux plus entendre mes pensées. Pourquoi moi et pas un autre ? Tu avais le choix ? Pourquoi résister ? Pourquoi ne pas partir ? Je suis un connard. Un grand con. Je te dégoûte. Il n'y a aucune raison d'être aussi masochiste. Dit moi pourquoi ma présence ne te répugne pas. Pourquoi jouer ta vie pour avoir une infime confiance de ma part ?

Natalia sentie sa gorge se serrée. Alors les voilà, le moment et le lieu ? A ce stade si pathétique de leur relation qu'elle savait que se dévoiler ne servait plus à rien ? Ça n'avait plus aucune importance, de toutes façons. Qu'elle lui dise où qu'elle ne lui dise pas. Ils accompliraient leur mission dans la froideur de leur relation, et même leur couverture tomberait à l'eau. Elle ne pourrait plus la jouer décemment en sachant tout ce qu'il venait de lui dire. Qu'il croyait dur comme fer à cette illusion – au fait qu'elle soit Cobra. Oui, elle allait lui dire, et après ? Si elle ne mourrait pas, il la ferait renvoyer. Elle deviendrait pilote, elle s'occuperait de son chien et s’obstinerait à l'effacer de son esprit. Si elle mourrait et bien, ma foi, tant mieux. Dans les deux cas, les seuls regrets qu'elle pourrait connaître serait de ne lui avoir rien dit, ou que Tybalt n'ai plus de maîtresse. La russe croisa les bras sur sa poitrine et lui tourna de nouveau le dos, pour s'approcher elle aussi du bord, jetant un coup d'oeil au sol, bien plus bas.

- Natalia : Pourquoi ?... Elle serra les dents, et sentit sa gorge se nouer. Parce que je t'aime. souffla-t-elle doucement, pour elle-même. Pas sûr qu'il ai pu l'entendre.

Et puis, elle explosa.

La jeune femme releva la tête vers lui, plus déterminée que jamais. Sa voix s'éleva, porté par le désespoir, la tristesse, par ses ailes coupées qui tentaient pourtant encore de l'élever vers le soleil et sa chaleur réconfortante, en vain.

- Natalia : Parce que je t'aime ! Elle criait presque, et quelques sanglots non contenus vinrent la couper dans son élan. Elle reprit rapidement ; Parce que je t'aime, parce que je suis tombée amoureuse de tous tes putains de défauts ! Alors d'accord, au début, c'était un jeu. Je voulais avoir le mérite de réussir à tenir avec toi, d'être celle qui réussirait à supporter Tyran, d'être méritante et respectée !... Mais après, ça à changé. Parce que tu n'es pas vraiment un Tyran. Je me foutais de ce que pouvais penser les autres de mon sois-disant exploit. J'ai commencé à te voir comme un ami, à t'apprécier. Vraiment. Et puis la dernière fois, quand tu t'es pris cette bombe dans la gueule... Je me suis fait plus de soucis que prévu. Je suis restée avec toi tout le temps, pas pour te surveiller et protéger les médecins au cas où, comme je l'avais fait croire, mais parce que je n'arrivai pas à me résigner à te laisser seul dans cet état. Et puis ça à muté – sans mauvais jeu de mot. Avec ce que je t'ai raconté tout à l'heure, tu dois pouvoir comprendre que je n'assumais pas ce que ressentais. J'avais peur, Helmett, tellement peur d'avoir un nouveau Nikolaï. Mais tu n'es pas Nikolaï. Je l'ai compris quand on était en bas, quand ils t'ont assommé. J'ai compris qu'on risquait d'y laisser la vie, et j'ai compris que je ne pouvais pas me mentir plus longtemps ; je t'aimais...

Natalia buta quelques secondes, trouvant que l'emploie de l'imparfait était, justement, imparfait. Parce que ce n'est pas en une heure qu'on n'aime plus quelqu'un, et que, suivant cette logique, elle l'aimait encore. Elle reprit pourtant, après avoir essuyé ses yeux, d'une voix qui tremblait ;

- Natalia : Et puis j'étais heureuse. J'étais heureuse parce que toi, tu es loin d'être parfait. Mais j'appréciais autant tes défauts que tes qualités, parce que sans eux, tu n'étais pas le Helmett que je connaissais. Et tel que je te connais, je savais que toi, tu ne me trahirai jamais. Mais tu as fait pire... De désespoir, elle se laissa tomber à genoux, hoqueta, renifla et reprit d'une voix légèrement saccadée ; Tu as fait pire. Tu as cru que moi, moi qui pourrait donner ma vie pour toi, t'avais trahi. Et tu es tellement hermétique à la vérité que tu continus à me balancer que je suis un agent de Cobra, sans chercher à voir que tes paroles sont totalement incohérentes ! Ouvre les yeux ! Comment je pourrais te trahir ?...

Elle laissa s'écouler quelques secondes, pour reprendre son calme. Bordel. C'était plus difficile que prévu.

- Natalia : Pourquoi toi ? Je ne sais pas. Ça aurait pu être n'importe qui. Ça aurait pu être quelqu'un de beaucoup moins tordu que toi. Mais non. C'est toi. J'y peux rien, j'ai pas choisi. Je t'aime... lança-t-elle, amère.

Natalia poussa un long et fastidieux soupire. Poussant sur ses jambes, elle se releva. Et maintenant, dès qu'elle serait apte à le faire, elle annihilerai toutes formes de sentiments et deviendrait comme Spock. Même si cela devrait lui prendre des années.

- Natalia : Mais je présume que tu t'en fiches, de tous ça. fit-elle d'une voix triste. En tous cas, j'ai une chose que va te réjouir ; avoir retrouvé Cobra et mon passé ne fait pas partie de la mission. Je te rappelle que Cobra enlève de pauvres innocents pour essayer de les transformer en mutants, et c'est pour ça que nous sommes ici, pas pour que je règle des différents avec un passé que j'essaie d'oublier. D'ailleurs, pourquoi est-ce qu'il t'obsède autant ? glissa-t-elle en essayant de faire cesser l'écoulement de ses larmes.

Natalia aurait aimé ne pas avoir à le regarder. Lui tourner le dos, fuir et ne plus l'entendre parler. Mais elle ne pouvait pas, et aussi décida-t-elle de purger le mal par le mal, en verrouillant son regard au sien, attendant ses décisions.

Tout ce dont elle avait envie, là, tout de suite, c'était de se glisser dans ses bras, de se lover contre son torse, de l'embrasser de se faire consoler, d'être rassurée. Mais tout ça, c'était terminé. Elle devait tourner la page, elle ne pouvait plus le toucher. Ne serait-ce que glisser ses doigts entre les siens relevait à présent du fantasme. Et c'était peut-être ça le pire ; se souvenir que cette nuit encore, ils dormaient ensemble. Que ce matin, il l'avait enlacé, ils s'étaient tenus la main, et même embrassés. Ou bisouté - peu importe, ça revenait au même. Qu'il semblait lui faire confiance, et même s'inquiéter pour elle. Et qu'il n'avait fallu qu'un quart d'heure pour que tout ça parte en fumée - sans oublié qu'au fond, ce n'était que l'illusion de leurs obligations. La couverture. Et c'était peut-être ça, qui faisait le plus mal.



© Lou'

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Billy F. de Kerangal

avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Sam 10 Aoû - 22:49

Helmett Jason Reecey a écrit:


Boom boom boom boom
« Go to Hell, honey »

Helmett & Natalia


La situation était pathétique. Il ne manquait plus qu'un couché de soleil et un bisou pour terminer ce tableau surélevé de la romance au cinéma. Mais non. Helmett n’apparaîtra jamais dans une scène purement cliché. Ses poumons quémandaient plus d'air mais son souffle s'affaiblissait, son cerveau ordonnait mais ses membres réfutaient. Il ne bougeait plus, ne réfléchissait plus. Après la déclaration de la russe, les cris et autres exclamations s'étaient dispersés avec les courants du vents. Un silence pesant autour d'eux, retombait insensiblement. Cohabitant avec les battements frénétiques de son cœur. Le bourdonnement dans ses oreilles, écourtait tous les sons extérieurs pour ne faire résonner qu'elles seules, les paroles de Natalia. Elles s'étaient vraies, touchantes et tranchantes à la fois. Une sensation d’étrangeté l'envahit finalement et il tourna la tête pour soumettre son regard à celui de la femme. Désarmé. Il était désarmé. Ses émotions était lisible. Étonnement. Honte. Déception. Perplexité. Le tout s'adressait à la jeune femme, plus éloignée, qui le fixait dans le blanc des yeux. Il ne parlais pas non plus. Sa gorge était serré, sèche. Seul son souffle mimait sa respiration calciné. Que devait-il répondre ? Helmett avait à peine suivit la tirade de la russe. Il n'encaissait pas les premiers mots ni les sentiments pour lui. C’était impossible. Est-ce parce qu'il partageait les mêmes ? Ou plutôt avait-il peur ? Peur d'une chose que personne ne peut éviter sans souffrir ? Oui. Sûrement. Mais Helmett n'allait pas y succomber. Non. Pas ici. Pas maintenant. Jamais peut-être ! Peu importe la douleur d'après et les souvenirs d'avant ! Le présent n'était pas Natalia mais une mission dangereuse. La vie de milliers de personnes pouvait être sauvé par l'intervention du SHIELD. Grâce à ses agents. Pas autres choses que des agents. Sans sentiments.

- Helmett : je suis désolé Natalia...

Désolé de tellement de chose. D’avoir tout fait foirer. D'être personnel. De ne pas avoir de cœur. De ne pas être l'homme que tu crois voir. Un salaud égoïste et fanatique de son boulot ne montre pas ses sentiments réciproques à son entourage ou à sa bien-aimée. Natalia est une femme qui cherche un amour passionné. Désolé mais la petite russe chamboulé par son passé s'est trompée de personne. L'anglais ne changera pas pour un sou. La couverture n'était qu'une petite comédie. Et Helmett n'avouera jamais qu'il en a apprécié un bout.

- Helmett : J'appelle le SHIELD.

Il brisa enfin le contact visuel entre lui et elle. Il empoigna un appareil d'alerte, discrètement dissimulé dans son pantalon, et le posa à terre. Le signal prévenait la base du SHIELD d'un quelconque échec ou demande d'aide. Un hélicoptère arriverait rapidement pour les récupérer. Rapidement. C'est vite dit. En tout cas, l'engin silencieux et invisible, grâce aux plaques réfléchissantes, n’interpellera personne dans le parc.

Helmett savait qu'il faisait une erreur en les appelant. Une chose qu'il ne faisait jamais, sauf une fois sa mission bouclée. Il s'attendait à des moqueries et des messes basses après ça mais qu'importe. Il ne pouvait continuer dans ses circonstances, idem pour Natalia. Elle pestait la pitié à tout rompre. La russe devait être fatigué. Tout ce remue-ménage les avait affaibli.

Quand le moyen de locomotion arriva, Helmett s’empressa d'entrée à l'intérieur et d'expliquer leur situation en présence de la russe. Il mentit, sans regarder Natalia, sans la repousser, sans l'ignorer. Son naturel calme et sérieux s’efforçaient. Sinon il allait s’effondrer pitoyablement devant les autres agents.

- Helmett : Il n'y a plus signe de vie dans le bâtiment. L'ennemi a fuit par l'intervention d'une explosion. Il est préférable d'envoyer plus d'équipes pour une inspection plus poussée et complète. Certains murs écroulés bloquent les entrées. J'attends une meilleure analyse des lieux pour faire un rapport. Je laisse les experts à leur travail. Et.... l'agent Alinovitch souffre de légère blessure.
- Agent/ Copilote : Et vous ?
- Helmett : De neurasthénie...

Il l’annonça sans un trait d'humour. L'anglais s'éloigna, réglant quelques petits détails et demandant de les conduire au SHIELD pour faire le point. Il n'arrêtait pas sa mission, au contraire il affinait les chances de trouver Cobra. Dans les bureaux de l'héliporteur, l'agent trouverait des pistes sur leur objectif. Par contre, l'anglais doutait sur les intentions de la brune. Allait-elle le suivre ? Qu'importe. Le temps d'arriver au SHIELD, il serait déjà très tard et une bonne nuit de sommeil laisserait place à une profonde médiation.


© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dukett
Admin
avatar

Messages : 382
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Sam 10 Aoû - 22:50



Boom boom boom boom
« Welcome to California, honey. »

Helmett & Talia

- Helmett : Je suis désolé Natalia...

Désolé ? Mais désolé pour quoi ? Désolé pour avoir douter d'elle ou désolé de ne pas partager ses sentiments ? Désolé pour ce qui allait suivre ou pour ce qui était fait ? Natalia chercha longtemps dans les yeux d'Helmett une réponse à ses questions qui la torturaient. Parce que même si, quelques instants plus tôt, elle aurait mis sa main à couper que son amour n'avait aucun avenir et devait juste être étouffé, elle voulait espérer, à présent. Elle voulait croire que tout n'était pas perdu, même si elle avait encore le cœur au bord des lèvres et les yeux rouges. Ses glandes lacrymogènes avait encore un peu de larmes en stock, mais ce ne serait pas pour maintenant. Elle était trop concentré à guetter une lueur dans ces yeux, une étincelle qui l'aiderait à y voir plus clair. Mais il n'y avait rien – un profond trouble tout au plus. Un profond trouble... Pas de dédain, pas de dégoût. C'était l'espoir qui renaissait de ses cendres, tel un phénix encore timide qui attendait son nouveau plumage.

- Helmett : J'appelle le SHIELD.

Et il détourna les yeux, empêchant l'agente d'y chercher la flamme qu'elle voulait y voir. Mais elle avait reprit espoir, et c'était l'essentiel. Il y a pire que la mort ; il y a la perte de l'espoir. Et Natalia était Russe ; elle était forte. Mais pourquoi appeler le SHIELD ? Il voulait la faire expulser de la mission ou ?... Elle s'inquiétait légèrement. Tyran n'était pas du genre à appeler le SHIELD pour rien. Dès que l'hélicoptère arriva, Helmett fonça à l'intérieur. Natalia le suivit avec plus de réserve ; elle devait faire comme d'habitude. Ne pas alarmer qui que se soit, et jouer le jeu. Elle avait juste peur que la fatigue la submerge et qu'elle ne puisse plus contrôler ses émotions. Mais ça, elle ferait tout pour l'éviter, quitte à piquer une crise. Comme à son habitude, elle s'assit à côté de son chef. Elle arborait un air las, et regardait fixement le sol, le regard vide, mais l'oreille tendue.

- Helmett : Il n'y a plus signe de vie dans le bâtiment. L'ennemi a fuit par l'intervention d'une explosion. Il est préférable d'envoyer plus d'équipes pour une inspection plus poussée et complète. Certains murs écroulés bloquent les entrées. J'attends une meilleure analyse des lieux pour faire un rapport. Je laisse les experts à leur travail. Et... l'agent Alinovitch souffre de légères blessures.
- Copilote : Et vous ?
- Helmett : De neurasthénie...

La russe écarquilla sensiblement les yeux. Elle cacha mal sa surprise, sur le coup. Elle ne savait pas vraiment comment prendre cette ''révélation'', qu'il avait dit si sérieusement. Une partie d'elle se réjouissait de cette annonce. Peut-être l'avait-il pris au dépourvu ? Tout n'était pas perdu. C'est ce qu'elle se répétait. S'il n'en avait vraiment rien eu à faire, d'elle, il n'aurait pas l'air si chamboulé, n'est-ce pas ? Elle devait faire un peu le vide dans son esprit, ça n'allait plus du tout. Finalement, cette pause – car ce n'était en réalité qu'une pause – était plutôt la bienvenue. Si Helmett s'était levé et éloigné après ces dernières paroles, Natalia, elle, n'avait pas bougé d'un poil. Ou si peu. Elle s'était trouvé un siège avec un plateau, avait croisé ses bras dessus, posée sa tête et somnolé sans retenue. Personne ne vint la déranger, mais on dû la secouer un peu. Et c'est toute décoiffée par son petit somme inopinée et involontaire qu'elle débarqua dans l'héliporteur.

Elle suivit d'abord Helmett, de loin, s'assurant qu'il se rendait bien aux bureaux. Puis elle alla s'enquérir de leurs chambres ; elle récupéra la clef de celle de son partenaire et alla la lui donner. Puis elle se détourna pour quitter la salle. Elle n'avait pas encore bien décidée si elle le fuyait, si elle continuait à faire comme avant tout ce bordel ou si elle tentait (sans bien savoir comment) de le séduire. La troisième possibilité s'effaça bien rapidement, alors qu'elle arrivait dans sa chambre. La jeune femme ferma la porte derrière elle se déshabilla en chemin vers la douche. Elle fit couler de l'eau glacé sur son corps, en soupirant de soulagement. Elle allait se tenir à distance, terminer la mission et... Et elle aviserait. Voilà ce qui lui semblait être le plus judicieux.

Sa douche faite, elle enfila des sous-vêtements et ouvrit l'armoire de la chambre. Elle attrapa une combinaison grise, fait d'un tissus à la fois résistant, confortable et souple ; pas question de dormir dans sa tenue extra moulante d'agent ! Autant profiter des « pyjamas » du SHIELD. Quand elle se glissa dans ses draps, le sommeil la gagna rapidement. Elle s'éveilla en sursaut environ une heure plus tard, tremblante. Un cri mourut étouffé dans sa gorge. Assaillit par les cauchemars, elle alluma la lampe et se calma. Elle relativisa, et se recoucha. Mais le sommeil la fuyait, à présent. Elle ne parvenait pas à se débarrasser totalement de sa peur, et ses interrogations lui revenait à l'esprit. En plus, elle pensait trop. Et elle se sentait seule. Elle défit sa couette, la cala entre ses jambes et contre sa poitrine, mais ce ne fut pas suffisant. Alors, elle fit la chose la plus bête au monde (parce qu'elle était déterminée à ne pas le faire). Elle se leva.

Elle se leva, elle enfila ses bottes et quitta sa chambre. L'agente marchait d'un pas rapide dans les couloirs, son cœur battant à tout rompre. Elle ne savait pas où elle allait, mais elle y allait. Enfin, il était plus exact de dire qu'elle savait où elle allait, mais qu'elle ne voulait pas le savoir, qu'elle feignait de ne pas vouloir s'y rendre et s'y rendait quand même. Ouais, c'est compliquée, les russes. Quand elle se retrouva face à la porte de chambre d'Helmett, l'agente eu un bref mouvement de recul. Elle avait quand même un sacré toupet de venir le déranger à cette heure – en espérant qu'il y soit. Surtout après tout ce qui venait de se passer. Et puis, elle comprit qu'il ne fallait pas qu'elle cherche à être ce qu'elle n'était pas. Chassez le naturel, il revient au galop. Et Natalia était une femme qui savait ce qui voulait. Et elle voulait Helmett. Une femme qui n'avait pas peur d'oser, et qui ne reculait devant rien. Au caractère un peu explosif, mais qui profitait de la vie. Des qualités et des défauts que son chef semblait apprécier. Et puis, se cacher n'était pas son fort, quand elle n'était pas en mission. Rassurée sur ce point, elle n'eut aucun remord à pénétrer dans sa chambre.

Natalia n'eut aucun mal à se repérer dans le noir ; les chambres étaient toutes les mêmes. La gorge serrée, elle fonça directement sur le lit et se cala contre son coéquipier. Un sentiment de bien-être et de sécurité la calma immédiatement mais, en même temps, elle était légèrement angoissée à l'idée qu'il puisse la chasser méchamment. Pinçant les lèvres, son front ne mit pas longtemps à trouver le creux du coup de l'anglais. Déjà, ses mauvais rêves n'étaient plus qu'un souvenir ténu. Elle luttait juste contre quelques larmes, pour ne pas rendre la situation pathétique.

- Natalia : J'ai peur. J'arrivais plus à dormir. se défendit-elle rapidement. J'ai fait des cauchemars... Mais là, ça va mieux.

Elle poussa un petit soupire de soulagement pour accompagner ses paroles, même si, en réalité, elle avait toujours une boule dans le ventre et la gorge serrée en attendant sa réaction. Elle ne voulait pas partir, parce qu'elle savait que s'il la renvoyait dans sa chambre, elle serait de nouveau la proie des cauchemars et ne dormirait pas... Bon, d'accord, ce n'était pas la meilleur raison pour expliquer qu'elle veille rester, mais c'était probablement la plus excusable.



© Lou'

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Billy F. de Kerangal

avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Sam 10 Aoû - 22:51

Helmett Jason Reecey a écrit:


Boom boom boom boom
« Go to Hell, honey »

Helmett & Natalia


Pendant tout le trajet, l'anglais resta assis dans le siège inconfortable de hélicoptère. Il lui tardait d'arriver et de se coucher dans un bon lit douillet. Sa lutte contre la fatigue était palpitante. Le coude appuyait contre sa tablette et le menton dans sa main, il détaillait les nuages par le hublot, jusqu'à ce qu'ils disparaissent avec le soleil. Helmett lâcha un soupir nerveux. Il détestait interrompre son travail. Mais un certain soulagement le conquit quand il fut persuadé qu'il avait fait le bon choix. L'anglais tourna son regard ailleurs pour s'occuper à nouveau. Ses yeux se posèrent sur la russe. La tête enfouit dans les bras, elle roupillait paisiblement. Helmett esquissa un sourire. Il chercha à le dissimuler derrière sa main avec beaucoup de peine. La russe était mignonne. Et très calme dans son sommeil. Il continua à la fixer, ignorant la possibilité qu'on le remarque et échappa son regard sur le corps de la femme. Un rougissement honteux le déstabilisa aussitôt. Il tourna la tête pour se cacher. Depuis quand il fantasmait sur le corps de Natalia ? Ce trop d'émotion avait du lui monter à la tête !

Quand ils arrivèrent enfin à la base, Helmett fonça sans s'arrêter jusqu'à sa chambre. C'était toujours la même qui lui était reversé. Non pas qu'on lui faisait une faveur, mais simplement et purement par habitude. Il avait souvent passé des nuits dans l'héliporteur pour terminer un dossier ou un rapport particulièrement virulent. L'anglais se souvient surtout de ses nuits blanches où il restait éveillé à l'aide d'une machine à café. Son chez-soi ne lui manquait pas. Personne ne l'attendait. Et même maintenant si sa cousine s'y trimbalait de temps à autres, il ne pouvait ignorer son travail pour la surveiller.  

Entrant dans sa chambre, il se déshabilla rapidement. Jetant ses affaires au sol et pestant contre ses courbatures. Le londonien fit craquer une de ses épaules puis alla se coucher. Parmi les draps, il tira sur le tissu froid dans l'espoir d'obtenir un peu de fraîcheur. Un sommeil sans rêve le gagna docilement et le berceau de Morphée lui ouvrit les bras.

Pas plus tard qu'une heure, un son presque imperceptible le réveilla de peu. Il somnolait encore, ne comprenant pas ce qui lui arrivait. Très vite, une forme chaud et vivace vint se positionner dans son dos. Helmett savait de qui il s'agissait. Pas besoin de se retourner pour savoir à qui appartenait les cheveux qui lui chatouillaient le cou. Elle avait beaucoup de cran tout de même. Certaines filles n'auraient pas eu le courage d'aller dans la chambre d'un homme en pleine nuit. Surtout quand on a des sentiments coupables envers la gente masculine présente dans ce lit. Helmett avait peur de la suite.

- Natalia : J'ai peur. J'arrivais plus à dormir. J'ai fait des cauchemars... Mais là, ça va mieux.

Helmett poussa un grognement comme réponse. Un grognement de fatigue. Il ne voulait pas servir de doudou pour la russe. Et puis c'est un très vilain mensonge et une excuse bidon. Mais il n'avait plus la force ni le courage de l'envoyer balader. Si elle veut restait, qu'elle reste. Ce n'est pas dérangeant. Elle tient chaud. Trop chaud. Le londonien respirait fortement et suait sans raison.  Sentant qu'il ne contenait plus et qu'il mourrait d'étouffement sous sa couverture. L'anglais décida qu'il était grand temps de prendre prendre une douche. Il alluma d'un geste la lampe de chevet et se leva rapidement du lit. Il bouscula par même occasion la brune. Se souciant de la réaction de la russe, il se retourna pour la prévenir. C'était bête certes mais tant pis. Il allais l'informer quand il se rendit compte qu'il était complètement nu. Gêné, il cacha ses « grelots de gentleman » et partit dans la direction de la salle de bain en bégayant.

- Helmett : J'vais m'doucher !

Dans la pièce d'eau, il se terra dans la cabine. L'eau colla sur son corps endormi et lava son visage du rougissement enfantin.  


© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dukett
Admin
avatar

Messages : 382
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Sam 10 Aoû - 22:53



Boom boom boom boom
« Welcome to California, honey. »

Helmett & Talia

Helmett ne lui répondit pas. Il grogna simplement, et cela la fit sourire. Un tout petit peu. Il ne la chassait pas, il ne lui crachait même pas son venin à la figure. Tant mieux. Elle était bien, contre son dos, même si elle aurait préféré être dans ses bras. Oh, elle n'allait pas se plaindre ! C'était déjà beaucoup. Elle ne comprenait toujours pas quelle courage imbécile l'avait poussé à se glisser sous ses draps, mais le résultat était là. Elle referma ses paupières, lorsqu'il alluma la lampe d'un geste rapide et se leva prestement du lit, la bousculant un peu. Retombant la tête dans l'oreiller, elle ouvrit de grands yeux en fixant son partenaire – et elle eu une jolie vue sur son fessier. Aaaah bon ? Il était nu ? Ses yeux ne s'y attardèrent pas, elle cherchait plutôt son visage, se posant une question cruciale : C'était-elle trompée ? Finalement, il ne voulait pas d'elle et la chassait ?

Helmett se retourna alors vers elle. Bien qu'ayant les yeux là où il fallait, je vous apprendrez que nous possédons un champs de vision assez élargie. Aussi, si la russe se força à fixer son visage avec obsession pour ne pas regarder plus bas, et bien... Elle ne pu que voir, malgré elle, ce ''plus bas''. L'agent cacha rapidement ce qui faisait de lui un homme, et se dirigea vers sa salle de bain en bafouillant qu'il allait prendre une douche. C'était un spectacle absolument adorable. Et drôle. Et déroutant. S'il y avait eu quelqu'un d'autre dans la pièce, il aurait put apercevoir le moment d'absence de Natalia, qui n'avait pas bougé les yeux et continuait à fixer un point invisible.

Jusqu'à ce qu'un énorme sourire fende son visage en deux.

Sourire qu'elle tenta de réprimer sans succès. Alors, elle se cacha le visage dans un coussin en pouffant. Elle avait l'exaspérante impression que cette réaction était celle d'une adolescente, mais elle n'y réfléchit pas plus. Son esprit était bien trop occupé à trouver une explication logique et rationnelle à tout ça. C'est vrai quoi ! S'il l'avait chassé, elle aurait été triste, certes, mais elle aurait su où elle en était. Alors que là... Là... Elle était perdue.

Et son sourire gourmand ne voulait pas disparaître.

Helmett avait un très beau corps, elle ne pouvait pas le nier. Et il était juste trop mignon, dans sa façon de se cacher, gêné, et la rougeur qui assaillait ses joues... Et puis bon, à charge de revanche ! N'était-ce pas lui qui, après s'être excusé deux matins plus tôt, l'avait fait se déshabiller pour le rejoindre dans le lit ? Alors d'accord, il avait tourné le regard et l'avait laissé se couvrir. Mais après, il l'avait bien allongée sur le lit pour l'embrasser, et le drap avait depuis longtemps glisser de sa poitrine. Certes, elle avait commencé à l'embrasser. Mais il avait continué. Et... Il ne fallait plus y penser. Il dormait nu. Et elle, elle avait une combinaison grise dont la fermeture était remontée jusqu'au menton...

Son sourire fana, un peu, et elle se cacha sous les draps.

Et puis merde ! Pourquoi était-elle là, d'abord ? Esseulée, la jeune femme se remit à trembler. Ah ça, c'était fort. Caché entre ses draps et son matelas, elle était enveloppée dans un cocon qui portait son odeur. Et ses crises d'angoisses revenaient. Elle se roula en boule, en position fœtal, et ne fit plus aucun bruit. Elle respirait le plus lentement possible pour entendre l'eau qui coulait sous la douche. Avec lui à l'intérieur. Elle ferma les yeux ; il était là, dans la pièce d'à côté. Il n'était pas mort, comme le suggérait tous ces mauvais rêves. Elle avait contribué à le sauver, elle n'avait pas assister, impuissante, à son exécution. Natalia laissa glisser la fermeture de ce qu'elle appelait le « pyjama d'espion », afin d'être moins serrée et de pouvoir mieux respirer. Elle finit par émerger de sous les draps et s'assit en tailleur sur le matelas, les yeux rivés sur la porte de la salle de bain. Il n'y avait que lui qui pouvait sortir de cette pièce. Que lui.



© Lou'

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Billy F. de Kerangal

avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Sam 10 Aoû - 22:53

Helmett Jason Reecey a écrit:


Boom boom boom boom
« Go to Hell, honey »

Helmett & Natalia

L'eau rafraîchissante était un vrai bonheur. La température de son corps n'avait fait qu'augmenter depuis l'arrivé de la russe. Depuis qu'elle avait traversé le seuil de la porte et qu'elle s'était vautrer dans son dos. Natalia est une femme pleine de courage en fin de compte. Bizarre qu'un simple petit rêve puisse la réveiller et lui donner des terreurs nocturnes. Alors qu'elle venait de parcourir les couloirs de l'héliporteur en pyjama et dans le noir complet. Helmett tiqua un détail. Natalia venant dans sa chambre, la nuit, pour dormir et l'utiliser comme peluche. Ok. Çà il l'acceptait. Mais les cameras ? Le SHIELD est suffisamment équipé pour détecter une personne dans le noir. Natalia a donc été filmé. Comment expliquer une visite nocturne ? L'agent Reecey et Alinovitch se retrouvant eux seuls la nuit dans une chambre... pour... En tout cas pas pour parler chiffon.  

Helmett se connaissait. Il n'était pas du genre romantique, ni un tombeur. Même si il se savait séduisant, son caractère froid glacerait la première chaudasse venu. L'important était qu'il voulait préserver sa réputation. Alors comment justifier que la russe pouvait se permettre de l'attendrir ? Devenait-il niai et stupide comme tous les amoureux ? Pas question qu'il le soit ! Les câlins et les bisous ne sont pas autorisés en public ! Enfin... si Natalia veut.

L'anglais reposa son front contre le carrelage humide. Venait-il vraiment d'envisager de câliner Natalia ? L'amour ne justifie pas tout. Un câlin c'est quelque chose de...d’affectueux et de..... Helmett se creusa la cervelle pour se trouver une réponse. Malheureusement rien ne lui venait en tête. Rien pour élucider cette envie soudaine et rien pour réprimer le réchauffement de ses joues.

Décidant de ne pas gaspiller l'eau à laquelle sa réflexion était inhérente, il coupa le jet et s'essuya avec las. La fatigue le rattrapait à grand pas. Il soupira. Prendre une douche au beau milieu de la nuit ne lui ressemblait pas. Regagner son lit douillet n'était pas de refus. Il s’empressa donc de sortir, en caleçon et t-shirt – Non, la russe n'allait pas à nouveau se rincer l’œil- et puis il s'arrêta net. Le spectacle qui s'offrait à lui était particulier. Natalia était assisse en tailleur et ses draps formaient un amoncellement chiffonné. Quelques petits monticule d'air supposaient les déplacements furieux de la russe. Qu'avait-elle bien pu faire pendant son absence ? Une guerre s'était déclaré entre la couverture et elle ? Helmett resta stupéfiait longuement. Après un tel carnage, il avait peur qu'elle lui saute dessus.

- Helmett : Si tu a chaud, tu peux prendre une douche.

Il ne voyait pas d'autre explication possible. Reprenant courage, il s’avança jusqu'au lit et s'étendit dessus. Sur le dos, il regardait béa un point invisible au plafond. Le contact visuel avec Natalia était rompu et heureusement ! Ce n'était pas par méchanceté mais purement par fatigue. L'anglais n'avait plus envie de réfléchir. Quelque minutes passèrent. Natalia n'avait toujours pas bougé de place. Il ne savait pas si elle le regardait mais une chose était sur, c'est qu'elle ne faisait aucun bruit. Helmett soupira une fois, puis une deuxième fois. Il fronça les sourcils. Tant pis. Il essaya en partant perdant. Il offrit les yeux timidement et leva les bras. Helmett quémandait un câlin de façon pitoyable. C'est un peu exagéré certes. Mais dans son était actuel, il ne pouvait pas faire mieux.  


© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dukett
Admin
avatar

Messages : 382
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Sam 10 Aoû - 22:54



Boom boom boom boom
« Welcome to California, honey. »

Helmett & Talia

Quand Helmett sortit de la pièce, il avait enfilé un T-shirt et un caleçon. Cela ne la gêna pas le moins du monde, elle ne fut même pas déçu ; la jeune femme n'était pas une nymphomane et même s'il était très bien foutu, ce n'était pas le corps d’Apollon de son coéquipier qui l'attirait (Bon, si, certes, mais c'était autre chose). Le jeune homme aurait pu ressemblait à Captain America avant qu'on le ''dope'', elle l'aurait tout autant aimé. Ce qui lui fit légèrement froncer les sourcils, en revanche, ce fut son arrêt brutal au pas de la porte. Oui ? Venait-il de se souvenir qu'elle était là et qu'elle était indésirable ? Il resta à observer le lit – et elle dessus – un long moment, durant lequel elle n'osa ni faire un geste ni prononcer un mot. Ce fut lui qui brisa le silence ;

- Helmett : Si tu a chaud, tu peux prendre une douche.

Natalia étudia la proposition ; prendre une douche ? Elle n'avait pas chaud, et ses cauchemars ne l'avait pas fait transpirer. De plus, elle n'avait rien à se mettre une fois qu'elle en serait sortie, à part cette foutue combinaison grise qu'elle avait ouvert jusqu'au nombril (mais elle était tellement... Shieldienne qu'on ne voyait rien de son corps, à part une bande de deux centimètre, soit rien d'osé. Du tout). Hormis le fait qu'elle voyait cette proposition comme une invitation à rester, elle ne voyait aucune raison d'aller prendre une deuxième douche en deux heures. Aussi resta-t-elle sagement assise au milieu du lit que, sans faire exprès, elle avait totalement défait.

Après ces paroles, l'agent regagna lentement son lit et s'y allongea sur le dos, fixant obstinément un point au plafond. Si elle, elle l'observait silencieusement, lui ne la voyait pas. Elle serra légèrement les draps entre ses doigts, en se demandant à quoi ils jouaient tous les deux. Suis-moi je tu fuis, fuis-moi je te suis. Même pas ; c'était encore plus compliqué que ça.

Un mouvement attira son attention, la sortant de ses pensées ; un soupire, bien que léger. Hum ? L'agaçait-elle ? Elle pencha légèrement la tête, mais ne se décida toujours pas à bouger. Hésitant encore entre la raison (qui lui disait de retourner dans sa chambre) et son instinct (qui lui intimait de rester). Mais son choix s'imposa de lui-même, aussi évident que son cœur s'était mis à cogner trop fort et trop rapidement dans sa poitrine. Helmett lui offrait un regard timide et tendait les bras vers elle.

Effectivement, son cœur rata un battement. Elle ne bougea tout d'abord pas, se contentant de l'observer d'un air intrigué. La confusion se lisait sur son visage ; que faire ? Appelait-il vraiment un câlin ? La russe ne savait absolument pas quoi penser, mais son corps réagit tout seul. Elle commença à bouger, lentement, pour se rapprocher de lui, comme si elle hésitait encore. Elle entendait les martèlements de son cœur à ses oreilles, si fort, qu'elle avait peur de réveiller tout l'héliporteur. Et puis elle se jeta dans ses bras.

Enfin, « se jeter » n'est pas le mot exact. Disons qu'en comparaison de sa lenteur extrême lorsqu'elle avait commencé à pivoter vers lui, elle avait retrouvé une vitesse de déplacement normal lorsqu'elle s'était glissé entre ses bras. Natalia ne savait pas trop que dire, que faire. Elle pensait trop et, dans toute cette confusion, son instinct avait pris le contrôle. Elle le serra tout d'abord dans ses bras, comme pour vérifier qu'il était bien là, que c'était bien lui. Et une fois qu'elle fut certaine qu'elle n'était pas en train de vivre l'un de ces mauvais rêves, qu'il n'allait pas disparaître soudainement et tragiquement, elle releva les yeux vers lui et se noya dans son regard. Avant qu'elle ne s'en rende compte, elle l'embrassait déjà.


© Lou'

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Billy F. de Kerangal

avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Sam 10 Aoû - 22:55

Helmett Jason Reecey a écrit:


Boom boom boom boom
« Go to Hell, honey »

Helmett & Natalia

Dans cette accolade chaleureuse, Helmett laissa s’épanouir un petit sourire discret. Après tous ses péripéties, il était difficile de rire ou d'éprouver un quelconque bonheur au contact d'une chaleur humaine. Sa attentive d'attaque avait pitoyablement été repoussé et Natalia l'avait suivit. La déclaration pathétique de sa flamme au tyran n'avait pas éméché la sienne. Au contraire, elle avait ravitaillé un ancien petit tas de cendre qui était autrefois son cœur. Les rares braises éparpillées réchauffaient, avec tant bien que mal, ses désirs les uns après les autres. L'anglais ne comprenait pas. Ce n'était jamais arrivé avant. Avant qu'il ne soit un agent. Il avait depuis longtemps banni son passé et son ancienne « carrière » de sa mémoire. Laissant les souvenirs brûler dans un amas de résidu.

La brunette n'avait pas langui sur la proposition et Helmett s'en réjouissait. Un câlin avec Natalia était très agréable et reposant. Mais elle tenait toujours chaud. C'était contraignant mais tant pis. Helmett est un homme. Puis il ne va pas passer sa nuit sous la douche à cause de Natalia. En revanche, il aurait aimé qu'elle ne mette pas le souk dans sa chambre. Le lit est primordial pour la récupération énergétique d'un agent. Même pour L'agent Reecey. À croire qu'elle dormait sans drap ou dans un cocon.

Helmett ferma les yeux et enroula ses puissant bras dans le dos fragiles de la russe. Ne serrant pas trop fort, de peur de briser sa colonne vertébrale. Natalia n'était pas une petite femme fragile, il le savait, mais il ne pouvait s'en empêcher. Le moindre geste pourrait être susceptible de lui faire peur. Et Helmett se l'avouait. Il ne voulait pas qu'elle parte. Quand la brune fut bien installé dans ses bras, il osa créer un nouveau contact visuel entre lui et elle. Helmett la fixa dans les yeux. Se noyant dans la couleur de ses iris. Ils diminuèrent la distance entre leurs lèvres en les clouant à nouveau ensemble. Cette fois-ci, Helmett n'allait pas se lever en rougissant et couinant de frustration. Non il resterait gentiment sur le lit. Par contre, l'anglais ne continua pas le baiser. La fatigue était plus forte. Le londonien se contenta de déposer un baiser papillon sur le front de Natalia en guise de « bonne nuit » et s'endormit aussitôt. Le menton calait sur la tête de la russe, nichait dans son torse.  

Le lendemain matin, l'anglais se réveilla en premier et eut la décence de ne pas secouer sa coéquipière. Il se leva sans faire de bruit et marcha sur la pointe des pieds. Il s'éclipsa de la chambre après s'être habillé dans sa tenue d'agent habituelle et rejoignit le bureau des archives. Quelques agents somnolaient encore et d'autres entamaient leurs troisièmes tasses à café. Helmett salua rapidement ses collègues et s'assit à son bureau. Les papiers et autres informations étaient correctement rangés dans des dossiers. Helmett les sortit tous et les étala sur la table. Il alluma en même temps plusieurs écrans, montrant différents lieux et signaux aux quatre coins du monde. Ceci fait, il se rassit et soupira fortement. Il y avait trop d'endroit. L'anglais se massa machinalement les tempes, se préparant mentalement à la longue journée de recherche qui s’annonçait.    


© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dukett
Admin
avatar

Messages : 382
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Sam 10 Aoû - 22:56



Boom boom boom boom
« Welcome to California, honey. »

Helmett & Talia

La respiration de Natalia était devenue excessivement lente. Comme si elle avait peur qu'un seul souffle puisse briser la magie de ce moment. Elle sentit ses bras glisser dans son dos pour l'emprisonner, et sourit à ce contact. De toutes façons, elle n'aurait pas prit la fuite. Il osa enfin relever le regard vers elle. Ses yeux, de ce magnifique vert qu'elle avait remarqué dès la première fois qu'elle l'avait vu. Assurément la plus belle couleur au monde. Leurs lèvres se trouvèrent d'elle-même en un baiser timide et rapide. Puis il embrassa son front, posa son menton sur le haut de son crâne et s'endormit. Tout contre son torse, un sentiment de sécurité restait vif en elle. Si elle mis plus de temps à s'endormir, ce n'était pas parce que d'affreux cauchemars au goût de sang venait la hanter, mais parce qu'elle profitait de l'instant. Mais on ne tenait pas indéfiniment tête à Morphée, qui gagna la bataille bien plus rapidement que prévu.

Quand elle s'éveilla le lendemain matin, seule dans un lit défait, elle cligna des yeux. Un profond soupire vint troubler le silence de la pièce. Finalement, elle ne savait pas si elle préférait ses cauchemars traumatisants ou ses rêves un peu trop réel pour ne pas lui fendre le cœur. Elle se leva et se mit à chercher frénétiquement ses vêtements. Puis soudain, prise d'un affreux doute, elle alla voir le numéro de chambre. Et elle rerentra dedans en claquant la porte. Un grand sourire aux lèvres. Elle n'avait pas rêvé, puisqu'elle était dans sa chambre. Il n'y était plus, lui, mais elle était bien « chez » Helmett. Ce qui expliquait qu'elle ne trouvait pas ses vêtements.

Ses vêtements. Oups ! Natalia roula des yeux, en remontant la fermeture éclaire de la combinaison grise jusque sous son menton. Elle entrouvrit la porte, compta jusqu'à trois et courut aussi vite jusqu'à sa chambre. Qu'elle rata. Elle freina brutalement et, emportée dans son élan, se prit une autre porte qui s'ouvrait. Elle s'excusa en bafouillant, rouge pivoine, et entra dans la sienne, avant de se rhabiller en vitesse. Alors oui, elle se trouvait ridicule et avait honte. Mais, non, rien ne pourrait attenter à sa bonne humeur.

En chemin vers le bureau des archives, elle se mit à angoisser légèrement. Alors oui, certes, elle allait beaucoup mieux qu'hier et était prête à aller en mission avec lui. Mais... Elle ne savait pas comment ça allait se passer et, pire encore, elle n'était pas certaine de vouloir revoir Cobra. Et Rex. La russe secoua la tête ; son instinct gérait très bien tous ces détails pour elle, alors elle aviserai au moment. Elle entra dans la salle avec son sourire habituel, ainsi, les autres agents mettrait sa mauvaise humeur et son presque début de dépression de la veille sur sa fatigue. Elle parcourut rapidement des yeux les écrans, et ce que faisait Helmett. Un petit sourire en coin apparu sur son visage, lequel indiquait sa fierté du moment. Elle s'assit en face de lui, étira ses jambes qu'elle croisa sur le bureau et se fit apporter une tasse de café, un verre de Vodka et du bacon. Et oui, l'avantage d'être la seule femme de l'équipe, c'était que les hommes étaient, en général, prêt à tout pour vos beaux yeux. Même quand ceux-ci étaient déjà pris, mais... Chut !

Quand elle eu terminé de manger, elle se leva et tapota l'épaule d'Helmett, se penchant dans son dos en tendant le bras pour lui indiquer un écran sur lequel brillait un point rouge.

- Natalia : Ils sont là. J'ai collé une puce à Rex, pendant qu'on discutait de ton sort. lui expliqua-t-elle avec un petit sourire.

Si elle connaissait la position de l'ennemi, pourquoi ne pas le lui avoir indiqué plus tôt ? Pour mieux savourer sa victoire sur son chef. Le laisser se dépatouiller un peu dans ses recherches, et lui montrer qu'il avait la solution juste sous le nez, et grâce à elle. Son sourire se fana un peu lorsqu'elle recula et qu'elle était certaine qu'il ne pouvait pas la voir. Elle avait peur qu'il lui refasse une crise. Qu'à nouveau il pense qu'elle était une traîtresse et travaillait pour Cobra. Qu'elle jouait avec ses sentiments et qu'elle voulait le tuer. Alors oui, elle avait peur de tomber sur Rex.

Natalia ferma brièvement les yeux. Elle pouvait toujours feindre une deuxième crise de fatigue et devoir rester à la base. Mais, en y réfléchissant, se serait pire, il aurait encore plus de raisons complètement fausses de croire qu'elle jouait avec lui. Aller, on se calme. Elle rouvrit les yeux ; de toutes façons, elle voulait s'assurer de plusieurs petites choses. Comme si la rumeur de la « résurrection » de Caligo était fondée où si Rex lui avait dit ça pour lui faire peur. Elle n'eut pas plus le temps d'y réfléchir qu'un de leur supérieur vint les trouver pour leur demander de reprendre la mission. Elle lança un regard déterminé à Helmett devant les autres alors qu'au fond, elle restait inquiète.

~ ~ ~

- Natalia : Je suis plus que qualifiée pour le pilotage, tu n'as pas à t'inquiéter ! se défendit la russe alors qu'elle doublait une voiture par la droite.

Oui, certes, ce n'est pas parce qu'elle était une pro des course-poursuite sans accident qu'elle avait le droit d'enfreindre le code de la route pour autant. Mais bon, il fallait bien se détendre comme on pouvait... Et puis, dans cette magnifique ferrari jaune décapotable, elle n'allait tout de même pas suivre à la lettre toutes les limitations de vitesse ! Ils arrivèrent en vue du fameux pont rouge Californien. Elle jeta un coup d'oeil à l'écran qui leur indiquait la position de la puce posée par Natalia sur Rex. Cette dernière fronça légèrement les sourcils.

- Natalia : Elle n'a pas changée de position ? Je veux dire, elle ne se serait pas rapprochée ?...

Ils entèrent sur le pont et, finalement, Natalia haussa les épaules. C'était sans doute eux qui se rapprochaient de leur cible, et pas l'inverse. La circulation était lente, ce qui avait le don d'exaspérer la russe. Lorsqu'ils furent à peu près au milieu du pont, un « Ziiiiout » attira son attention. Elle pâlie alors ;

- Natalia : Merde !

La lumière venait de s'éteindre. Deux solutions ; soient ils avaient des brouilleurs, se doutant qu'ils avaient put les pucer. Soit ils avaient trouvé la puce et venait de la détruire. Tant pis ; les SHIELD n'était pas bête au point de tout laisser à l'informatique, et ils avaient noté les coordonnés sur un morceau de papier.

Enfin, c'était sans compter la première explosion, plus loin devant eux, qui détruisit tout bonnement une partie du pont. Ni la deuxième, derrière. Elle se coucha au fond de son siège pour se protéger d'éventuel débris, cherchant frénétiquement son pistolet. La russe pesta et passa par-dessus le siège, attrapant le fusil de précision qui était caché sous le cuir des sièges. Elle retourna à sa place et posa une main sur l'épaule d'Helmett ;

- Natalia : Ça va ?...

Si sa voix restée calme et posée, une lueur inquiète brillait dans ses yeux. Parce que ce n'était pas eux qui avait retrouvé Cobra, comme cela avait été prévu, mais l'inverse. Une question se répétait dans l'esprit de la jeune femme ;

Comment avaient-ils pu les trouver ?...




© Lou'



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Billy F. de Kerangal

avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   Dim 16 Nov - 1:01

Helmett Jason Reecey a écrit:


Boom boom boom boom
« Go to Hell, honey »

Helmett & Natalia

L'anglais mordillais frénétiquement le bout de son crayon. Il était nerveux, énervé, frustré. En clair, pas apte à commencer une conversation. Sa mission était plate, sans action et triste. Très ennuyante pour résumer. L’ennemi lui filait entre les doigts, plus d'un endroit pouvait s'apparenter à un repère de Cobra et il avait plus régler ses comptes avec Natalia qu'avancé dans l’enquête. Conclusion : les duo, l'infiltration ; ça craint. Surtout avec la jeune femme. Elle n'était pas forcement coupable mais sa présence n'aidait pas. Helmett était arrogant, narcissique et personnel. Il ne s'occupe que de sa petite personne. Alors quand arrive à ses côtés, une femme dont un passé douteux, qui intervient pendant le conflit, l'agent doit changer de méthode. Et il déteste ça. Ok, le jeu du chef et ses ordres ne sont plus. Mais elle pourrait au moins l'écouter un petit peu. Helmett fendit en deux le crayon dans sa bouche. Avec Natalia, aucune chance !
Il laissa gronder un rugissement de tigre dans la salle ; l'habituel qui signifie qu'il s'énerve tout seul. Et qui au passage impose un silence de mort. Helmett ne comprenais pas pourquoi elle était aussi entêté. Envers tout le monde ou juste lui ? Qui aime bien châtie bien.....c'est stupide non ? Ça définie bien Natalia Alors. Helmett, tête penché dans ses papiers, créait un climat angoissant. Heureusement les autres agents savaient qu’aborder le Tyran maintenant était équivalant d'une mort douloureuse dans un bain de crocodile. Et pour les besoins de la métaphore, le nouveau crayon mâchouillait s'écorchait à chaque coups de dents pointues.  

L'ambiance redevint à peu près stable quand la seule figure féminine de l'équipe apparut. Sa bonne humeur redonnait de l'entrain aux agents, particulièrement déprimé par la tête matinal du Tyran. Elle se fit servir ,comme une princesse, son petit-déjeuner et mangea en face d'Helmett, sans que celui-ci ne relève la tête une seule fois. Il était trop concentré dans sa lecture pour s’intéresser à elle. C'était aussi un bon prétexte pour ne pas regarder la brune ou il dire quelque chose de désagréable. Helmett aurait préféré qu'elle dorme encore et qu'il puisse partir seul. Mais les ordres sont les ordres. C'est indiscutable. Il se leva et alla s'installer devant un écran. De multiple signaux clignotaient. Un poids s’appuya sur son dos et un bras cacha son champ visuel.

- Natalia : Ils sont là. J'ai collé une puce à Rex, pendant qu'on discutait de ton sort

Helmett ne répondit pas. Quelques raclements de gorges et fausse toux se firent entendre. L'anglais resta silencieux un long moment, fixant le point rouge indiquer. Natalia, ta vie ne tient qu'à un fil.  

- Helmett : Bien.

Il chuchota presque sa réponse. La brune avait donc un cerveau ? Helmett ne savait pas comment réagir. Sa fierté venait de prendre un coup et il n'était pas compatissant. Natalia peut faire sa maline si elle veut, elle reste quand même encore suspecte. Un petit peu. Lors de son entretien avec le couillon de Cobra, ils s'étaient échangés tant de complicité qu'Helmett n'avait pas tout suivit. Le SHIELD devrait vérifier la véracité des aventures de la russe. Son passé évidemment. Ne pas l'envoyer en mission quand il est question de ses anciens collègues. Et informer son coéquipier pour pas porter à la confusion. Helmett soupira, sachant qu'une lutte serait inutile, puis se leva sur les ordres de son supérieur. Cette histoire était loin d'être terminé.
         
°O°o°O°

Pour la conduite, la russe était exaspérante. Conduire aussi bien qu'un singe lobotomisé passait encore, mais suivre un foutu GPS avec une voiture pour retrouver l'ennemie, c'est impardonnable ! Pourquoi il avait accepté déjà ? Ah oui c'est vrai, il avait refusé. Mais comme d'habitude, la russe n'écoutait pas et mettait son cerveau dans le coffre du véhicule ! Traverser un pont n'était pas une bonne idée ! Certes Helmett aimait prendre des risques. Mais pas quand la vie de sa coéquipière en dépendait ! Quoique elle la risquait déjà en conduisant comme une folle. Il s'accrocha difficilement à la ceinture et la serra entre ses doigts jusqu'à s'en faire saigner les jointures. Natalia à vraiment eu son permis dans une pochette surprise. Il n'y a pas d'autres explication possible.

- Natalia : Elle n'a pas changée de position ? Je veux dire, elle ne se serait pas rapprochée ?...
- Helmett : Idiote ! Tu prends trop de risque !

La russe continuait à avancer, quand elle se stoppa au milieu du pont rouge et qu'un bruit attira leur intention.

- Natalia : Merde !
- Helmett : Bordel !

C'était un piège. Helmett aurait souri si un épais brouillard n'avait immobilisé leur véhicule. Ils s'étaient sûrement repéré et ils n'allaient pas tarder à savoir par qui. Une deuxième explosion se fit entendre à l'arrière. Le souffle avait quelque peu renversé la voiture et les débris de béton s'éparpillaient en retombant lourdement. Ils s'étaient bloqué sur le pont. Helmett appréhendait le troisième tir. Une main se posa sur son épaule.

- Natalia : Ça va ?
- Helmett : Leur missile va nous péter à la gueule ! Dépêche toi de sortir ! Merde !  

La femme était armée et heureusement. Helmett sortit sans ce soucier de l'équipement. Il n'avait pas de difficulté à voir dans le brouillard mais la poussière lui piquait les yeux. Une paire de lunette aurait été favorable. Sans tarder d'avantage, il ouvrir le coffre pour en ressortir un engin aussi gros qu'un sac à dos mais en plus encombrant. Helmett l'enfila avec fluidité et se rapprocha de la jeune femme. Sans un mot, il lui fit signe de le suivre jusqu'aux rebords du pont. Là, l'anglais prit Natalia par les hanches, toujours muet, et soudainement l’entraîna dans sa chute vers les eaux profondes. Il était question d'une fraction de seconde avant le lancement du jetpack.  


© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »   

Revenir en haut Aller en bas
 
04 - Opération Cobra « Lepus Locomotor »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sherman M4A1 opération COBRA
» Stèle à Saint-Gilles (Normandie)
» Stèle à la Chapelle Enjuger (Normandie)
» [chris33] ravitaillement de munition et carburant pandant l'opération cobra
» M4A1(76mm) - Opération Cobra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Test & Stockage :: Archives :: Natalia L. Alinovitch-
Sauter vers: