AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Caelan « Aidrian » Neilson ❧ « I don't like my job, but well...At least I can eat »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dukett
Admin
avatar

Messages : 386
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Caelan « Aidrian » Neilson ❧ « I don't like my job, but well...At least I can eat »    Dim 18 Sep - 15:15


Caelan « Aidrian » Neilson
Just smile, the situation can't be that bad !

FT. Grant Gustin
# TYPE : Inventé
# NOM : Neilson
# PRÉNOMS : Caelan
# SURNOMS : Aidrian - Nom utilisé pour ses activités & Cal
# AGE & DATE DE NAISSANCE : 26 ans - Né le 26 février 1989
# LIEU DE NAISSANCE : ici
# RACE : Humain
# GROUPE : Humains
# SITUATION MARITALE : Célibataire
# PROFESSION : Prostitué
# ORIENTATION SEXUELLE : Homosexuel
# AUTRES INFORMATIONS : Domicilié à Chicago, coupé de sa famille, totalement inconscient du monde magique.
# ANECDOTE 1 : Véritable accro au chocolat, je pourrais en manger jusqu'à en faire une indigestion ! Je ne peux pas envisager de finir un repas sans avoir mangé quelque chose qui contienne un tant soit peu de chocolat, c'est plus fort que moi.

# ANECDOTE 2 : Okay, je dois bien l'avouer, les films d'horreur me foutent une trouille bleue. Et tout ce qui touche au surnaturel et à l'ésotérique en général. Pourtant, ça m'attire aussi, un peu... C'est pour ça que ma vidéothèque est pleine de films d'angoisse en tout genre. L'être humain est un peu masochiste, au fond, donc bon... Et puis j'essaie de me soigner comme ça, une sorte de thérapie par le mal, vous voyez ? Sauf que j'ai toujours aussi peur des fantômes, et que je suis toujours aussi superstitieux...

# ANECDOTE 3 : Je suis très frileux. Et je n'exagère pas. Quand il fait moins de quinze ou dix degrés, je gèle sur place. En hiver, mes meilleurs amis sont donc de gros pulls bien épais, des tas de chocolats chauds, et des bains et douches que le commun des mortels trouveraient brûlants. Par contre, en été je comme un poisson dans l'eau !

# ANECDOTE 4 : La littérature est l'une de mes plus grandes passions. Je pourrais passer des heures le nez dans les livres ou à vagabonder dans les rayonnages des librairies et bibliothèques. A vrai dire, j'y traîne tellement que je suis devenu plus ou moins ami avec certains employés.

# ANECDOTE 5 : Malheureusement, je suis un tel mauvais cuisinier que même mon chien refuse de manger ce que je fais... Mon alimentation est donc essentiellement composée de plats à réchauffer au micro-ondes, de commandes faites aux restaurants du coin, et de sandwichs en tout genre.


LE CARACTÈRE
# QUALITÉS & DÉFAUTS : Difficile de faire un descriptif psychologique de sa propre personne, je trouve... Mais je vais quand même essayer. Je crois que ma plus grande qualité est mon optimisme, ma joie de vivre. Même quand tout semble aller mal, je trouve toujours quelque chose pour égayer ma journée, un petit quelque chose qui pourra me faire dire qu'au fond, ce n'est pas si terrible que ça, que la situation pourrait être pire. Ceci dit, cette qualité amène aussi à l'un de mes défauts les plus marqués : ma tendance à ne vouloir que le meilleur en chaque personne que je croise. Vous voyez ce stéréotype du connard sans cervelle dont le seul but est d'emmerder et de pourrir le plus de personnes au cours de son existence ? Bah moi, je suis capable de lui trouver des excuses, peut-être même de vouloir lui donner un coup de main si jamais il devait avoir des problèmes. Pourtant, j'aimerais être capable de dire clairement "non" aux gens, de les envoyer paître, de pouvoir m'affirmer. Mais je ne sais pas pourquoi, je n'y arrive pas. Ca ne doit pas être dans ma nature, tout simplement, je suppose.
Mais à côté de ça, je suis un véritable rayon de soleil ! Toujours le sourire aux lèvres, un rien me fait rire, même les blagues pas drôles. Peut-être même surtout les blagues pas drôles. Et je ne me force pas, je vous assure. J'ai vraiment le rire aussi facile que ça. Quelque part, ça m'arrange bien. La vie est trop courte pour la passer déprimé, vous ne trouvez pas ?

Malheureusement pour moi, j'ai un côté très naïf et crédule. Si je ne fais pas attention et ne me force pas à la réflexion, j'ai la fâcheuse tendance à croire tout ce qu'on me dit, ou tout ce que je lis. Alors avec ce qui traîne sur Internet, vous pensez bien... Je ne suis pourtant pas bête, loin de là -enfin je pense- mais c'est un peu comme si j'avais du mal à conceptualiser le fait qu'on puisse trouver un quelconque intérêt à me mentir.
Ceci dit, avec le "métier" que je pratique, j'ai dû apprendre à me méfier. En ce qui concerne ce dernier point, je suis bien aidé par la facette plus peureuse de ma personnalité. Ah ça, j'ai excellent instinct de survie, on peut le dire... Le moindre truc inhabituel, le plus petit son qui résonne au fin fond d'une ruelle au beau milieu de la nuit alors que je passe devant, la plus furtive des ombres sur les murs de mon propre appartement, une intonation de voix qui me colle des frissons dans le dos, et c'est fini, je flippe comme un lapin. Alors bien sûr, j'essaie de faire bonne figure, de me raisonner, à plus forte raison quand il n'y a aucune raison que quelque chose se passe mal, mais il y a des moments où je n'y arrive pas. Je me dis "et si les fantômes existaient vraiment ? C'est la pleine lune cette nuit, et si un loup-garou traînant dans le coin ?" J'ai beau savoir que tout ça ce n'est que de la fiction, ça ne m'empêche pas d'en avoir peur. Et comme mon imagination très fertile est nourrie en abondance par les films d'horreur que je regarde régulièrement, je ne manque jamais d'idées pour me monter la tête et me faire peur tout seul...

On peut dire que je suis une personne généreuse et altruiste, aussi. Si je peux venir en aide à quelqu'un, je le ferai sans hésiter. Sûrement parce que j'aurais aimé qu'on en fasse de même pour moi, à une période de ma vie où la chance ne me souriait pas autant. Je sais que de nos jours nous sommes dans une société où c'est un peu chacun pour soi, mais personnellement je ne peux pas m'y résoudre. J'ai parfois dû venir en aide à des "collègues" que certaines personnes croyaient pouvoir malmener pour s'amuser facilement. C'est ce genre de comportement, cette détestable manie de rejeter tout ce qui est différent, hors de la norme, qui m'exaspère et me fait parfois perdre ma foi en l'Humanité.
Enfin, le revers de la médaille, c'est que parfois j'en oublie de prendre soin de moi-même. Quand je ne dois pas sortir ou que je ne vais pas quelque part en particulier, je m'habille en général de façon assez négligée, et ne porte pas une grande attention à mon allure. Quelque part, c'est aussi parce que je n'aime pas attirer l'attention, et que j'aimerais que les regards des gens se contentent de glisser sur moi sans s'y accrocher.

Car oui, je suis quelqu'un de réservé, voire même timide, qui préfère cent fois rester invisible au fond d'une salle de théâtre plutôt que de se trouver sur la scène. Je laisse volontiers la gloire et les paillettes à d'autres, je me contente parfaitement de l'anonymat. Comme tout le monde j'ai des secrets, et mon plus grand et plus honteux est sans conteste mon statut de prostitué. Rien que ce mot ne me plaît pas, et parmi mes rares proches, presque aucun n'est au courant. Je ne veux pas être jugé, et je n'ai aucune envie de les voir poser sur moi un regard plein de pitié compatissante, non merci...
On peut également ajouter à tout ceci que je suis rapidement jaloux, voire même possessif sur les bords. Ceci dit, avec ma nature introvertie, ça ne se voit pratiquement jamais, puisque je me contente de tout garder pour moi, et de cacher ressentis et amertumes derrière un masque courtois et affable.

J'aimerais ressembler à quelqu'un de plus courageux, de plus déterminé, moins indécis... Mais voilà, je suis comme je suis, et je crois que je devrais composer avec jusqu'à la fin de ma vie.


LES DESCRIPTIFS
# POUVOIRS : Celui de lire un livre de six cent pages en une journée, ça compte ?

.

# ARMES : Aucune. Sauf si des couteaux de cuisine n'ayant jamais servis -ou si peu- comptent en tant que tel.

.

# COMPÉTENCES DIVERSES : Depuis quelques années, je me suis mis au sport, d'où une certaine condition physique, sans être un Hulk non plus. J'ai également de très bons réflexes, si on en croit mon médecin.

SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Dukett
Admin
avatar

Messages : 386
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: Caelan « Aidrian » Neilson ❧ « I don't like my job, but well...At least I can eat »    Dim 18 Sep - 15:16


HISTOIRE
I'm still alive, yay !

# votre histoire : Je suis né le 21 février 1989, à l'aube. Mes parents avaient eu du mal à avoir un enfant, alors pensez bien que ma naissance les a enchantés ! Ils me nommèrent Caelan en l'honneur du grand-père de ma mère, l'un des nombreux émigrants irlandais qui vint tenter sa chance aux Etats Unis. Mon enfance fut heureuse à tout point de vue. J'étais choyé, chouchouté, un véritable petit roi. Tout le monde autour de moi n'arrêtait pas de me complimenter. « Qu'il est mignon, ce petit bout de chou ! Regardez ces joues bien roses ! » « Caelan est tellement adorable, ce que j'aimerais avoir un fils aussi calme et tranquille... » « Anna, ta patience a été largement récompensée, ton petit est un véritable don du Ciel. » Et bla bla bla... Ah non, il n'y a pas à dire, j'avais la belle vie à l'époque. Honnêtement, être le centre de l'attention ne me déplaisait pas, bien au contraire. Le petit garçon que j'étais trouvait ça infiniment gratifiant. Avec le recul, je ne peux pas m'empêcher de repenser à tout ça avec beaucoup de tristesse. Car les choses allaient radicalement changer, quelques années plus tard...

En grandissant, je ne me suis pas vraiment ouvert aux autres. Je suis devenu un adolescent mal dans sa peau, encore plus timide et renfermé qu'avant. J'avais du mal à m'intégrer, il faut dire que je n'étais pas le stéréotype de ce qu'on appelle un garçon populaire. Assez fin, pas très musclé, avec des lunettes sur le nez et toujours trois ou quatre bouquins sous le bras, je faisais plutôt figure d'OVNI au milieu des quaterbacks et autres sportifs en tout genre. Les filles ne s'intéressaient pas vraiment à moi, enfin, hormis quand je pouvais les aider pour leurs devoirs ou leurs recherches, évidemment... Mais ça, je m'en fichais un peu, honnêtement, puisque je ne m'intéressais pas à elles non plus. Non, ce n'était pas sur la jolie cheerleader du lycée que se portaient mes rêveries, mais plutôt sur le président du club de photographie. Vous voyez le soucis ? D'autant plus difficile de s'intégrer quand on est un adolescent homosexuel qui a du mal à assumer l'entièreté de sa personne.
Ceci dit, le fait d'être laissé à l'écart par mes camarades, je pouvais largement le supporter. A vrai dire, j'étais même content qu'on me laisse tranquille. Mais le jour où j'ai voulu dire la vérité à mes parents sur mon orientation sexuelle, eh bien... J'ai eu la sensation que soudainement, toute ma vie s'écroulait autour de moi. Dire que je pensais que ce n'était qu'un cliché, les coming out qui se passent si mal que le gamin se retrouve à la rue... Pourtant, c'est ce qui m'est arrivé. Oh, ne jetez pas tout de suite la pierre à mon père. Ce n'est pas lui qui eut la réaction la plus violente et agressive. C'est ma mère qui explosa, presque littéralement. Je ne l'avais jamais vue dans une telle colère. Elle a vociféré si fort que je suis quasiment sûr qu'on l'a entendue jusqu'à l'autre bout du pays. Ma mémoire a volontairement occulté la plus grande partie des noms d'oiseaux qu'elle m'envoyait à la figure, mais je me souviens encore très clairement de sa voix et de l'expression de son visage alors qu'elle me hurlait de déguerpir et de ne jamais revenir, qu'elle n'avait plus de fils et n'en avait jamais eu. Le temps de réunir quelques affaires, et je pris la fuite.

Qu'est-ce que j'ai fait, après ça ? Eh bien... Je ne connaissais personne, ou tout du moins j'avais trop honte pour aller voir les rares amis que j'avais, alors j'ai tout bonnement quitté la ville. Par chance, je suis quelqu'un de prévoyant, et j'avais un bon paquet d'économies, ce qui me permit de voyager jusqu'à Chicago. Pourquoi là-bas ? Je ne sais pas trop. Mais pourquoi pas, de toute façon plus rien ne me retenait où que ce soit...
Âgé de dix-sept ans, lâché dans la nature tout seul, sans aucun diplôme ni aucune qualification, je n'avais aucune idée de ce que je devais faire. D'autant plus que l'argent s'épuisait vite. Il me fallait une solution. Et la solution en question, c'est un homme d'une petite trentaine d'années rencontré dans un bar-restaurant qui me la souffla. Très franchement, la seule perspective de vendre mon corps me hérissait le poil et me dégoûtait. Et puis, je ne croyais pas que quiconque accepterait de payer pour... Enfin, pour que je serve de défouloir sexuel.
Pourtant, n'ayant plus le moindre sou, je dus finalement me résoudre à en arriver là. Les premiers temps, je... Je ne pouvais même plus me regarder dans un miroir. J'avais tellement honte de moi et de ce que je faisais que j'avais l'impression que ça pouvait se lire sur mon visage. Je frôlais les murs, gardais les yeux rivés sur le sol, ne parlais que le strict minimum aux gens quand je sortais... J'essayais de disparaître, en gros. Néanmoins, il y avait tout de même un avantage à ça. Si au début je gagnais à peine de quoi vivre, l'argent devint rapidement plus abondant. Pour une raison qui m'échappait totalement, j'avais un certain succès dans le milieu... Le bouche à oreilles fit son oeuvre, et bientôt je gagnai bien ma vie. Je pris un petit appartement, au dernier étage d'un vieux quartier de Chicago, et pus m'installer confortablement. J'avais environ vingt ans, et depuis la première fois depuis trop longtemps à mon goût, je me sentais à nouveau bien et en sécurité. Même si mon "métier" ne me satisfaisait pas. D'ailleurs, par mesure de sécurité je ne reçois jamais les clients chez moi, toujours chez eux, exception faite des habitués, évidemment... Et je n'utilise pas mon véritable prénom, je me fais appeler Aidrian. C'est plus sûr pour moi, mais aussi pour la petite boule de poils que j'ai recueillie il y un an de ça. Un petit chien blanc tout frisé que j'ai trouvé dans la rue, un jour de pluie. Quand je l'ai regardé, j'ai eu l'impression de voir ce que j'aurais pu devenir moi-même, alors... Je l'ai ramené chez moi, et adopté. Et comme je n'ai aucune imagination pour nommer les animaux, j'ai décidé de lui donner le nom de Marty, en référence à l'un de mes films préférés.

Comment est ma vie, depuis ? Eh bien, je me prostitue toujours pour vivre. Je n'aime pas ça davantage qu'hier ou il y a neuf ans, mais au fond ça paie bien et me permet d'avoir un train de vie assez confortable, donc bon... J'ai également pris du muscle, histoire de ressembler davantage à quelque chose, et essaie de me tenir loin des ennuis. En gros, voilà.


TOI, TA LIFE


# Pseudo : le votre, sur le net.
# Date de naissance : que l'on puisse fêter votre anniversaire !
# Fréquence de connexion : approximativement.
# Ta route jusqu'ici : comment nous as-tu trouvé, par qui ?

# Code de validation : steack haché !
# Schizophrénie : nulle, avancée, état critique. (As-tu des doubles comptes, si oui lesquels ?)

# Commentaires: envie de dire quelques mots supplémentaires ?
SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Dukett
Admin
avatar

Messages : 386
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: Caelan « Aidrian » Neilson ❧ « I don't like my job, but well...At least I can eat »    Dim 18 Sep - 15:20

Avatar : http://image.noelshack.com/fichiers/2016/05/1454881595-ava-cal.png

Gif profil : http://image.noelshack.com/fichiers/2016/23/1465241086-tumblr-n7v4v1d2qq1qe1x1eo4-250.gif

Signature :

« Underco' »

  (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dukettprive.lebonforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Caelan « Aidrian » Neilson ❧ « I don't like my job, but well...At least I can eat »    

Revenir en haut Aller en bas
 
Caelan « Aidrian » Neilson ❧ « I don't like my job, but well...At least I can eat »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Blood Ring AKA Ring De Sang
» Le Survivant des Monts Lointains (James Neilson, 1957)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Test & Stockage :: Dossiers du S.H.I.E.L.D. :: Vrac :: Not mine-
Sauter vers: